NIGHTWING #78-92 (Tom Taylor / Bruno Redondo)

En soi, les rebondissements sont « attendus », mais ce sont bien les caractérisations, les dialogues (à voir la traduction, alors ; on l’a vu avec The Joker / Joker Infinite), et l’ambiance générale qui me charment.

1 « J'aime »

Oui, c est ce qui ressort de ma lecture également. Ils sont tout à fait charmant.

1 « J'aime »

Oui une serie sympa sans pretention

Je pense que vous n’avez pas bien saisi l’intérêt de cette série dont la très grande qualité est d’être sans grande prétention, sans grand discours mais qui relate un quotidien d’un héros éditorialement ciblé, déshabillé de sa relation amoureuse notamment.

Elle replace le personnage dans une ambiance réussie, souriante, jeune, où le personnage existe aussi par son entourage.

J’ajouterai que le récit est bien mis en scène, voire royalement bien mis en scène. Chaque épisode est une leçon de storytelling. Nous en parlons souvent.
Cette équipe créative marche sur l’eau.

Mais si pour vous, c’est juste une série sympa. Qu’il en soit ainsi.

2 « J'aime »

Elle est chouette en effet. en même temps j en retiens peu de chose ensuite à par la plaisir de lecture.

Ah.
Donc, à 'inverse de, par exemple, un Code de Procédure Pénale. Instructif mais chiant comme la mort.

Ca me donne de plus en plus envie de sauter sur la VF dans quelques temps. (de nightwing, pas du cpp).

Elle est pas sortie la VF?

Si…mais il attend peut-être avant de l’acheter…

L idée est pas d etre instructif au fait… il y a des séries que je trouve palisante mais où je retiens l intrigue, l avancée… Là j aime beaucoup mais la série ne me reste pas en tête… j aime l evolution des relations de nightwing avec SPOILER tout ca tout ca…
On va dire que ca me fait penser au début de ms marvel version G. Wilson j aime bien al série mais ca reste anecdotique… ou peut etre Fury de Robinson/ACO qui là aussi envoie du bois graphiquement mais a une intrigue sympa mais qui manque vraiment d un truc pour assoir tout ca.

C est qu en t es tout blanc après la lecture ?

1 « J'aime »

Ouaip. Ma Pile A Acquérir est plus importante que ma Pile A Lire.

Opalisante?

Blüdhaven mayor Melinda Zucco is in trouble-pretending to work for Blockbuster while secretly trying to take him and his gang of criminals down, while also working alongside Dick Grayson to uplift the city. But as his half sister sharing the last name of the man who killed his parents, it’s…a lot to juggle, and enough for one to accidentally let slip a secret or two in the wrong company if she’s not careful…Meanwhile, Nightwing and Oracle cuddle up and decide to finally define their relationship.

Written by: Tom Taylor
Art by: Bruno Redondo, Adriano Lucas
Cover by : Bruno Redondo, Jamal Campbell, Jen Bartel, David Talaski

U.S. Price:
3.99
On Sale Date:
May 17 2022
Page Count:
32

Quelle maîtrise.
Je me répète, avec plaisir, mais Tom Taylor m’épate et m’emporte littéralement dans ma lecture. Sa gestion des personnages, des caractérisations, des dialogues est superbe.
Il continue de dresser un formidable portrait de la relation Dick / Alfred, avec encore un flashback montrant l’influence du majordome sur la vie du jeune Robin, ici maltraité par une foule en colère. Pennyworth vient l’aider, avec Batgirl, et surtout « empêche » Batman d’engueuler un Dick blessé, pour le pousser à être juste bon et attentionné. Au présent, Dick ouvre un sanctuaire à Haven, avec Bruce en visiteur, Jon en invité, et Blockbuster énervé. Nightwing protège la zone de nuit, seul, et l’arracheur de coeur vient proposer à Blockbuster une alliance.
C’est bien. C’est juste, surtout, dans sa gestion des personnages, des dialogues finement ciselés. Le subplot sur le serial-killer va avancer, l’ensemble et fluide et pertinent. Bruce demeure en retrait, mais l’attachement à Dick est sincère, touchant. Alfred est formidablement écrit, et ce Dick est écrit comme le leader naturel et formidable de l’univers DC.
C’est en outre très beau, avec un Bruno Redondo complètement en feu, avec des planches à tomber, des compositions superbes.

J’adore cette série. Merci, Tom Taylor, de l’écrire en me donnant le sourire.