PRIEST (Min-woo Hyung)

La critique par damss est disponible sur le site!

	[Lire la critique sur Manga Sanctuary](http://www.manga-sanctuary.com/bdd/manhwa/913-priest/parutions/9765-reedition-5.html)

Je n’avais jamais relu le titre depuis ma première lecture. Je viens d’entamer cette relecture et le tome 1 claque bien comme il faut. Graphiquement, Hyung Min-Woo en met plein la vue avec un style unique, carré, incisif, violent, mais débordant d’expressivité. Pas sûr qu’il y ait beaucoup de mangakas ayant cette capacité de représenter la haine, la rage, la fureur avec autant de puissance. On commence à appréhender le monde complexe de Priest, quelques bribes d’infos nous sont données concernant le passé de notre héros, de l’événement majeur qui a changé sa vie, de sa “mission”… Bref, c’est un excellent premier tome, peut-être un peu trop complexe dans son fond mais qui promet de belles aventures dans la suite. Et puis, ce gun-fight de dingue dans le train ! Si le film avait au moins repris cette scène sans y mettre des vampires tous pourris, on aurait au moins eu un bon moment de cinéma. Je vais passer au 2.

1 J'aime

Second tome, consacré exclusivement à recoller les morceaux du premier. L’arc Saint Baldias/Xavilon et le combat entre ce dernier et Ivan occupent donc une grande place, avec l’apparition d’un personnage mystérieux en plus sur la fin et quelques bribes du passé d’Ivan. Le graphisme de Hyung Min-Woo fait encore des merveilles, avec des pages vraiment prenantes et un style tout simplement parfait pour le titre. Beaucoup de personnages secondaires sont au centre du récit et peuvent rendre la compréhension de certains passages compliqués. On espère que tout ceci s’éclaircira vite afin de bien identifier les différentes “équipes”. Vessiel/Ivan, Temosare/Xavilon, OK. Mais, au final, y a-t-il un clan de gentils ou juste une lutte entre représentants des ténèbres ?

Troisième volume et changement de cap. On laisse Ivan, quasiment absent de ce tome, pour d’abord suivre une équipe enquêtant sur les divers massacres et qui nous permet d’en savoir plus sur le début de tout ceci. Puissaut de 300 ans dans le futur, où on connait l’issue du combat d’Ivan et qui ouvre de nouvelles perspectives pour la suite. Suite qui, apparemment, sera consacrée à l’histoire d’Ivan, notamment son passé avec Zena. On a hâte d’en savoir plus, savoir comment tout ceci a commencé… Encore un excellent tome.

4ème tome, et nous avons donc l’histoire d’Ivan Isaak qui commence à prendre forme. Son adoption, sa relation avec Zena, son départ du domaine familial Jacop, son retour avant un nouveau départ, cette fois pour une mission venant directement du pape, mission qui va être le début de son cauchemar. Le Domes Forata, apparemment réceptacle de l’âme de Temosare, son futur tourmenteur. Temosare, dont nous apprenons également l’origine : Bogus de Guillon, chevalier de la guerre sainte… En bref, un nouvel excellent volume, où l’univers est encore plus développé, plus fouillé, et toujours aussi passionnant.

Tome 5 : le “présent” est toujours de côté et on découvre encore un peu plus le passé d’Ivan, mais aussi le passé des 2 personnages centraux de l’intrigue, Temosare et Vessiel. Tout ceci nous permet de mieux comprendre l’intrigue principale et renforce encore un peu plus le background du titre, loin d’être vide. Alors bon, certes, le schéma est un peu répétitif puisque chaque personnage qui va perdre foi en dieu le fait après la mort d’êtres chers. Mais on comprend ainsi mieux leur comportement et la raison de ce revirement.

Tome 6, et on continue d’en apprendre plus sur le passé de notre héros. Comme prévu, le changement pour Ivan va se faire avec la perte d’un être cher (qu’on devine sans peine). Mais le gros intérêt de toute cette partie, c’est vraiment de comprendre les origines des divers “clans”, entre les partisans de “Dieu”, ceux de Temosare, l’ange déchu (et déçu) et ceux de Vessiel, reniant Dieu mais mettant Temosare en tête de ses ennemis. Tout ceci devient de plus en plus clair et on attend maintenant le retour au présent, sans doute pour le tome 8, puisqu’il reste encore quelques événements à raconter à cette époque.

On passe au 7 donc ! Le réveil de Temosare, accompagné de ses disciples, va forcer Vessiel à se rapprocher d’Ivan. Ivan qui refuse la vérité, la mort de Zena, le fait que Dieu l’ait abandonné, le fait que Temosare et Vessiel aient raison… Mais qui finira par se transformer en ce tueur de zombies sanguinaire que l’on connait bien. Si la première moitié du volume est un peu brouillonne autour de la “résurrection” de Temosare, la seconde est bien meilleure et la montée de la colère, de la folie même de notre héros est vraiment phénoménale, avec une scène finale grandiose. Quel pied !

Volume 8 (ouais, ça se lit vite !) : la première partie concerne la fin du “pacte” et on se retrouve donc assez rapidement de retour dans le “présent” avec l’équipe composée de marshalls et d’un prêtre sur les traces d’Ivan. Ester commence à se transformer, la piste d’Ivan est dure à suivre, celui-ci a besoin de se ravitailler en argent et joue donc au chasseur de primes… Bref, un tome un peu moins prenant mais toujours agréable, la première partie étant encore très forte et la dernière planche sur Ivan, avec son regard de dément, est magnifique. Le cliffhanger est également très bien venu, puisqu’on a sans doute là un autre disciple de Temosare se dressant devant Ivan… On en saura plus dans le tome 9 !

Et de 9 ! Finalement, l’adversaire en face d’Ivan n’était qu’un sous-fifre d’un disciple de Temosare, Akmode. Ce volume nous montre donc Ivan qui se présente devant Akmode, nous présente également Akmode, son passé, ses “passions”, son massacre et le tome se finit sur le début du combat. A noter que cette fois, Hyung Min-Woo nous propose un petit épilogue en forme de dialogue avec pour thème sa foi en dieu et le contenu de son oeuvre. Intéressant lorsque l’on sait que, malgré les démentis de l’auteur, les rumeurs font état de pressions religieuses ayant abouties à l’arrêt prématuré de la série…

On passe donc au volume 10. Deux faits marquants : le combat entre Akmode et Ivan qui se termine de manière étrange et la rencontre entre Ivan et l’équipe du marshall Coburn. Temosare semble avoir un plan pour Ivan, allant même jusqu’à demander à l’un de ses disciples d’en tuer un autre… Ivan ne veut toujours pas laisser Vessiel prendre le contrôle de son âme et se retrouve maintenant doté d’une nouvelle “arme”… C’est fou à quel point je n’avais plus le moindre souvenir de tout ceci. Je ne sais pas trop vers quoi nous emmène la suite et c’est vraiment agréable de redécouvrir un titre aussi longtemps après as première lecture et de continuer à le trouver très bon dans son fond mais surtout dans sa forme (oui, j’insiste encore sur le graphisme unique et exceptionnel d’expressivité de Hyung Min-Woo).

11ème tome et entrée en scène d’un nouveau groupe, venant s’immiscer entre les “pro-Temosare” et les “pro-Vessiel”, venant sur les ordres du Vatican pour tenter de résoudre “l’épidémie”. Ce groupe issu des “Bertines” est pour le moment le seul continuant à croire en dieu. Cario, l’indien du groupe de Coburn, s’oppose à eux en suivant la piste d’Ivan et Ester, à son grand dam. Et pendant ce temps-là, Ester, qui a de nouveau été repoussée par Ivan, tente d’en apprendre plus sur le “virus”… Encore un tome dense en événements malgré une trame de fond qui n’avance pas vraiment. Graphiquement, Hyung Min-Woo propose encore de très belles choses, variant les styles et les traits tout en restant dans une identité propre. L’occasion aussi de rappeler que l’édition de Tokebi est assez minable, notamment pour les pages apparemment en couleurs dans la version d’origine et qui sont ici totalement sombres et illisibles. Ajoutons évidemment les fautes de frappes et autres qui parsèment le récit pour ne pas oublier que la fin de Tokebi n’est pas un hasard, loin de là…

Volume 12 : un nouvel “ennemi” se dresse devant Ivan dans ce tome, mais il est, une fois encore, très particulier. En effet, nous apprenons qu’il s’agit de la “compagne” de Temosare, qui “protège” l’un des lieux saints et possède un pouvoir empêchant Ivan d’y pénétrer. Et pendant que Coburn voit des renforts arriver, nous apprenons à découvrir cette femme dénommée Stella et qui veille sur une communauté de saltimbanques, voire carrément de créatures de foire. On reste encore fortement dans l’ambiance far-west, assez rare dans la BD asiatique, avec ce côté ésotérico-fantastico-catastropho-horreur très appréciable. Même si on aimerait revoir quelques têtes voler, des gun-fights et du découpage de mort-vivants !

Tome 13 à 16 : bon, voilà, c’est fini. Les 4 derniers tomes de Priest sortis par Hyung Min-Woo se déroulent dans la petite ville de Windtale, prochain lieu saint à subir le massacre rituel. Et pour la première fois, tous les clans présentés seront sur place. L’équipe de Bertines, qui lance les hostilités, l’équipe de Temosare, qui en ajoute une couche en faisant se relever les morts, Ivan pour “l’équipe” Vessiel prêt à découper du mort-vivant à la pelle, et Coburn et ses potes, en attente de renforts et qui vont tenter d’empêcher le massacre qui ne peut pas l’être. Hyung Min-Woo prend son temps avec cette partie du récit. Ivan affronte et perd lourdement contre un disciple de Temosare, Nettelafim nous est présentée en détail, entre sa vie passé près de son maître, sa vie actuelle avec ses camarades de spectacles et son destin, la ville de Windtale, typiquement Far-West dans tout ce qui la représente, du shérif au “chef”, en passant par les sous-fifres habituels, et puis, tout doucement, l’auteur nous prépare au grand massacre, avec la catastrophe menant au résultat final. Et on referme le 16ème tome avec un Ivan de nouveau debout et en forme, des morts-vivants qui attaquent, des soldats de dieu combattant les marshalls et tout ce joyeux monde réuni, ensemble, pour un feu d’artifice que nous ne verrons sans doute jamais… Vraiment dommage car l’ambiance western de Priest est unique, le côté ésotérique très poussé est très sympathique à suivre et comme on y ajoute en plus la grosse dose d’action à coup de gunfights et de découpage de morts-vivants, on avait là un mélange unique servi par un graphisme unique et de plus en plus maîtrisé dans toutes ses nuances. Et comme, en plus, l’autre série de Hyung Min-Woo disponible chez nous, Ghost Face, est morte en même temps que son éditeur éphémère, Kantik, pas certain que nous soyons près de revoir la patte du manhwaga de sitôt.

Belle description! Félicitations! Je suis fan aussi mais je galère à trouver des news sur la série ou l’auteur… Ta conclusion ne me rassure pas, il y a donc peu de chance d’avoir une suite… :frowning:

Merci ^^ En effet, peu de chances d’avoir une suite.

Article “bilan” de cette re-lecture, avec un peu plus de recul : iletaitunefoisunmanga.wordpress. … g-min-woo/

Je viens de voir la réédition proposée par Pika. Est-ce que quelqu’un l’a eu en mains ? Sait-on combien de tomes sont prévus ?

Et question subsidiaire : une suite existe-t-elle ? Car j’ai bien lu “la promesse d’un fin selon Pika” mais j’ai des doutes tant d’années après…

Je l’ai, oui.

C’est donc un format plus grand et plus épais, sans jaquette. Ce sont des tomes doubles, donc ça en fera 8 + la fin annoncée…

Je me réjouis de voir aussi la qualité de cette “suite”, mais j’imagine bien qu’elle ne sera pas fort développée. J’ai pas l’impression que la série ait réellement repris, ça me fait plus penser à une fin (plus ou moins) à l’arrache, que l’auteur élaborera dans le cadre de cette réédition. Enfin, je peux me tromper, et c’est toujours mieux que rien.

Dans tous les cas, moi, je soutiens, et je pense que c’est pas du luxe vu que le tome 2 avait déjà été (légèrement) repoussé, il me semble.

Merci chris. Après avoir lu l’article sur le site de Pika, je me demande aussi à quoi va bien pouvoir ressembler cette fin… Mais bon, je vais tenter d’aller en magasin pour voir à quoi ressemble cette réédition et je risque fortement de me laisser tenter…

Hello ! Je vois que le tome 8 doit sortir en juin prochain (on verra bien d’ici là si la date est maintenue) mais je voulais savoir si le tome 7 se finit au tome 14 de l’édition initiale et donc s’il fallait attendre un éventuel tome 9 pour pouvoir voir enfin une « suite » à cette série. Quelqu’un a-t-il ce fameux tome 7 ?