NORMAL - Warren Ellis (Au Diable Vauvert)

Oui, je trouve aussi une parenté thématique entre Normal et Injection. Mais Normal renvoie aussi à la série TV Le Prisonnier, en en modernisant le cadre.

j’ai beaucoup aimé, pour ma part. C’est rapide et efficace, bien tordu… comme ses précédents romans, par contre, ça ne pose pas grand-chose de nouveau en termes de thématique ou de traitement.

C’est aussi mon avis [Pour en savoir +], l’utilisation de l’hantologie (comme dans Injection), celle du milieu des prospectivistes et autres futurologues, et forcément du 'Future" (avec une majuscule).

Pas de surprise, j’ai bien aimé. On retrouve bien l’une des thématiques d’Ellis, dans un court récit (c’est presque une grosse nouvelle en fait, non ?) très efficace, bien rythmé. On retrouve un peu aussi un format qui semble lui convenir, celui du récit court (comme ses runs en BD).

Bref, je trouve que les perso sont bien caractérisés (le « héros » n’est pas un h"ros classique ellisien, j’ai l’impression) et l’univers construit fait diablement réaliste. Y a pas grand chose à dire, tant c’est efficace et ça traduit l’une des fixettes d’Ellis.

(bon, faut que je fouine Injection, alors ?!)

C’est alors une novella.

Ah quand même un peu : décalé, urbain, usé, c’est un peu Desolation Jones qui est arrivé au bout de son surmenage, en quelque sorte. Lui ou Jack Hawksmoor. Du moins, c’est à ça que j’ai pensé en lisant le roman.

Jim

Ah oui, tiens !

Merci. J’avoue ne jamais avoir regardé la définition du mot !

« Novella » est un terme américain pour désigner plus ou moins un « short novel », donc un roman court (mais pas assez court pour être considéré comme une nouvelle). La définition fluctue un peu, mais il me semble que certains prix littéraires (en SF notamment) récompensent des « novellas » afin sans doute d’élargir l’éventail des lauréats. Je viens de lire (enfin) Waldo, de Robert Heinlein, qui fait en gros 150 pages dans la version du Bélial, et il me semble qu’il est considéré comme une « novella » outre-Atlantique.

Jim

En effet, c’est même le but de la collection Une-heure lumière que de proposer uniquement des novellas.

Exact, je suis tombé sur un commentaire expliquant cela, il y a quelques jours.

(Après, 150 pages, c’est un gros Goncourt.)
:wink:

Jim