NEWS : LES COMICS AU CINÉMA ET À LA TÉLÉVISION !


(artemus dada) #501

[quote=“Photonik”]
C’est un débat passionnant, et potentiellement sans fin.
Perso, j’aurais finalement plutôt tendance à penser qu’une approche trop “biographique” présente plus d’inconvénients que d’avantages. …][/quote]

J’ai pour ma part un point de vue différent du votre, ce que fait un auteur n’échappe pas à sa biographie.
Je vais prendre des exemples dans la BD, Onfray nous entraînerait trop loin et dans un hors-sujet.

Par exemple on apprend en lisant le bouquin de Sean Howe que tel ou tel scénariste utilisait de la drogue à une période donnée et ces scénaristes utilisaient leurs expériences dans leurs BD, et ce même **Sean Howe ** écrit que Steve Gerber était un type clean, pour ma part ce sont là des éléments importants lorsqu’on aborde l’oeuvre de ces gens.

Cela ne nous fait pas faire l’économie de recherches sur leur travail mais c’est important.

Idem pour Steve Ditko de savoir qu’il est un objectiviste, j’en avais discuté avec Tristan Lapoussière l’auteur d’un essai sur Ditko (Pour en savoir +) en lui “reprochant” pour le dire vite de justement être passé trop vite sur cet aspect.
Un aspect qui condition les prises de position du co-créateur de Spider-Man.
Et ses scénarios peuvent être observé avec cette grille de lecture.

Et a contrario **Ditko **ne prenait pas de drogue et n’avait pas d’accointance avec le milieu hippie, et si on ne connait pas sa biographie, en lisant Dr Strange on peut croire le contraire.

J’ai appris en lisant le livre de Sean Howe le montant des différents contrats de Stan Lee, ou plus précisément de certains contrats et pour ma part ça explique (du moins en partie) pourquoi Lee n’a pas revendiqué de droits de propriété sur les personnages Marvel par exemple.
Non pas qu’il y ait de relations de cause à effets forcément, mais c’est un angle d’attaque.

En outre ça ne “fausse pas le jugement” comme le dit Jim, à moins de croire que ce qu’on écrit est parole d’évangile.
Si on fait un travail honnête disons, qu’on reconnait la part de subjectivité de ce qu’on écrit (ou dit) et qu’on cite ses sources, la biographie et une pierre angulaire du travail critique.
Ce n’est pas la seule, mais elle est tout aussi essentielle que la place de la BD a un moment donné de l’histoire, sa réception, la manière dont travail un editor, ce qu’est un editor, ce qu’est le work for hire, qu’est ce que ça veut dire d’être payé 10 cents le mot en 1930, qu’est-ce qu’un pulp magazine, un slick magazine, etc.

Encore dernièrement je lisais (je ne sais plus où) que Superman avait été inventé par deux immigrés.
Ce qui d’une part est faux, mais qui fait sens si on sait que Superman est lui aussi un immigré et qu’on veut mettre l’accent sur cet aspect.
Sauf que dans la première histoire de Superman, et dans les pages des bandes produites pour les journaux cet aspect prend tout au plus deux cases.

On voudrait nous faire croire que Shuster & Siegel mettaient en avant la notion d’immigré.
Alors que si on s’intéresse à la biographie de Siegel par exemple on sait qu’il était un fan de science-fiction il écrivait même un fanzine, et que ce genre de motif était très présent à l’époque dans les pulp magazines, des Terriens qui d’une manière ou d’une autre se rendent sur d’autres planètes et en deviennent le héros.
Otis A. Kline s’en était fait une spécialité, je le “soupçonne” même d’avoir réécrit le roman de Robert E. Howard Almuric (Pour en savoir +).
Et il n’était pas le seul.

Je ne dis pas qu’ensuite Siegel & Shuster n’ont pas développé cette idée en ayant en point de mire l’immigration aux USA, mais il faut savoir aussi qu’en tout état de cause, dans les années 1930 le pays comptait des immigrés intérieurs si je puis dire, les hobos, que un peu moins de dix ans avant la création de Superman le détective hard-boiled voit le jour ; et les première aventures de Superman ont un petit parfum hard-boiled (Pour en savoir +).

Autre exemple il m’ait souvent arrivé de lire que le père de Siegel était mort, tué par une balle, ce qui expliquerait que Superman y soit insensible.
Jeter un œil attentif sur la biographie de Siegel donne un autre son de cloche.
Savoir que Shuster était un adepte du culturisme, et qu’il connaissait “forcément” Charles Atlas (Pour en savoir +), les deux auteurs rendent d’ailleurs un hommage à ses cours dans les pages de la BD (Pour en savoir +).

Bref, la biographie, le contexte, tout ça est utile et nécessaire (de mon point de vue en tout cas) si on veut faire des appareils critiques de qualité et sortir des sentiers battus.
Par exemple, savoir qu’Alan Moore s’intéresse à la magie permet d’écrire un article où le label ABC Comics devient un sigil (Pour en savoir +). :wink:


(n.nemo) #502

tout dépend de ce qu’on appelle biographie. Si on aborde la vie d’une personne par sa fin, c’est à dire qu’on construit sa biographie à rebours allant chercher dans le passé la cohérence de son demain, ça devient un rapport de police. Que quelqu’un devienne célèbre, et même s’il en a eu l’ambition, n’implique pas que les deux soient forcément liés.

C’est comme l’histoire avec un grand H. Culture judéochretienne, religion de la sortie de la religion bla bla bla, on s’invente une origine dans laquelle serait contenu aujourd’hui. Hobsbawn, l’historien, appelle ça l’Invention de la tradition.


(Photonik) #503

Il y a des choses intéressantes dans le tas d’exemples que tu cites ; je ferais un distinguo clair, pour ma part, entre contexte et biographie. Le premier est certes indispensable, le second pas forcément de mon point de vue.

Pour rebondir sur les exemples que tu utilises, je ne vois pas l’intérêt par exemple de savoir, pour apprécier ses travaux, que Gerber n’était pas un consommateur de drogues (une donnée purement biographique). Il est plus intéressant de se pencher sur le contexte socio-politique dans lequel ses travaux s’inscrivent.
Idem pour Steve Ditko ; j’ai lu (et suis tombé amoureux) de certains de ses “Strange Tales” tout gamin, sans faire le lien avec les hippies et la culture psychédélique, et encore moins le LSD ou quelque autre drogue, vu que j’ignorais tout ça à l’époque. Et tant mieux puisque manifestement ça ne sert à rien dans l’appréciation de son travail…

On n’échappe pas, dans tout travail critique, à une part biographique, là-dessus je ne peux que te donner raison. Mais là où je rejoins Jim, c’est que cet élément peut se révéler un “faux ami”, comme on le dit dans le cadre d’une traduction ; certains auteurs travaillent “contre” leur biographie. Rester trop près de la biographie peut amener des contre-sens.


(Jean-Marc Lainé) #504

Oui, c’est ça : je crois qu’il est impossible de lire une œuvre “seule”, dégagée du contexte et de la biographie, parce que l’un et l’autre finiront pas infuser (au détour d’une préface, d’une interview, ouatéveur…). Et la lecture, qu’elle soit pour le plaisir ou dans le but de la rédaction d’un livre, d’un blog, d’un cours, etc… se trouve automatiquement altérée par les connaissances que l’on peut accumuler sur le sujet. Que ces connaissances soient justes ou fausses, au demeurant.
Je crois que la tension réelle dans l’acte de lecture se trouve précisément ici. Lire, c’est se situer quelque part entre l’œuvre seule et l’œuvre contextualisée.
Rajoutons à cela que tout dépend également de l’enjeu de la lecture. Si l’on s’intéresse au style, à la forme, à la notion de genre, on pourra lire les romans de Simenon ou de Christie sans connaître les conditions d’écriture. Mais si l’on s’intéresse au portrait de la société, aux centres d’intérêt récurrents, aux thèmes, là il devient pertinent de creuser le contexte voire la biographie. Le projet même derrière la lecture altère celle-ci.
Personnellement, je trouve ça passionnant, et je n’ai pas tellement d’avis sur la manière dont il faudrait lire. Mais mon expérience de lecteur m’amène à la conviction que la connaissance qu’on peut accumuler change la perception qu’on a d’une œuvre. Mais après tout, tant mieux : c’est très bien, de changer d’avis de temps en temps.

Jim


(Nikolavitch) #505

[quote=“Photonik”]
Pour rebondir sur les exemples que tu utilises, je ne vois pas l’intérêt par exemple de savoir, pour apprécier ses travaux, que Gerber n’était pas un consommateur de drogues (une donnée purement biographique). Il est plus intéressant de se pencher sur le contexte socio-politique dans lequel ses travaux s’inscrivent.
Idem pour Steve Ditko ; j’ai lu (et suis tombé amoureux) de certains de ses “Strange Tales” tout gamin, sans faire le lien avec les hippies et la culture psychédélique, et encore moins le LSD ou quelque autre drogue, vu que j’ignorais tout ça à l’époque. Et tant mieux puisque manifestement ça ne sert à rien dans l’appréciation de son travail…[/quote]

Justement, vu l’époque, et le fait que les boulots d’Englehart ou Starlin ces années-là soient très influencés par leur conso, le fait que Ditko fasse du psyché sans le savoir, en y arrivant par d’autres voies, me semble signifiant. et que Gerber, tout foutraque qu’il soit, le soit au naturel, c’est intéressant aussi, je crois.

(mais ça ramène à l’exemple classique de “Crumb et Buko, auteurs Rock’n roll”, alors qu’ils détestaient tous les deux cette musique)


(Jack!) #506

Cela dit, on sait que Crumb et Buko étaient deux adorateurs de Jazz et de Blues, genres musicaux dans lesquels prend racine le rock’n roll (avec un brin de country).


(artemus dada) #507

[quote=“Photonik”]
Il y a des choses intéressantes dans le tas d’exemples que tu cites ; je ferais un distinguo clair, pour ma part, entre contexte et biographie. Le premier est certes indispensable, le second pas forcément de mon point de vue. [/quote]

Je me suis mal exprimé ce n’est pas en effet indispensable.
Tout dépend de ce qu’on veut faire.

Par exemple je viens d’écrire un commentaire sur l’album HOMICIDE de Philippe Squarzoni (Pour en savoir +)
Je ne connais pas cet auteur et je n’ai rien voulu en savoir, car ma lecture m’a donné un angle d’attaque qui m’affranchissait de la biographie.

Idem pour EMPIRE de J-P Pécau (Pour en savoir +)

Cependant, il y a des chances pour que, si j’écris de nouveau sur l’un de ses bouquins, je fasse (peut-être) des recherches biographiques et disons “contextuelles”.

Là encore j’ai dû mal m’exprimer je ne parle pas d’appréciation mais de commentaire, de critique ou d’analyse.

[quote]Il est plus intéressant de se pencher sur le contexte socio-politique dans lequel ses travaux s’inscrivent.
Idem pour Steve Ditko ; j’ai lu (et suis tombé amoureux) de certains de ses “Strange Tales” tout gamin, sans faire le lien avec les hippies et la culture psychédélique, et encore moins le LSD ou quelque autre drogue, vu que j’ignorais tout ça à l’époque. Et tant mieux puisque manifestement ça ne sert à rien dans l’appréciation de son travail…[/quote]

Il était évident pour moi que je ne parlais pas d’une lecture au premier degré mais d’une analyse; d’un commentaire.
Et tu as tout à fait raison, ce n’est pas la peine de connaitre l’auteur ou même le contexte socio-culturel pour lire une BD (ou un livre). Mais ça peut ajouter de l’intérêt.

Pour moi cela n’a pas d’importance, quand je lis une critique ou un essai je veux entendre la voix de celui qui écrit, son point de vue ; pas la “vérité”.
Le reste, faire la part des choses, je me le réserve.

En plus je veux du style, je veux qu’on me raconte une histoire, mais ça c’est autre chose. :wink:


(artemus dada) #508

[quote=“Jim Lainé”]…]
Personnellement, je trouve ça passionnant, et je n’ai pas tellement d’avis sur la manière dont il faudrait lire. …][/quote]

Moi non plus, par contre je sais comment je veux que ce que je lis soit écrit.
Et j’ai une idée très précise de comment je veux écrire. :wink:

Voilà !


(Nikolavitch) #509

[quote=“Jack!”]

Cela dit, on sait que Crumb et Buko étaient deux adorateurs de Jazz et de Blues, genres musicaux dans lesquels prend racine le rock’n roll (avec un brin de country).[/quote]

mais ils étaient horrifiés quand on les considérait comme “rock’n roll”.


(Jean-Marc Lainé) #510

Même ça, je ne sais pas trop. Avoir un avis tranché sur la question me priverait peut-être de quelques surprises.

Jim


(Vik) #511

Une petite comparaison avant/après de nos super-héros.
Il n’y a pas Daredevil tiens, alors que le Thor y est.

http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-16-1000x450.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-1.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-2.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-3.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-4.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-5.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-6.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-7.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-8.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-9.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-10.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-11.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-12.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-13.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-14.jpg
http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-15.jpg


(Le Doc) #512

http://fraisfrais.com/wp-content/uploads/2016/06/superhéros-avant-aujourdhui-1.jpg

Petite précision : la première image n’est évidemment pas tirée d’une adaptation oubliée d’Iron Man. Il s’agit en fait d’un clone du petit écran, Exo Man, héros du pilote d’un projet de série (qui n’a finalement pas été retenu par la chaîne NBC).

youtube.com/watch?v=EjJCocT7L5Y

Au fait…et s’il y avait eu un téléfilm Avengers dans les années 70 ?

youtube.com/watch?v=x0jBF912xYY


(FC powaaaa) #513

[quote=“Jim Lainé”] Choron disait “il ne faut jamais rencontrer ses lecteurs”, on aurait envie de lui rétorquer qu’il ne faut pas non plus rencontrer ses auteurs.

Jim[/quote]

Pour le coup, y a des fois, c’est quand même bien sympa aussi ! :wink:


(Jean-Marc Lainé) #514

De petites exceptions qui confirment la règle.
:wink:

Jim


(artemus dada) #515

Je trouve que Lou Ferrigno tient encore bien la route sur les photos.


(newton999) #516

Je trouve que Wonder Woman aussi ^^!

Il n’y a que moi qui flippe du nouveau joker ??
Et c’est quoi ce Robocop version t800? Y’a un nouveau film ?? :frowning:


(Le Doc) #517

C’est le Robocop du remake de 2014… :wink:


(newton999) #518

Merci Doc !
Ce film n’existe pas pour moi ^^.
Dire que mon père m’avait laissé regarder cela avec lui à l’époque…


(Vik) #519

J’ai trouvé Daredevil

http://cdn.contentdeliverywizard.com/sites/6/2016/06/07112526/supes17.jpg


(FC powaaaa) #520

Un problème de réglage de grille-pain, visiblement !