ON THE BRINKS - Sam Millar (Seuil)

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51c8a6J11JL.jpg

[quote]présentation de l’éditeur:
*«Sa vie, telle qu’elle est décrite dans On the Brinks, est une histoire conçue pour Hollywood à plus d’un égard.»
Gary Craig, Democrat and Chronicle

De fait, le spectaculaire récit autobiographique de Sam Millar a tout d’un thriller. À ceci près que si on lisait pareilles choses dans un roman, on les trouverait bien peu crédibles.
Catholique, Millar combat avec l’IRA et se retrouve à Long Kesh, la prison d’Irlande du Nord où les Anglais brutalisent leurs prisonniers. Indomptable, il survit sans trahir les siens : voilà pour la partie la plus noire, écrite avec fureur et un humour constant.
Réfugié aux États-Unis après sa libération, il conçoit ce qui deviendra le 5e casse le plus important de l’histoire américaine. La manière dont il dévalise le dépôt de la Brinks à Rochester, avec un copain irlandais, des flingues en plastique et une fourgonnette pourrie, est à ne pas croire. Même Dortmunder, dans un roman de Westlake, s’y prendrait mieux. Il n’empêche, le butin dépasse les 7 millions de dollars ! Un procès et une condamnation plus tard, il retrouve la liberté, mais entretemps, la plus grande partie de l’argent a disparu. Millar semble avoir été roulé par ses complices… Saura-t-on jamais la vérité ? En tout cas, le FBI cherche toujours !

Né à Belfast en 1958, Sam Millar a fait de la prison en Irlande du Nord comme activiste politique, et aux États-Unis comme droit commun. De retour à Belfast où il vit toujours, il est devenu écrivain. *[/quote]

http://ecx.images-amazon.com/images/I/510f1briqLL.AA160.jpg

dispo en poche

en plus d’être un très bon auteur Sam Millar a eu une vie assez exceptionnelle.
de sa jeunesse à Belfast et son appartenance à l’IRA au braquage de la Brinks à Rochester en passant par ses 8 années d’enfermement et de tortures à Long Kesh avec les autres Blanket Men ou son amour des comics,il nous livre une autobiographie toute en puissance, en noirceur mais aussi en sobriété et en humour.
Millar aurait pu en faire des tonnes mais il n’en a pas besoin. Avec lui la réalité dépasse la fiction