NOUS, LES MORTS t.1-4 (Darko Macan / Igor Kordey)

Discutez de Nous, les morts

La critique de Nous, les morts T.1 (simple - Delcourt BD) par ginevra est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Nous, les morts T.1 (simple - Delcourt BD) par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

Personnellement, j’adore.
J’y suis venu parce que c’est Kordey qui dessine (je suis fan), mais aussi parce que c’est le grand retour de Darko Macan (je suis fan).
C’est un scénariste très politique, qui sait raconter une histoire savoureuse au premier degré, mais qui ne manque jamais de donner à ses récits plusieurs couches de significations. C’est ce qu’il a fait dans ses Grendel (qui sont une parabole évidente de la guerre dans sa Yougoslavie natale), mais aussi dans ses Tarzan (Macan et Kordey ont fait un one-shot formidable sur l’éclatement des empires), ou encore dans ses Hellblazer (qu’emportent les immigrés avec eux quand ils foulent le sol du pays d’accueil ?). Il a même écrit pour Disney, et, pareil, c’est politique.
Là, il met en scène deux civilisations, toutes deux fortement teintées de religieux, mais l’une est stérile même si elle prêche l’amour, et l’autre est vivante, charnelle, sensuelle, même si elle prône le sacrifice et la mort. Il renvoie tout cela dos à dos, posant la question du rapport entre politique, religieux, scientifique et technologique.
C’est assez enlevé, très cul, bien violent. Et vraiment très beau.
Excellente surprise.

Jim

La critique de Nous, les morts T.2 (simple - Delcourt BD) par ginevra est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Nous, les morts T.2 (simple - Delcourt BD) par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Nous, les morts T.3 (simple - Delcourt BD) par ginevra est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

Lu le tome 2, et toujours aussi bien. Ce balancement entre une culture axée sur la mort qui cultive la vie, et une culture axée sur la vie qui cultive la mort, est assez efficace. Quelques fulgurances dans les dialogues (le “Roi Soleil”, haha), et un dessin formidable. J’adore.

Jim

La critique de Nous, les morts T.4 (simple - Delcourt BD) par ginevra est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Nous, les morts T.4 (simple - Delcourt BD) par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

Formidable utopie zombie par deux auteurs yougos que j’aime beaucoup.

Jim

Macan, je l’ai découvert sur Grendel, dessiné par Buikovic. Ils ont fait ce récit en Yougoslavie du temps de la guerre, et ça témoignait déjà d’une maturité vertigineuse. Depuis, Macan a fait pas mal de choses, souvent teintées d’une approche politique assez puissante. Avec Kordey, il a fait un récit de Tarzan, une fable où le seigneur de la jungle délègue son pouvoir, ce qui dégénère assez vite en conflit, parabole limpide de l’éclatement des nations. Macan a fait aussi deux épisodes de Hellblazer, que je considère parmi les meilleurs de la série, sur le thème de l’immigration et de la culture qu’on emporte avec soi (et sur le rapport à la terre des origines). Tous les deux ont fait aussi des Cable chez Marvel, avec une réflexion sur le soldat assez saisissante.
Un grand auteur, Macan, vraiment sous-estimé.
Quant à Kordey, je suis fan depuis des années.

Jim

Ouais, Macan, on ne le voit pas assez. Je vais m’intéresser à cette série !

Jim, la série tient la corde jusqu’au bout ?

Et j’ai d’autres questions, en y regardant de plus près :

  • pourquoi autant de coloristes ?
  • pourquoi une traductrice est créditée ? C’est sorti dans un pays slave avant ?

Je trouve, ouais.

Aucune idée.

Macan est yougoslave (précisément, je sais pas : croate, ai-je vu passer comme info), donc il écrit soit dans sa langue, soit en anglais (ce que je soupçonne, vu qu’il a beaucoup écrit pour Dark Horse et DC). Dans les deux cas, je présume qu’il n’écrit pas en français, et qu’il faut une traduction avant lettrage.

Jim

Arf, faut que je retienne ce titre.
4 tomes, c’est à la fois si peu et beaucoup …

Disons que si tu as lu et apprécié Marshall Bass, tu peux te lancer, je crois. On y retrouve les élans cyniques, l’atmosphère désenchantée et les détournements de clichés.

Jim

Non, pas lu !

J’aime beaucoup, je crois qu’Artie un peu moins.

Tiens, quelques avis :

Jim

Oui, j’avais lu tes avis.