PHILBY (Robert Littel)

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41kWbm1pgTL.SY445.jpg

[quote=“Amazon”]1933. Hitler a commencé son ascension, et l’Europe tremble. Quelques mois après l’incendie du Reichstag, un jeune Anglais tout juste sorti de Cambridge part pour Vienne où il s’engage dans la lutte contre le fascisme. Face à la montée des périls, il épouse Litzi Friedman, la jeune Hongroise juive et communiste qui était devenue sa compagne, et la ramène en sécurité en Angleterre.
À son retour à Londres, il est recruté par les services de renseignement russes, et peu après s’en va couvrir la guerre civile espagnole, d’abord en journaliste free-lance, bientôt en qualité de correspondant du Times. Mais de quel côté vont vraiment ses sympathies ? Est-il encore le jeune homme de gauche qui avait voulu lutter contre le chancelier Dollfuss, ou est-il devenu, comme ses articles pourraient le laisser croire, un partisan de Franco ? C’est alors que s’ancre en lui ce trait indélébile : l’ambiguïté. A-t-il choisi sa cause ou sert-il plusieurs camps ? Ce roman nous fait vivre les débuts d’une des plus longues et intrigantes carrières que le monde de l’espionnage ait connues : celle de Harold Adrian Russell Philby. dit Kim, le plus énigmatique, le plus insondable de ceux qu’on a appelés «les Cinq de Cambridge», qui seront démasqués comme agents soviétiques ou, pour certains, feront défection.
Dans une Europe envahie par le spectre de la guerre qui vient, puis soumise au début de l’horreur, un Philby jeune, idéaliste, esquisse ses premiers pas de danse, luttant pour des principes avec cette interrogation lancinante : du communisme ou du fascisme, quel est le plus grand mal ?
Avec son talent inimitable pour conjuguer Histoire et fiction, mêlant avec art personnages inventés et vraies figures historiques, Robert Littell évoque ces heures critiques du xx’ siècle. Il livre aussi quelques nouvelles clés, propose des hypothèses audacieuses pour comprendre qui fut le maître espion Kim Philby.

Ancien journaliste à Newsweek, spécialisé dans les affaires russes et moyen-orientales, Robert Littell a notamment publié Ombres rouges (1992), Le Sphinx de Sibérie (1994). La Compagnie : le grand roman de la CIA (2003). Légendes (2005), L’Hirondelle avant l’orage : le poète et le dictateur (2009), et un livre d’entretiens. Conversations avec Shimon Pères (1997). Ses livres sont traduits dans le monde entier.

Broché: 326 pages
Editeur : Editions Baker Street (4 novembre 2011)
Langue : Français
ISBN-10: 2917559195
ISBN-13: 978-2917559192[/quote]

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41E-zQSH8WL.SY445.jpg

[quote=“Amazon”]Présentation de l’éditeur
Dans l’Europe des années trente débute la plus intrigante carrière de l’histoire de l’espionnage : celle de Philby. Ce jeune Anglais, recruté par les services de renseignements russes, part couvrir la guerre d’Espagne en tant que journaliste pour le Times. Mais de quel côté est-il vraiment ? Est-il passé dans le camp du KGB ? Est-il en réalité toujours resté fidèle à la CIA ? A moins qu’il n’ait rejoint le camp de Franco, comme tout porte à le croire ?

Biographie de l’auteur
Robert Littell, ancien journaliste à Newsweek, est l’auteur d’une douzaine de romans dont La Compagnie, Ombres rouges, Le Sphinx de Sibérie et Les Enfants d’Abraham. Il a aussi publié un livre d’entretiens très remarqué, Conversations avec Shimon Peres.

Poche: 283 pages
Editeur : Points; Édition : Points (4 octobre 2012)
Collection : Points Policier
Langue : Français
ISBN-10: 2757826700
ISBN-13: 978-2757826706[/quote]

rhooo il est dans ma pal depuis plus d’un an :open_mouth:

Je lui ai fait un sort en profitant d’un voyage en train (les déplacements, c’est un peu mes dernières occasions de lire de la fiction…).
Et c’est vraiment bien. Le portrait d’un personnage brossé à travers de nombreux documents (rapports administratifs, témoignages, comptes rendus…), donc un portrait en creux, mais très finement joué, avec ses zones de floues, ses interprétations, la dimension de subjectivité imposée par l’exercice… Et ça s’ouvre et se referme sur une vision du monde soviétique, paranoïaque et absurde, et par extension de la Guerre Froide, également paranoïaque et absurde, pour ne pas dire kafkaïenne.
En gros, Littel parle d’un espion légendaire, et évoque le monde en entier.

Jim