PIKE - Benjamin Whitmer (Gallmeister)

http://fbcdn-sphotos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xfp1/v/t1.0-9/10570378_10204005757293454_3959953316657671119_n.jpg?oh=89abddbf6bba9c4adb329b890824f340&oe=55B2D743&gda=1437228070_4ec4639ed591a67fb9f5abc5bf363bb0

[quote]présentation de l’éditeur:
Pike n’est plus l’effroyable truand d’autrefois, mais il a beau s’être rangé, il n’en est pas plus tendre. De retour dans sa ville natale des Appalaches proche de Cincinnati, il vit de petits boulots avec son jeune comparse Rory qui l’aide à combattre ses démons du mieux qu’il peut. Lorsque sa fille Sarah, disparue de longue date, meurt d’une overdose, Pike se retrouve en charge de sa petite-fille de douze ans. Mais tandis que Pike et la gamine commencent à s’apprivoiser, un flic brutal et véreux, Derrick Kreiger, manifeste un intérêt malsain pour la fillette. Pour en apprendre davantage sur la mort de Sarah, Pike, Rory et Derrick devront jouer à armes égales dans un univers sauvage, entre squats de junkie et relais routiers des quartiers pauvres de Cincinnati.[/quote]

dispo aussi dans la nouvelle collection noir de Gallmeister

http://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xpf1/v/t1.0-9/p75x225/1610901_10204005766493684_2523342095946141073_n.jpg?oh=56e0f611c303c73d8d219c7546626cd5&oe=55B75722&gda=1433718943_3b86c01878984f8c9cc9eb30596b4411

une merveille de roman noir qui vaut beaucoup plus par la qualité de plume de Benjamin Whitmer,ses personnages,son ambiance que pour son intrigue elle-même.
Les protagonistes de l’histoire sont des abîmés de la vie et des écorchés vifs,quasiment au propre comme au figuré.Dans une ambiance crépusculaire à couper au couteau Whitmer dresse dès le début des années 80 le portrait d’une autre Amérique,celle des laissés pour compte,celle qui vit hors et à l’écart des institutions,celle qui ne se reconnait déjà plus dans l’État Fédéral.
Les chapitres sont courts,la narration est rapide et l’écriture est sèche,abrupte et nerveuse.Comme les directs et crochets de Rory elle touche la cible à chaque fois.
j’en sors K-O pour le compte