NIGHTWING #78-100 (Tom Taylor / Bruno Redondo)

The Titans have been there for Nightwing, protecting Dick Grayson after he came out as a millionaire in Blüdhaven and wound up with a target on his back…but this time, his friends need Nightwing’s help to lead them through a crisis, placing Blüdhaven at the heart of it all!

Written by: Tom Taylor
Art by: Bruno Redondo, Geraldo Borges, Caio Felipe, Adriano Lucas
Covers by: Bruno Redondo, Jamal Campbell, Mario Fox Foccillo, Dan Mora, Javier Fernandez

U.S. Price:
3.99
On Sale Date:
Dec 20 2022
Page Count:
32

Efficace.
Tom Taylor continue de réorganiser Blüdhaven et l’univers de Nightwing, en préparant une « annonce » de Dick au #100 pour continuer à améliorer la ville. Ici, le scénariste revient sur le cas de Melinda Zucco, demi-soeur de Dick et « fausse fille » de Tony Zucco. Ce dernier veut profiter des chutes de Blockbuster et Maroni pour gérer la ville avec elle, ce qu’elle refuse. Il tente le vol d’un diamant formidable gardé par Maroni dans une étonnante banque à Blüdhaven, cachée dans les sous-sols d’un phare via une organisation ancienne, fondée par les baleiniers antérieurs à la ville. L’idée est cool, exotique, baroque ; fun. Nightwing stoppe Zucco, empêche l’organisation de le tuer. Melinda vient ensuite le confronter, révèle ne pas être sa fille et change de nom. Et voilà !
C’est cool. J’aime particulièrement l’idée de cette banque secrète, cachée, avec tout un décorum un peu WTF mais très fun. Ca me rappelle un peu la cave des Goonies, c’est sympa’ et bondissant. Le destin de Melinda est mignon, et l’ensemble garde une fraîcheur agréable.
Graphiquement, Bruno Redondo continue d’assurer, comme d’habitude. C’est si beau et dynamique ; formidable.

Un épisode d’attente encore, mais réussi avec une belle idée fun.

Mouais. Quelle retenue quand même par un manque de rythme criant.

Vivement que le feu repasse au vert.

Nightwing-100-1-min-580x892

Writer: Tom Taylor
Artists: Bruno Redondo and Scott McDaniel, Rick Leonardi, Eddy Barrows, Javier Fernandez, Mikel Janin
Inks: Karl Story, Eber Ferreira, Caio Filipe, Joe Prado, Rick Leonardi
Colors: Adriano Lucas
Letters: Wes Abbott
Release Date: January 17, 2023

Come join us with big smiles and even bigger celebrations as Nightwing hits its milestone issue #100!

Cheer how far we’ve come by looking through the decades at what has made Nightwing a beloved hero. What better way to celebrate than with familiar friends and artists? Then, with Heartless creating a lair in the heart of Blüdhaven to take Blockbuster’s throne, Nightwing will follow suit, setting up a headquarters of his own…with the help of some friends who helped make him who he is now, of course!

Nightwing-100-12-580x893

Nightwing-100-13-min-580x893

Nightwing-100-14-580x893

Sublime cette couverture !

Une vraie couverture anniversaire.

C’est bien, mais… petite déception.
Tom Taylor livre un très gros épisode, qui finalement… n’est qu’un très gros épisode de Nightwing. On a certes quelques éléments neufs, mais cela s’intègre pleinement dans ses intrigues et son approche. On a « juste » plus de pages, avec un passage un peu facile pour les gonfler.
On a, donc, Heartless qui s’en prend à la prison de Blüdhaven, corrompue et remplie de gens maltraités qui n’ont rien à y faire. Il libère les criminels et super-vilains, et c’est rude. Nightwing vient aider évidemment (avec une demi-douzaine d’illustrations pour acter les changements de costume dans sa carrière durant la voltige), convainc quelques prisonniers de s’amender et est aidé par les Titans. Ils parviennent à vaincre, mais Heartless s’enfuit après avoir pris contact avec Zuco. Finalement, Nightwing est rejoint par Superman et Wonder Woman, qui lui demandent d’être le « leader » des super-héros le temps que la Justice League se réadapte. Cela enclenche un dialogue émouvant Dick / Bruce, puis Nightwing qui décide de racheter la prison pour en faire un nouveau symbole (car c’est le premier bâtiment vu en arrivant en ville) : la nouvelle Tour des Titans, installée à Blüdhaven.
C’est cool, c’est sympa’, c’est bien fait ; mais sans surprise. Que ça soit la gestion des événements ou le fond, rien n’est vraiment original ou nouveau, et c’est quand même dommage pour un #100, mais aussi après plusieurs épisodes d’attente jusque-là.
Certes, c’est sympa’ de voir Heartless se lancer, et Tom Taylor multiplie les bons moments, les bons mots, les bons dialogues et les bonnes caractérisations ; mais comme d’habitude, en fait. Rien de neuf, et même le final ne fait que confirmer les apports très soulignés dans Dark Crisis.
On n’a rien non plus sur Dick & Barbara et c’est quand même fort dommage. Déception, donc, même si la lecture est agréable, notamment via les dessins impliqués et appliqués de Bruno Redondo, Scott McDaniel, Rick Leonardi, Eddy Barrows, Javier Fernandez et Mikel Janin. C’est joli, dynamique et réussi.

Un bon gros épisode. Qui, hélas, n’est rien d’autre qu’un bon gros épisode.

Je ne partage pas ton avis tant l’épisode semble remplir son office à la croisée des chemins. Les derniers mois ont été copieux pour notre Héros. Le voir avancer, oser et se lâcher avec son Père est un beau moment.

Sur Dick & Babs, le scénariste a déja réalisé un gros boulot pour lui reprocher un simili-event nécessaire. Ils se tiennent la main et c’est juste ce que l’on attendait, qu’ils soient heureux.

Enfin, quel plaisir de revoir McDaniel, cet artiste marquant du personnage (pour moi, c’est le meilleur) et voir les autres auteurs invités au repas. La série de pages où Nightwing s’envole permet de remettre en avant l’élégance éternelle du personnage quelque soit son costume.

Il m’a vraiment fait plaisir cet épisode et j’en reprendrais une bonne tranche!

J’ai apprécié, mais pas autant que je l’espérais.
J’en attendais sûrement trop.
Mais j’avoue que, autant pour un épisode anniversaire (qui doit « marquer », annoncer quelque chose ; et là, il n’y a rien* en ce sens) que pour un épisode de la série (car ce n’est « que » la continuité des éléments vus avant ; pas de surprise ou de révolution), ça n’est pas extra’.

  • Oui, tu as raison de voir le rapprochement Bruce / Dick. Mais, quand même, on en a déjà eu un peu sous Taylor, et tout court, en tout cas récemment chez Tom King. La relation Bruce / Dick est quand même belle et saine depuis quelques années, maintenant.