Nos top/flop 2016

Comme je le proposais dans le sujet : “Le Monde fait son Top Comics” et après validation de l’immonde mais tout gentil Blacki, je vous propose de poser ici nos TOP/FLOP 2016

Comme le titre l’indique nulle envie de poser ici une liste qui se voudrait définitive et objective. C’est surtout le reflet de nos gouts personnels et de nos coups de cœurs personnels guidé par ce qu’on aime qui va s’exprimer ici. Trouvant aussi qu’un simple top 10 mettrait trop de choses de cotés et que contrairement à d’autres sites ou médias je n’ai pas envie de m’arrêter au cartonné, je vous propose plusieurs catégories :

  • TOP Kiosque => Pour tout ce qui est sorti en kiosque cette année et non réédité en librairie.

  • TOP Nouveauté Librairie => Pour les histoires inédites sorties directement en librairie.

  • TOP Rééditions Librairie => Pour les rééditions d’histoires déjà parues que ce soit en kiosque ou en librairie, il y a 6 mois ou 20 ans, totalement ou partiellement.

  • TOP V.O => Pour les histoires paruds aux USA mais non encore traduite en France

  • TOP Promis je le lirais en 2017 => C’est sortie cette année mais on ne l’a pas lu, ca sera pour l’année prochaine.

  • **FLOP 2016 **=> Règlement de compte à OK Forum.

Et bien sur ça ne sera pas drôle si on balance juste une liste. Un petit avis qui motive les choix c’est toujours plus agréable. Je précise également qu’on peut s’autoriser à quelques “combo” si justifié

Bon allez vous me laissez cinq minutes et je vous balance les miens

J’en fais un vite fait parce que les tops c’est top.

Je commence par le top réedition:

-Druuna
-100 Bullets
-Les derniers jours de Superman
-Batman Année 100
-Mort Cinder
-Marvel icons Daredevil Spider-Man Hulk

Sinon en inédit:

-Sunny
-L’odeur des garçons affamés
-Patience
-Jupiter’s Legacy

[size=150]TOP KIOSQUE[/size]

10/ Doctor Strange (1974) #69 à #73 dans Marvel Classic N°7

Véritable revue morte-vivante, Marvel Classic vient une fois de plus de tomber sur le champs de bataille du kiosque et c’est bien dommage tant elle permettait de découvrir pour un prix modique des histoires qui auraient de faibles chances d’être publiées en librairie. Le sommaire de ce dernier numéro en est un bel exemple avec un lot d’épisode de la série Doctor Strange par Roger Stern et Paul Smith. A la fois moderne dans son contexte, la description d’un docteur au fort sex-appeal et d’une Cléa qui s’émancipe de son image de jolie plante pour devenir une incroyable chef de la résistance et utilisant savamment la continuité en effectuant un retour sur les créations de Steve Ditko, ce cycle est d’une grande efficacité et montre à quel point le personnage est passionnant

9/ Civil War (2015) #1 à #5 dans Secret Wars - Civil War N°1 à 5

Si vous me connaissez vous savez à quel point je suis affligé devant ce que produit Charles Soule, ce scénariste/avocat qui devrait faire la différence entre quantité et qualité. Et pourtant parmi toute la médiocrité de ce que le bonhomme arrive à pondre voila qu’une belle chose arrive à s’extraire. Dans le cadre de Secret Wars, Charles Soule et Leinil Francis Yu revisite la célèbre mini-série de Mark Millar pour un résultat que je trouve bien supérieur. Cela tiens au contexte bien plus guerrier, au fait que la situation dure depuis des années et à une résolution que je trouve intéressante et redonne de la noblesse au terme : « super-héros » (tout ce que n’est pas Civil War de Mark Millar en somme)

8/ The Ultimates (2016) #1 à 5 dans All-New Avengers HS N°1

Je me suis mis à suivre avec intérêt le petit Al Ewing depuis son arrivée sur Mighty Avengers. Sa capacité à raconter les aventures d’une équipes bien soudée et cela malgré l’interférence de plusieurs event m’avait bluffé. Puis il y eu les excellents épisodes de Loki – Agent of Asgard. Après Secret Wars, le scénariste continue le développement d’un petit univers personnel à travers deux séries. Si New Avengers est une bonne série, j’avoue que celle qui me bluffe le plus reste The Ultimates et sa force de frappe sans limite capable d’affronter Galactus. Il y a du The Authority dans cette série (par son coté blockbuster même si Rocafort n’égale pas Hitch) mais également une vraie continuité à Mighty Avengers à travers le personnage de Blue Marvel sorte de mix entre Superman et Reed Richards. Et oui, au final, la voila la nouvelle série Fantastic Four

**7/ Convergence : Superman #1 et 2 / Loïs & Clark #1 à 5 dans Superman Saga N°26 et Superman Univers HS N°4 **

Si Superman New 52 est une déception, il semble qu’une lueur d’espoir commence à briller de plus en plus. Cela à commencer doucement à poindre à travers les deux épisodes de Superman liés à Convergence. A travers l’histoire du Superman pré-New 52 (bref celui que nous connaissons depuis 1986), de sa vie de captif avec sa femme Loïs et de la naissance de leur enfant on retrouvais le super-héros tel que nous l’aimions. En décidant d’incorporer l’ancien Superman à l’univers actuel et de lui offrir une série dans laquelle on découvre sa vie et celle de sa famille, DC fait plaisir aux « vieux » lecteurs qui retrouve leur Superman. Écrit par Dan Jurgens et dessiné par Lee Weeks, ces histoires retrouvent les fondamentaux du personnage (l’assurance, l’intelligence, la sagesse, la non compromission de valeurs fondamentale le tout dans un environnement familiale fort) et sont un vrai régal

6/ Ultron Forever dans Marvel Saga HS N°6

Pris dans la vague gigantesque que fut Secret Wars, la mini-série d’Al Ewing et Alan Davis passa assez inaperçue. Pourtant voila un duo qui a tout pour plaire : Un vétéran qui n’a plus rien à prouver en terme de dessin et de narration et un jeune scénariste qui a démontré sa capacité à s’amuser avec la continuité pour offrir des récits de qualité. Reprenant une histoire classique (la mise en place d’une équipe a partir de membre provenant de différentes époques), le duo compose une vaste bataille entre un dernier carré de héros et Ultron régnant sur la Terre. Ingénieux, le récit sait jouer des spécificités de ses héros et de leurs époques respectives. Beau et puissant il offre de grand moments de bravoure notamment à travers le duo de Thor.

5/ Robin - Son of Batman #1 à #9 dans Batman Univers N°1 à 10

Suite de la série Batman & Robin (la meilleure série Batman de la période New 52), Robin - Son of Batman perd Peter Tomasi mais converse un Patrick Gleason qui démontre ici ses talents de narrateur dans une série qui développe encore plus ce personnage fascinant qu’est Damian Wayne. Ce guerrier qui affronte ses démons, cherche une forme de rédemption et qui essaye, parfois, de lâcher prise et d’être un simple enfant

4/ Star Wars #21 et #22 / Darth Vader #20 et 21 dans Star Wars N°11

J’aurais pu citer ces deux séries dans un classement librairie mais il ne faut pas oublier que la première édition se fait en kiosque dans une revue compilant les deux séries et mettant alors en valeurs l’aspect “univers partagée” de celles-ci. Numéro encore dans les rayons, il propose le dernier arc de la série Darth Vader, excellente série d’intrigue et de jeu de dupes et une nouvelle aventures de Star Wars qui confirme la capacité de Jason Aaron à trouver l’alchimie de groupe qu’on aime tant dans la trilogie originale tout en créant des nouveaux personnages fascinant comme ici avec ce commandant d’élite de Stormtroopers. Qu’on soit déçus ou enthousiasmés par les nouveaux films, la conclusion reste la même : lire ces bd tu dois.

3/ Mighty Thor #1 à #7 dans All-New Iron Man & Avengers N°1 à 7

Si la nouvelle incarnation de Thor était déjà présente l’année dernière avant Secret Wars, c’est dans cette nouvelle série qu’elle prend véritablement son envol. En dévoilant son identité, Jason Aaron apporte un caractère véritablement tragique au personnage. Atteinte d’un cancer et faisant tout pour lutter contre, Jane Foster voit toutefois ses efforts anéantis à chaque fois qu’elle soulève le marteau pour combattre l’injustice. Débarrassé de la figure tutélaire de l’ancien Thor et ancré, encore plus qu’avant, dans un contexte géopolitique très fort, la série résiste au temps et s’offre une des ses plus belles périodes.

2/ JLA Classified #4 à #9 dans Justice League Univers HS N°1

Chant du cygne pour des personnages qui allaient bientôt être malmenés par un éditeur plus soucieux de verser dans le glauque sans retenue que de proposer de bonnes histoires, ce dernier tour de scène du trio à l’oeuvre derrière JLI fait honneur à une équipe drôle mais également totalement attachante et qui arrive à nous faire verser une larmes sans qu’on s’y attende

1/ Captain America : Sam Wilson #1 à #7 dans All-New Iron Man & Avengers N°1 à 7

Bien qu’initiée par Rick Remender, la succession de Steve Rogers par Sam Wilson en tant que Captain America trouve vraiment son envol sous la plume de Nick Spencer. Scénariste qu’il faudra de plus en plus suivre, l’auteur du génial The Superior Foes of Spider-Man, fut un des rares à utiliser intelligemment le hiatus de huit mois suite à Secret Wars pour poser un cadre prompt à de grandes histoires dans une série qui offre le meilleur d’elle-même quand le super-héros se trouve en opposition avec l’autorité. Opposé au gouvernement US mais aussi à Steve Rogers, Sam Wilson est un combattant social. Fortement ancré politiquement, puisant ses histoires dans l’actualité tout en évitant une simplicité dans le discours, la série est également un vibrant hommage au travail du regretté Mark Gruenwald. De part sa grande qualité et à l’aube d’une période noire pour les USA, cette série mérite bel et bien sa première place.

[size=150]TOP NOUVEAUTÉ LIBRAIRIE[/size]

10/ Day Men - Tome 2

Cruelle déception que de voir que la série de Matt Gagnon, Michael Alan Nelson et Brian Stelfreeze n’a durée que huit épisodes (deux tomes chez nous) car les aventures de David Reid, l’homme à tout faire d’un clan de vampire, avaient le potentiel pour faire une longue série. Entre un dessin dynamique et un univers qui renouvelait le genre par son approche originale, Day Men aurait pu être quelque chose de grand mais ne boudons pas notre plaisir et savourons cette série comme il se doit. De celle qui, dans l’ombre, peuvent initier les lames de fond.

9/ Velvet - Tome 2

Avec ce deuxième tome, le célèbre tandem Ed Brubaker/Steve Epting montre qu’ils ont su dépasser le concept initiale de la série (et si Moneypenny était une ancienne agent secret?) pour offrir un remarquable récit d’espionnage qui tire sa force du contexte historique dans lequel il évolue mais surtout de son personnage principal. Femme remarquable hantée par son passé et capable de montrer qu’elle reste la meilleure dans son domaine malgré son age

8/ The Vision - Tome 1

Derrière la grosse production de Marvel/DC se cache régulièrement des petites séries. De part leur faible audience et une volonté marquée de leurs auteurs, celle-ci deviennent souvent des laboratoires à idées et des champs d’explorations sans limites. Libérés des grosses contraintes éditoriales, scénaristes et dessinateurs s’en donne à coeur joie pour offrir des oeuvres qui marquent au delà du cercle d’amateurs de super-héros. A la lisière du genre super-héroïque, de la SF d’Asimov et de La Quatrième Dimension, The Vision fait partie de ces séries.

7/ Secret Identities

Une des plus agréables suprise de l’année. La série transcende son pitch assez éculé (on revisite une simili-Justice League dont les membres cachent de terribles secrets) en ne sombrant jamais dans le glauque ou le choquant mais en gardant une certaine ligne claire en cohérence avec un univers super-héroïque classique. Si bien qu’on aurait aucun mal à voir transposer cette série au sein de l’univers DC ou Marvel

6/ Polar - Tome 1

Un “simple” récit de vengeance que le trait de Victor Santos transforme en un plaisir graphique de tous les instants. Une sorte de rencontre entre le Nick Fury de Steranko et les films de Jean-Pierre Melville

5/ Ragnarök - Tome 1

Auteur de l’un des plus grand cycle sur le Thor de l’univers Marvel, le trop rare Walter Simonson revient à la barre d’un projet digne d’un géant. En imaginant l’après Ragnarök et en faisant de Thor un mort-vivant arpentant un monde désolé, le scénariste et dessinateur offre à la fois une suite non officielle à Thor tout en restant un projet personnel diablement excitant. Toujours aussi magnifique dans ses dessins, Ragnarök déborde d’une puissance quasiment équivalent à des planches de Jack Kirby.

4/ Big Man Plans / The Goon - Tome 13

Trop souvent absent des classements, le talentueux Eric Powell nous a asséné deux baffes magistrale cette année. Le treizième tome de The Goon touche à la perfection qu’était Chinatown, tandis que la mini-série Big Man Plans ressemble fort à une catharsis violente et sans concessions. D’une beauté qui nous renverse à chaque fois malgré l’habitude, ces deux œuvres continuent à asseoir le talent d’un auteur encore trop peu reconnu.

3/ Lazarus - Tome 4

Relégué au dernier rang par un éditeur préférant mettre en avant des œuvres plus grossières mais mieux marketé pour plaire aux chalands, Lazarus continue quand même son bonhomme de chemin. Avec la même qualité qu’a ses débuts (si ce n’est plus), la série brosse le portrait d’un terrifiant monde à bout de souffle et d’une société dirigée par une petite élite exploitant le reste d’une population divisé entre les cerfs et les déchets. Avec Forever, Rucka démontre une fois de plus son talent à raconter les aventures d’une femme forte au destin tragique. Il y a du Wonder Woman dans cette femme désireuse d’être aimé d’une famille qui la considère comme un outils bien utile. Une série trop peu mise en avant qu’il faut pourtant soutenir face à des produits trop calibrés pour être intéressant.

2/ Les Archives de la Suicide Squad - Tome1 / Justice League Internationale - Tome 1

Qui auraient espéré, il y a bientôt cinq ans qu’on pourrait ranger dans notre bibliothèque des ouvrages contenant les premiers épisodes de la Suicide Squad de John Ostrander ou la JLI de Giffen, De Matteis et Maguire ? Pas grand monde je parie. Et pourtant c’est le cas aujourd’hui et cela grâce à un travail éditorial de longue haleine et un contexte favorable. Longtemps ignoré en France du fait de l’histoire éditoriale de DC dans l’hexagone, voila donc deux pièces maitresses qui arrivent enfin. Faisant partie de ces séries secondaires qui ont su influencer une grande partie de la production, Suicide Squad combine personnages fouillés, action et discours politiques intelligent. Presque à l’opposé, Justice League Internationale est l’occasion pour trois trublions de mettre en scène une grande comédie super-héroïque

1/ Starlight

Ce qui me connaissent savent que je ne porte pas les plus grandes œuvres de Mark Millar dans mon cœur. Pourtant, depuis quelques années, je trouve que le bonhomme revient à une forme de simplicité rafraichissante et se débarrasse de son coté « vilain garçon » qui virait au ridicule. Mini-série en cinq épisodes, Starlight est le reflet de cette nouvelle approche. Influencé par les aventures de John Carter, l’histoire met en avant une personne âgée confrontée à la solitude et qui trouve dans l’exploration de son passé un moyen d’évoluer et de guérir. Superbement dessiné par Goran Parlov, Starlight m’a totalement embarqué dans son aventure.

[size=150]TOP RÉÉDITIONS LIBRAIRIES[/size]

10/ Thanos Quest

Depuis le temps qu’on tance Panini pour éditer en librairie ce chef d’oeuvre, il s’agirait de le mettre en avant maintenant que c’est fait et cela bien qu’il y eu plusieurs éditions en kiosque. Bon bon que voulez-vous, seul le cartonné fait loi. Bref tout cela pour dire que la plus grande histoire sur Thanos est disponible dans toutes les librairies de France et de Navarre et que c’est très bien. Épique et tragique, la quête des joyaux de l’infini par le Titan Fou est non seulement une histoire essentielle de l’univers Marvel mais elle reste surtout l’occasion de s’enfoncer dans l’esprit d’un personnage bien moins manichéen qu’on le penserait. Usant plus d’intelligence et de malice que de force brute pour récupérer les gemmes destinée à le rendre omnipotent et omniscient, la merveilleuse saga de Jim Starlin et Ron Lim est toujours un monument.

9/ Locke & Key - Tome 1 à 3

La ressortie en trois tomes de Locke & Key est peut-être la preuve de l’attachement de l’éditeur pour une série qui a failli disparaître dans les limbes de l’édition française. Il n’en fut rien heureusement et après un redémarrage, la série de Joe Hill et Gabriel Rodriguez pu arriver à son terme sous nos latitudes. Bien que j’aurais préféré voir une suite à l’édition prestige du premier tome, cette nouvelle édition par son caractère de compilation est l’occasion de (re)découvrir l’une des plus fabuleuse histoire fantastique de ces dernières années. Romancier remarquable (lisez Cornes), Joe Hill montre qu’il est aussi un scénariste de bande dessinées de talent.

8/ Batman - Le Culte

Un chef d’oeuvre qui, j’espère, sera remis à sa très haute place grâce à cette nouvelle édition. Une histoire incroyable où on a vraiment peur pour Batman et une fascinante manipulation des gens et des laissé pour compte (oui c’est d’actualité aussi).

7/ Doctor Strange - Le Serment

Disons-le simplement, c’est à ce jour, le meilleur récit sur le personnage du XXIe siècle. Minisérie de cinq épisodes, Doctor Strange – Le Serment est un subtil mélange dont la force est d’être à la croisée de multiples chemins. De la même manière que le bon docteur doit combiner avec subtilité les flux magiques pour mieux les contrôler, Brian Vaughan joue avec plusieurs approches pour construire un récit passionnant du début à la fin.

6/ Jessica Jones : Alias - Tome 1 et 2

Femme incroyable traversée d’une force sans faille et d’une terrible dépression, Jessica Jones fait partie de ces œuvres à la croisée du mainstream et de l’underground. Une belle ré-édition à petit prix de ce qui reste surement le meilleur travail de Brian Bendis.

**5/ Crisis on Infinite Earths **

La plus grande saga événementielle de toute l’histoire des comics. Souvent copiée, jamais égalé. Tout simplement.

4/ Nick Fury Intégrale - Tome 2 / Hulk Intégrale - Tome 7

Collection phare de Panini, les intégrales ont pourtant ceci de regrettable que leur nature ne permettent pas la mise en avant claire d’une période exceptionnelles. Perdu dans les méandres de la numération, le lecteur peu au fait passera alors à coté de grand moment de lecture. C’est ce qu’on retrouve ici avec ces deux intégrales sorties cette années chez Panini contenant des sommets qualitatifs dans deux styles différents. Dans Nick Fury, Jim Steranko capte sur la page l’esprit fou des années 60 et transforme une série sympathique sur un super-espion en chef d’oeuvre graphique psychédélique. Soucieux de réconcilier Hulk avec Banner, le scénariste Peter David quand à lui voit son long travail payer dans une période sublimé par les dessin de Dale Keown dans lequel le colosse vert est beau, intelligent, drôle mais toujours aussi destructeur

3/ Planetary - Tome 1

Le multivers de Warren Ellis illustré par John Cassaday. Un formidable voyage dans la culture populaire et une sorte d’histoire sans fin américaine qui tente de comprendre les ressorts et les pouvoirs de l’imaginaire sur la réalité. Grandiose

2/ Stormwatch - Tome 1

Série de tous les changements (pour son auteur et pour le genre super-héroïque) Stormwatch pâti longtemps d’une édition chaotique et, fatale dans notre pays, d’une absence en librairie. Mais ceux qui ne s’arrêtait pas à une belle couverture découvrirent une véritable pépite à une époque de bouleversement pour le genre. Le temps faisant sont office de tamis, le cycle de Warren Ellis sur une série quelconque avant son arrivée est aujourd’hui considérée comme il se doit c’est à dire comme l’une des pièces essentielles au genres. C’est donc avec une vraie joie qu’on accueille une édition en librairie de la série. Transformant un groupe de super-héros bodybuildé et creux tel qu’il en existait des tas en une force de frappe composé d’individus complexe, Warren Ellis va faire de la série le point de départ d’une multitude de réflexion sur le genre mais également sur son monde. Secondé par un Paul Raney qui se surpasse totalement, le futur scénariste de Transmetropolitan effectue ici sa mue et pose ici les jalons de ce que seront les super-héros dans les années 2000.

1/ Archer & Armstrong - Intégrale

J’ai longtemps hésité entre la série de Fred Van Lente et Stormwatch mais je salue ici tout autant l’excellent travail du jeune éditeur Bliss qu’une série remarquable de part son rythme, ses deux personnages et sa capacité à jouer de plein de concepts et d’imaginaires connu dans un maelstrom comique. Archer & Armstrong est une série qui va se bonifier avec le temps et qui est bien plus intelligente et intéressante qu’elle ne le semble l’être au premier abords. Comme ses deux héros en somme.

[size=150]TOP V.O[/size]

(en lisant trop peu, je passe mon tour)

[size=150]TOP Promis je le lis en 2017[/size]

10/ Princesse Ugg - Tome 2

J’avais plongé, sans envie particulière dans le premier tome de cette série et j’en étais ressortie conquis. Passé sous mon radar (et apparemment sous celui de beaucoup d’autres), ce n’est qu’un rédigeant ce classement que je me suis aperçu de la sortie du second volume. Il va me falloir combler cet oubli.

9/ Sweet Tooth - Tome 2 et 3

On m’en dis tellement de bien et j’ai franchement aucune excuse. Promis l’année prochaine je m’y met.

8/ Crisis Companion

Ce magnifique et exhaustif complément à Crisis on Infinite Earths est une remarquable pièce d’histoire. Je n’avais ni le temps, ni l’argent pour me le prendre à l’époque. Mais un jour il sera mien. Ho oui.

7/ Ms Marvel

J’avais arrêté la lecture après le premier tome sorti chez Panini. Non par désintérêt mais voila il faut faire des choix vu que le temps n’est pas illimité. Toutefois le personnage reste toujours dans un coin de ma tête comme l’exemple d’une création récente réussi (avec Thor). Il faudra donc que je prenne cette fois, le temps de lire la série de Miss Marvel

6/ Checkmate - Tome 1

J’aime Suicide Squad, j’aime les Secret Six. Je me dois de lire Checkmate

5/ Ronin

Oui je sais, c’est la honte.

4/ Miracleman - Tome 4 / Sandman

Bon là j’ai moins honte car j’avoue sincèrement que je ne sais jamais sur quel pied danser avec une autre de Neil Gaiman (soit je m’endors dessus, soit je reste scotché). Mais quand même, après Alan Moore je suis curieux de voir ce que fait Gaiman sur ce magnifique personnage qu’est Miracleman et je me dis qu’un jour je me plongerais bien dans les débuts de Sandman.

3/ Airboy

J’avoue que le sujet ne m’intéressait guère mais tous les excellents retour que j’en ai eu me font dire qu’il faut que je découvre cet BD

2/ Silver Surfer

J’avais beaucoup aimé ma lecture du premier tome. En faisant du Surfeur d’Argent une sorte de nouveau Doctor Who (brillante idée), Dan Slott s’engage dans un récit sans limite et dans la démesure. Ayant adoré ces premiers épisodes et considérant les Spider-man du même auteur comme l’une des plus grandes périodes pour le personnage, il est clair que je me dois de continuer de surfer.

1/ Descender - Tome 2

Ouis je sais c’est la honte (bis)

[size=150]FLOP 2016[/size]

10/ Ex-Machina - Tome 5

Alors avant qu’on décide de me pendre sans autre forme de procès, je tiens à dire pour ma défense que la présence de ce tome dans ce classement s’explique non pas par la qualité même de l’œuvre dans sa globalité mais par sa fin sur laquelle, aujourd’hui encore, je ne sais toujours pas quoi penser. Fin précipitée ou totalement assumée ? Dénouement cynique et désabusé sur un genre ou fumisterie ? Je suis toujours dans le doute.

9/ Extraordinary X-men #1 à #12 dans All-New X-men N°1 à 7

Ce n’est pas tant le travail de Jeff Lemire qui est en cause (bien que j’aurais préféré un premier arc moins dilué) que l’incapacité de Marvel à donner une direction claire à l’ensemble des titres mutants dont on ne sait plus où ils vont depuis un sacré moment (depuis le départ de Grant Morrison en fait). Lemire fait ce qu’il peut mais rien n’y fait. C’est sans intérêt. J’avais (re)donné sa chance aux mutants lors de Marvel Now mais je fut vite déçu (en même temps avec Bendis je me dis qu’il n’y avait pas miracle), je me suis dis qu’avec l’arrivée d’un excellent scénariste, il pourrait y avoir une bonne surprise. Hélas non, ne comptez pas sur moi pour la prochaine relance. Au mieux je zieteurais les projets annexes qui, ces dernières années, sont les derniers bastions de qualités chez les mutants

8/ La Croisade de l’infini - Tome 1

On aurait envie d’écrire que c’est la saga de trop pour Jim Starlin mais on sentait déjà la décrépitude arriver avec le malheureux précédent, La Guerre du pouvoir. Rescapé d’une époque qui ne brille pas par la qualité exhaustive de ses œuvres, cette saga est aussi inintéressante que moche. De fait seul les épisodes annexes (notamment ceux du Silver Surfer ou de Warlock) pouvaient présenter un intérêt à l’époque. Comme il ne sont pas présent ici, vous savez ce qu’il reste à faire.

7/ Superman - Doomed

Saga événementielle mettant en scène toutes les séries “Superman”, Superman - Doomed est le parfait exemple de la médiocrité du personnage et de son univers éditoriale depuis les débuts de la période New 52. Idiot et moche, cette saga met surtout en valeur le manque de rigueur éditoriale entre les titres. Un comble pour une franchise qui tirait sa force, pendant longtemps, de la cohérence entre ses séries.

6/ Roche Limit - Tome 1

“Explorez le premier volume de la nouvelle série acclamée par la critique …] Un récit de SF à la fois épique et intelligent, dans la lignée du captivant 2001 de Stanley Kubrick et du western spatial Outland de Peter Hyams.”. Un éditeur devrait toujours lire ses bd avant d’en faire le résumé de quatrième de couverture.

5/ Marvel Icons : Spider-Man par Todd McFarlane

Une des périodes les plus célèbres de la série mais rien à faire. Si je trouvais cela joli plus jeune, cela me tombe des mains aujourd’hui tant le personnage tourne en rond et que le dynamisme des dessins de McFarlane a bien du mal à cacher les scénarios routiniers.

4/ Infinite Crisis - Tome 5

Entre 2015 et 2016, Urban a réédité en albums la grande saga Infinite Crisis. Mais si cela commençait plutôt bien voire même très bien avec des mini-séries passionnantes qui explorèrent tous les pans de l’univers DC (magie, space-opéra etc etc), la chute est rude quand arrive la saga principale. Rarement l’écart n’aura été aussi grand entre une série principale ratée et des séries annexes réussies. Vaste entreprise de démolition de tout l’univers post-Crisis on Infinite Earths, Infinite Crisis tente d’avoir un propos « mature » mais n’est au final qu’une ridicule et navrante enfilade de scènes gores et profondément con.

3/ Alex + Ada - Tome 1

Comme toujours avec les frangins Luna, t’a l’impression qu’ils viennent de découvrir un grand trucs que personnes n’avaient envisagé et qu’ils tiennent à le raconter sous la forme d’une BD dessinées sous Xanax.

2/ Axis

Dernier gros travail pour la firme à l’heure actuelle, Axis est le parfait exemple d’un auteur qui s’est perdu peu à peu et des méfaits d’une trop grosse ingérence éditoriale. Ce qui aurait du être le point d’orge d’une histoire planifiée depuis longtemps au sein d’une unique série est devenue une saga événementielle suite à la décision de Marvel alors en besoin d’un gros event. Repensé à la va-vite Axis ne vaut même pas son concept de départ ridicule qui ne débouchera sur rien de bon (la bêtise Superior Iron Man) et semble être déjà oublié par beaucoup (et tant mieux). Bref une sombre merde dont la seule qualité est sa valeur d’exemple à ne pas suivre.

1/ Bitch Planet - Tome 1

Si la série de Kelly Sue DeConnick et de Valentine De Landro se retrouve à la premier place de ce flop ce n’est pas tant pour ses défauts (en soi la série n’est pas mauvaise, juste dans la lignée du travail d’une scénariste trainant beaucoup de lacune) que pour sa résonance médiatique qui interpelle quiconque ne s’arrêtant pas au seul dossier de presse. Ingénieusement markété pour un public plus à la recherche de symbole identitaire que d’histoire incitant à la réflexion ou l’évasion, Bitch Planet arrive à faire passer ses défauts scénaristiques (intrigue confuse et étirée pour le format album au point d’en arriver à ne rien raconter durant plusieurs pages) au second plan grâce à une ingénieuse campagne de communication mettant plus avant le caractère communautaire des fans (un vrai paradoxe pour une série célébrant la non-conformité) que le caractère artistique de la chose. Que d’autres séries, plus classique sur la forme mais autrement mieux maitrisées et proposant des personnages féminins intéressants sont passablement ignorée au profit d’un pamphlet grotesque sortie des années lycée cela me navrera toujours autant.

Heureusement que je précise “ça ne sera pas drôle si on balance juste une liste. Un petit avis qui motive les choix c’est toujours plus agréable”. Honnêtement une liste sans rien et à la va-vite quel est l’intérêt ?

[size=150]- TOP Kiosque =>[/size]

5 - All New Avengers : Ben oui je l’aime bien moi ce mag Avengers, Waid va vite, Ewing est en forme et j’aime bien sa version Vengeurs AIM, le mag à un fort potentiel pour être meilleur, mais c’est déjà du lourd.

4 - Spider-Man : Parce que Dan Slott est un auteur à lire sur le long terme alors oui la reprise avec le zodiaque est un poil longue, mais dieu que Slott fut bon ainsi que son run sur cette série qui mérite vraiment.

**3 - : All New Avengers HS#1 **: Ultimates est une excellente série, bourrée d’idées, et j’aime bien les personnages, comme j’apprécie beaucoup la mise en avant de Danvers qui est un personnage qui le mérite bien (dire qu’il faut en partie remercier Bendis pour ça). Bref j’ai vraiment ha^te de lire la suite, si possible par contre, avec un meilleur dessinateur.

2 - All New Iron-Man… : L’un des meilleurs mag actuel. Alors certes IM de Bendis commençait bien avant de sombrer, mais ça c’était tout à fait envisageable voir même certains, mais à côté de ça on a l’excellent Thor de Jason Aaron, le super Cap de Spencer et ça ne va qu’en s’ameliorant pour le cap.

1 - Superman HS #1-2-3 : Parce que j’attendais depuis longtemps cette édition des superman période Loeb, que je ne suis pas deçu une seule seconde, c’est du bon Superman, à la fois fun, mais aussi avec de l’émerveillement, j’adore Mc Guiness sur le titre ou même Mahnke, j’ai hâte de lire la suite.

[size=150]**- TOP Nouveauté Librairie => **[/size]

5 - Airboy : Ou James Robinson raconte la galère pour écrire un personnage et les problèmes qu’il a dans sa vie. Non franchement un excellent titre ultra méta, bien mis en oeuvre, un petit bijou.

4 - : Les derniers jours de Superman : Alan Moore. Besoin d’en dire plus ? Dave Gibbons. Bon ok les derniers jours de Superman est une histoire classique de sup et elle méritait vraiment une belle édition. Un petit bijou d’écriture et de dessin.

3 - Descender : Je suis habituellement pas très fan du travail de Lemire, je le trouve surcôté et je trouve qu’il repompe des grands classique sans frocément trop se fouler. Mais Descender c’est autre chose. Il y a une touche de poésie et d’humanité qui se dégage de ce récit, surement grâce au talent de N’Guyen qui assure avec son style tout en peinture, Descender c’est vraiment LA série de Lemire, même si le tome 2 qui jouait uniquement sur le pathos à moins bien fonctionner. Mais ce tome 1, fieww une claque.

2 - C.O.W.L. : (je vais faire simple voici une partie de ma critique sur senscritique.
cette série que j’attendais ne m’a absolument pas déçu. Voici une manière original de voir le métiers de super-héros, le tout dans une atmosphère rétro. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai pensé à la Brigade Chimérique en lisant ce bouquin. C.O.W.L est une série qui prend son temps, mais avec de nombreux renversement de situations ce qui permet de maintenir en haleine. Malheureusement le dessin inspiré par Phil Noto et Bill Sienkiewicz est parfois difficile à aborder surtout au niveau des visages ce qui fait qu’on peut se tromper de personnage à la lecteur (ça m’est arrivé). La série a été arrêté plus vite que prévue et c’est bien dommage, car il y a une petite accélération pas prévue et ça se voit. Malgré tout les auteurs parviennent à retomber sur leur pattes. Dommage d’avoir fini, car il pouvait y avoir de nombreux développement intéressant par la suite.
Au final C.O.W.L. est un récit auto contenu qui vaut plus que largement le coup d’oeil.

1 - La Vision : Ou comment faire une série Marvel sans utiliser de super-héros, comment avoir une vision sur la vie en banlieu et ce qui fait de nous des être humains. Tom King est passé à un autre niveau avec cette série et m’a vraiment bluffé, je savais qu’il était bon, j’avais apprécié son run sur Grayson, mais là. Wahou.

[size=150]- TOP Rééditions Librairie =>[/size]

5 - 100 Bullets : Le renouveau à l’époque du polar noir americain, le tout saupoudré de personnages et dialogue savoureux par Azzarello, et de dessin par Risso.

4 - Hellblazer : Azzarello à fournit pour moi, ma version préféré du magicien. Premier américain a s’occuper de l’anglais en imper, Azza envoie Constantine dans le nouveau monde, la magie est présente, mais pas dans le sens classique traditionnel, on est plus sur de l’épouvante et souvent on se demande si John fait vraiment de la magie ou bien si c’est seulement sa grande gueule et ses mots qui font effets, j’adore cette version de constantine et je suis bien content de cette réédition.

3 - Preacher : Quand un pasteur part faire un tour du mone accompagné d’une tueuse et d’un vampire pour retrouver Dieu qui 'est barré, voilà le plus géniale des comics de Garth Ennis et surement l’un des meilleurs comics tout court. Une tuerie à tous les niveaux que ce soit au scénario d’Ennis ou au dessin avec le regreté Steve Dillon.

2 - Planetary : Ben c’est du Ellis, je suis très fan d’Ellis et puis ca reste un monument cette série. Ce bon vieux Warren a décidé après avoir renouvelé la manière de faire des comics a travers Stormwatch puis authority, il se décide à incorporé des genres spécifique du cinéma dans les comics pour montrer encore une fois que l’on peut faire autrement. Il donne la possible meilleur histoire des FF ou il en fait des méchants. Bref une tuerie absolue et en plus c’est leu seul bon travail de Cassaday.

**1 - Stormwatch : **Il était temps qu’une belle édition se fasse, il était temps que les gens découvrent (pour ceux qui ne l’avaient pas encore fait) Stormwatch, car bon Authority c’est sympa, mais ca reste de l’action et encore de l’action. Stormwatch c’est plus un rapport au réalisme, c’est des idées à la pelle, (création de la plaie, univers parallelle, c’est un rapport conflictuel avec les USA, l’introduction de Midnighter et apollo…

[size=150]**- TOP Promis je le lirais en 2017 => **[/size]
Trop de trucs pour faire une vraie liste.

[size=150]**- FLOP 2016 => **[/size]

Chrnononauts : Mar k Millar s’essaie au voyage dans le temps, pourquoi pas, mais il faudrait tout de même faire attention et prendre en compte certains basique du voyage temporelle plutôt que d’en faire un fourre-tout à dessiner à Murphy.

Batman & Robin Eternal, tome 1 : Refaire Batman Eternal qui était déjà moyen à la base, mais avec des Robin est une très mauvaise idée de base, mais si ne plus la réalisation ne vient pas ca devient vite une purge à tous les niveaux.

Bloodshot Reborn : quand je dis que je suis pas fan de Lemire. Jeff Lemire m’a beaucoup déçu avec cette entame, des plus pénible et laborieuse. La voix off est d’une lourdeur à toute épreuve et n’apporte rien, tout ce qui est dit aurait pu être montré en plus souvent ça se répète. L’intrigue est d’une pauvreté navrante. Le héros est à peine esquissé si ce n’est pour dire qu’en 6 mois de temps le type est passé de héros soldat à épave, pour virer Punisher mixé avec Moon Knight. Bref une déception à tous les niveaux ou presque.

Sur les traces de Deadshot : Certes cette mini n’est pas exceptionnel, mais Buccellato ne peut vraiment faire ce qu’il veut. Il part donc sur un classique en amenant les vieux parents de Floyd à l’article de la mort, entrainant une réaction de sa part et intègre un nouveau personnage qui se trouve être celui dont il a emprunté son passé. J’ai trouvé l’idée astucieuse, malheureusement à devoir parlé du passé, de la fille de Floyd, du Squad, de ses rapports avec Amanda, la rivalité entre les deux personnages est ici très peu avancé et très vite noyé dans le torrent d’action nécessité. car s’il y a bien une chose bien géré c’est l’action. On ne s’ennuie pas une seconde. J’ai lu ses six épisodes sans m’arrêter. Ca se lit bien, mais malheureusement trop vite ce qui vous laisse imaginer le niveau d’exigences. Le personnage de Floyd est peu exploité, et ce qui est abordé est globalement ce que l’on lit toujours quand il y a une mini sur ce personnages (son passé, sa fille, ses rapports avec Waller). Bref rien de nouveau sous le soleil de ce côté. Pour les autres personnages c’est pareil, rien n’est vraiment approfondi, on dirait même une sorte de parodie d’eux-même. Amanda est méchante car c’est une femme dure et méchante, Harley à un petit béguin pour Floyd donc l’aide, le méchant est méchant… Je comprend le besoin de faire une telle mini et la difficulté qu’à eu Buccellato à s’en sortir, mais je pense qu’il n’a pas été à la hauteur de la tache, même si peut-être que pour un débutant ça sera très bien, pour moi le peu d’ambition et de travail sur les personnages font que c’est plutôt mauvais.

The Wicked + The Divine : Si la note d’intention est sympa, le reste est nettement moins bien, c’est plutôt longué, ca parle beaucoup, pour ne pas développé les persos, le côté on parle de star est complettement passé à côté, non mauvais c’est tout.

Et la vie, quel est l’intérêt ? :mrgreen:

Le sexe et la bière

D’ou l’expression “T’as été fini a la biére.” Encore que c’est peut être une variante Nordiste du “T’as été fini a la pisse” qui n’est autre que de la biére en plus raffinée.

Avec deux de mes chroniqueurs de B.O BD nous avons également proposé un Top pour 2016 mais beaucoup plus axé sur la Bd Franco-Belge, même si on y trouve comics et mangas.

Du coup je laisse ceux que ça intéresse aller voir plutôt que de faire un copié-collé pas forcément à sa place dans un tropical spécial comics :wink:

Pas mal de bonnes choses dans ce top silverfab, par contre, pas de grosses locomotive ou les gros succès de l’année ? L’homme qui tua Lucky Luke, Shangri-La, ce qu’il faut de terre à l’homme ?

pourquoi il devrait les mettre ou en mettre?

c’est surprenant on dirait qu’il y a forcément des passages obligés dans les Tops.

Non je suis surpris de ne pas avoir vu des trucs considéré par la grande majorité comme l’une des BD de l’année c’est tout.

Merci de ces retours! Kab, le Lucky Luke je l’ai trouvé sympa mais pas transcendant.
Je n’ai pas lu Ce qu’il faut de terre… et en effet le Shangri-Laétait un de mes outsiders mais ses petits défauts l’ont un peu handicapé.

quels petits défauts pour toi ? pour Shangri-La ?

Si tu suis le lien, tu auras ta réponse :slight_smile:

ben je l’ai fait et j’ai pas trouvé justement. J’ai lu la chronique et je l’ai trouvé bonne, tu ne mentionnes pas les défauts.

C’est vrai que je ne le dit qu’à demi-mots en fait quand j’écris:

[quote]…Mathieu Bablet s’attaque à la S.F d’anticipation avec –presque-autant d’originalité.
Shangri-la est un album riche, foisonnant, quitte à être parfois un peu trop gourmand même ; abordant de multiples thématiques problématiques très d’actualité …l’auteur livre une œuvre qui n’est pas sans faire penser à certains illustres prédécesseurs (2001 entre autre )…[/quote]

Je veux dire enfiligrane que Bablet ancre son oeuvre dans une époque (le coup de smartphones version “7” c’est clairement la référence 2016 à Apple) et que certaines parties sont très inspirées par d’autres choses déjà vue ou lues.

Néanmoins ca reste un album du haut du panier de l’année sans problèmes!

c’est une référence au galaxy Note et non Apple :wink:

Ok je vois ce que veux dire, oui effectivement x’est ancré dans son époque.