PRISONERS OF THE GHOSTLAND (Sono Sion)

Hero, criminel notoire, est envoyé au secours d’une fille kidnappée ayant disparue dans un univers surnaturel. Au sein de ce territoire qu’on appelle le Ghostland, ils vont essayer de briser la malédiction qui les garde captifs de mystérieux revenants.

Nicolas Cage et Imogen Poots tiennent les rôles principaux de Prisoners of the Ghostland, le premier long métrage américain du japonais Sono Sion (Love Exposure, Tokyo Tribe…).

Suite aux problèmes de santé de Sono Sion (il a eu une attaque cardiaque en début d’année), le tournage de Prisoners of the Ghostland a été repoussé et commencera finalement ce mois-ci au Japon. Sofia Boutella (La Momie), Ed Skrein (Deadpool), Bill Moseley (3 from Hell), Young Dais (The Outsider) et Tak Sakaguchi (Re:Born) ont rejoint la distribution.

Ah merde !! Tu me l’apprends.
Peut-être que ce rythme de travail stakhanoviste qu’il a adopté, qui a atteint un pic il y a quatre ou cinq ans, a en partie joué dans ce gros pépin. J’avais lu que Sono Sion, sur le tournage de « The Virgin Psychics » (qui s’est déroulé au beau milieu de sa période la plus productive), était tellement rincé et à bout qu’il avait demandé sur un coup de tête à son chef-op’ s’il ne voulait pas terminer le film, lui était trop crevé pour ça…

C’est vrai qu’il n’arrête pas : depuis 2017, il a réalisé la série Tokyo Vampire Hotel, dont il a aussi tiré un montage pour le cinéma; il a signé un segment du film à sketches The Bastard and the Beautiful World et il a réalisé The Forest of love, un thriller de 2h30 disponible depuis le mois dernier sur Netflix.

Oui, c’est le prochain Sono Sion que je vais me faire, et dans pas longtemps je pense. D’après les échos que j’en ai eu, c’est un peu un film-somme pour lui : il y revient habilement sur sa filmographie des 10/12 derniers années, paraît-il.
Et mine de rien, même si c’est déjà un joli tableau de chasse sur ces deux dernières années, il a quand même levé le pied par rapport à cette période complètement folle où il a été jusqu’à tourner 7 longs-métrages en un an… Gasp !!

Nic’ Cage + Sono Sion, y a moyen qu’on s’amuse dans ce film !
(sans parler du pitch… étrange, j’aime plutôt bien la veine fantastique de Sono Sion)