OSAMU TEZUKA - LE DIEU DU MANGA (Helen McCarthy)

http://i721.photobucket.com/albums/ww213/benoit_le/ouvrages/tezuka.jpg

[quote]Osamu Tezuka - Le dieu du manga
*Auteur : Helen McCarthy
Parution : octobre 2010
Édition : 1ère édition
Support : aucun
Nb de pages : 270
Format : 23,5 x 32
Couverture : Relié
Poids : 1685 g
Intérieur : Quadri
ISBN10 : 2-212-12726-X
ISBN13 : 978-2-212-12726-3
EAN13 : 9782212127263

Le manga lui doit tout ou presque ! Visionnaire incroyablement prolifique absorbant toutes les cultures, Osamu Tezuka a su s’en inspirer avec talent pour imposer un style unique qui tient à la fois de Walt Disney, Stan Lee, Jack Kirby, Tim Burton et Carl Sagan. Créateur de personnages tels que Astro le petit robot, le Phénix, le Roi Léo, Black Jack et de nombreux autres, il a produit au cours de sa carrière plus de 170 000 pages de bandes dessinées rassemblées dans près de 700 titres manga. Fasciné par l’animation, il créa ses propres studios et réalisa plus de 70 films et émissions de télévision. Il posa les fondations du manga et de l’anime tels que nous les connaissons aujourd’hui et fut l’inventeur de techniques de production qui sont toujours utilisées.

Auteur et animateur hors pair, Osamu Tezuka a révolutionné la BD manga et l’animation japonaise et influence encore de nombreux artistes dans le monde entier.

Osamu Tezuka, le dieu du manga retrace la vie de ce créateur exceptionnel, au travers de certaines de documents étonnants qui vous aideront à mieux cerner l’ampleur de son travail : extraits de mangas, couvertures, dessins, affiches.

Au sommaire*:

Avant-propos
Préface
La jeunesse d’Ozamu Tezuka : une vie en images
Les personnages et le star system
L’homme de l’espace
Aventures pour garçons et filles
Le meilleur des mondes : les années 1960
Le docteur et les démons : les années 1970
Le cercle de la vie : les années 1980
Ce qui a été perdu : les oeuvres inachevées
L’héritage d’Ozamu Tezuka
Notes
Bibliographie
Crédit des images
Titres de Tezuka traduits en français
Index
Remerciements[/quote]

Lien :
Le site de l’éditeur : www.editions-eyrolles.com

Très très bien, ce bouquin.
Qui bénéficie aussi d’une traduction émérite de Jean-Paul Jennequin.

Jim

En se penchant en détail sur le parcours d’Osamu Tezuka, Helen McCarthy en est venue à faire des recherches sur Ippei Okamoto, que Tezuka cita comme une influence majeure lors d’interviews. Ippei Okamoto, dont les œuvres ornaient les étagères des parents du jeune Tezuka, fut un caricaturiste, peintre, critique et théoricien du manga antérieur à la seconde guerre mondiale (il écrivit plusieurs livres sur le sujet), qui paraissaient sous la forme de vignettes et d’histoires avec des personnages récurrents publiées dans des journaux, et qui n’avaient alors pas la forme du story manga feuilletonesque qu’inaugurera Tezuka par la suite.

Sur son blog, Helen McCarthy a consacré une entrée à Ippei Okamoto, ainsi qu’une tentative de bibliographie de ses travaux.

Une autre des influences d’Osamu Tezuka fut Rakuten Kitazawa, également peintre et caricaturiste d’avant-guerre et aîné d’Ippei Okamoto, un des précurseurs du story manga puisque qu’il fut l’initiateur des premières histoires dessinées contenant des personnages récurrents, publiées dans des journaux. Nicholas Theisen, chercheur au centre des études d’Asie et du Pacifique à l’université de l’Iowa, est l’auteur d’un blog qui s’interroge sur ce qu’est le manga, et y publia l’année dernière un article copieux sur Rakuten Kitazawa, qui contient en outre quelques extraits de son travail, notamment des illustrations et des dessins usant de narration figurative. Theisen a également consacré une entrée détaillée au versant théoricien du travail d’Ippei Okamoto, en livrant une analyse sur l’ouvrage How to draw the new manga de ce dernier.

Merci, Benoît, pour ces liens… Je lirai ça plus tard, mais ça me semble intéressant.

Tori.

Je n’ai pas encore lu les entrées de Nicholas Theisen, mais ça a l’air costaud et plus généralement son blog a l’air d’être d’excellente tenue.

Je recommande aussi la lecture de l’essai Histoire du manga de Karyn Poupée, dans lequel l’auteure retrace avec précision et moult recherches visiblement l’histoire du manga donc, des prémices graphiques de la fin du XIXième siècle jusqu’au marché saturé et en perte de vitesse de la première décennie des années 2000. Karyn Poupée y développe une contextualisation poussée et livre des clés passionnantes pour saisir d’où viennent les origines du manga, quelles sont les multiples influences artistiques et sociétales, etc… J’ai trouvé le bouquin épatant, parce qu’il m’a donné des réponses à plein de questions que je me posais, et même au-delà puisque j’ai appris énormément de choses, notamment sur Kitazawa et Okamoto et leurs suiveurs, ainsi que leurs apports colossaux et déterminants qui marquèrent durablement Osamu Tezuka.

Ce qui est dommage, c’est que le livre ne comporte aucune iconographie, c’est ce qui m’a amené à faire quelques recherches.

Tiens, ce dernier, je croyais l’avoir mais, apparemment, non…

Tori.