Pukhtu le dyptique - DOA (Gallimard série noire)

http://ecx.images-amazon.com/images/I/81mKnVg9N3L.jpg

[quote]présentation de l’éditeur:
Le terme pukhtu renvoie aux valeurs fondamentales du peuple pachtoune, l’honneur personnel - ghairat - et celui des siens, de sa tribu - izzat. Dire d’un homme qu’il n’a pas de pukhtu est une injure mortelle. Pukhtu est l’histoire d’un père qui, comme tous les pères, craint de se voir privé de ses enfants par la folie de son époque. Non, plutôt d’une jeune femme que le remords et la culpabilité abîment. Ou peut-être d’un fils, éloigné de sa famille par la force du destin. À moins qu’il ne s’agisse de celle d’un homme cherchant à redonner un sens à sa vie. Elle se passe en Asie centrale, en Afrique, en Amérique du Nord, en Europe et raconte des guerres ouvertes et sanglantes, des conflits plus secrets, contre la terreur, le trafic de drogue, et des combats intimes, avec soi-même, pour rester debout et survivre. C’est une histoire de maintenant, à l’ombre du monde et pourtant terriblement dans le monde. Elle met en scène des citoyens clandestins. [/quote]

dans Pukhtu DOA décortique jusqu’aux plus profonds détails l’engagement US en Afghanistan (avec quelques pistes en Europe et en Afrique)à travers la privatisation et la sous-traitance des forces armées,de “sécurité” et de renseignements.

l’immersion est totale. on est complètement dedans:les bruits,les odeurs,la poussière

DOA mêle avec brio et talent infiltration,accrochages,rapports militaires,dépêches et articles de presse,trafics et réseaux clandestins,code d’honneur,scènes intimistes et personnages bien développés.

c’est monumental de réalisme,DOA anime une véritable nébuleuse où les hommes sont dépassés par les événements et pour notre plus grand plaisir ce n’est que le 1er
un must

[quote=“barney stinson”]dans Pukhtu DOA décortique jusqu’aux plus profonds détails l’engagement US en Afghanistan (avec quelques pistes en Europe et en Afrique)à travers la privatisation et la sous-traitance des forces armées,de “sécurité” et de renseignements.

l’immersion est totale. on est complètement dedans:les bruits,les odeurs,la poussière

DOA mêle avec brio et talent infiltration,accrochages,rapports militaires,dépêches et articles de presse,trafics et réseaux clandestins,code d’honneur,scènes intimistes et personnages bien développés.

c’est monumental de réalisme,DOA anime une véritable nébuleuse où les hommes sont dépassés par les événements et pour notre plus grand plaisir ce n’est que le 1er
un must[/quote]

Je ne serais pas aussi dithyrambique sur le réalisme de ce roman que l’ami Barney, mais sinon globalement - de ce que j’en ai lu pour l’instant - je suis du même avis.
C’est mon premier DOA (même si j’en ai beaucoup entendu parler), et si la suite du roman est de la même envergure, ce romancier a gagné un nouveau lecteur.

[quote=“artemus dada”]
Je ne serais pas aussi dithyrambique sur le réalisme de ce roman que l’ami Barney[/quote]

je ne t’en veux pas :wink:

[quote=“artemus dada”]
mais sinon globalement - de ce que j’en ai lu pour l’instant - je suis du même avis.
C’est mon premier DOA (même si j’en ai beaucoup entendu parler), et si la suite du roman est de la même envergure, ce romancier a gagné un nouveau lecteur.[/quote]

je prends le pari que ça sera le cas :slight_smile:

Présentation de l’éditeur
Le terme pukhtu renvoie aux valeurs fondamentales du peuple pachtoune, l’honneur personnel - ghairat - et celui des siens, de sa tribu - izzat. Dire d’un homme qu’il n’a pas de pukhtu est une injure mortelle. Pukhtu est l’histoire d’un père qui, comme tous les pères, craint de se voir privé de ses enfants par la folie de son époque. Non, plutôt celle d’une jeune femme que le remords et la culpabilité abîment. Ou peut-être celle d’un fils, éloigné de sa famille par la force du destin. À moins qu’il ne s’agisse de celle d’un homme cherchant à redonner un sens à sa vie. Elle se passe en Asie centrale, en Afrique, en Amérique du Nord, en Europe, et raconte des guerres ouvertes et sanglantes, des conflits plus secrets, contre la terreur, le trafic de drogue, et des combats intimes, avec soi-même, pour rester debout et survivre. C’est une histoire de maintenant, à l’ombre du monde et pourtant terriblernent dans le monde. Elle met en scène des citoyens clandestins. Pukhtu Secundo complète et conclut le diptyque commencé avec Pukhtu Primo.

Ce Secundo conclut majestueusement à la fois le diptyque Pukhtu et le cycle clandestin entamé avec les Citoyens du même nom.
C’est une histoire du monde. Celle que l’on approche pas de trop près, pour ne pas savoir, pour ne pas reconnaitre que ce monde n’est pas juste blanc ou noir.
C’est dosé et mené de main de maitre par un DOA qui aura jeté un regard cru et horriblement réaliste sur les liens entre services secrets et de renseignement,pouvoirs politiques et pouvoirs financiers.
Magistral et monumental

C’est rigolo, le mec qui était à côté de moi dans le train lisait ça … le gars était très penché dessus quand même !