PUNISHER t.1-3 (Jason Aaron / Jesus Saiz, Paul Azaceta)

100% MARVEL : PUNISHER T01 – LE ROI DES TUEURS

Jason Aaron, Jesus Saiz, Paul Azaceta I 144 pages, 19,00 €

Une nouvelle ère commence pour Frank Castle, qui se retrouve chef de… la Main ! Comment l’homme qui tue tous les criminels s’est-il retrouvé à la tête d’une meute de ninjas sanguinaires ? La réponse va totalement chambouler le monde du Punisher !

(Contient les épisodes US Punisher (2022) 1-4, inédits)

4 JANVIER

Ce relaunch partait avec pas mal d’apriori de ma part.
La seule chose positive était que Jason Aaron en était le scénariste et que son écriture me parle toujours. Je savais qu’au pire ce serait sans intérêt, con mais que ca se lirait bien.
Un Punisher qui serait à la tête de la Main (organisation criminelle Ninja de Marvel), perdrait son logo (j’ai déjà eu du mal quand les « dents » du crâne n’étaient plus sa ceinture), ca semblait annonciateur de l’apocalypse à minima.
Que Saiz et Azaceta voient leurs styles alterner sur un numéro ne semblait pas non plus une idée qui tiendrait pour une homogénéité graphique.

Bref, malgré Aaron, je partais à reculons sur ce titre.

Et bien, tout fonctionne!
On est loin de la prestation de Aaron sur Avengers. J’aime bien mais ca ne restera pas dans les annales (bon à part Uncanny Avengers de Remender, il ne restera rien de 15 ans de la série d’avengers de toute façon).

Je ne vais pas spoiler inconsidérément, même si les cliffhangers me paraissent assez transparent à la lecture, mais le recrutement du Punisher par la main est bien amené par Aaron. Le changement de logo devient organique et m’est même rapidement sorti de la tête.

Quand à l’alternance des styles graphiques, il en résulte comme une forme d’impressionnisme quand au flashback. Une vision moins précises que le trait de Saiz qui lui est ultra réaliste, y compris dans le gore. Il arrive quand même très bien à amener les émotions et le mouvement. Ses doubles pages sont toujours bien choisies et elles peuvent être nombreuses. En effet, nous n’avons que 4 numéros mais qui ont une longueur inhabituelle voulue par l’équipe créative.

Alors, Aaron nous donne une origine un peu semblable à Ennis en faisant remonter le Punisher ni à la tragédie de Central Park ni même à la guerre. Je n’avais pas aimé ce point chez Ennis mais Aaron me semble y amener plus d’humanité, même si je continue de préférer le Punisher de l’ère Potts (Baron ou Grant).

Bref, on ne peut pas encore savoir ce que cette maxi-série donnera dans son ensemble mais ce premier tome est une vraie réussite.

2 « J'aime »

ça t’arrive de démarrer sans a priori ?

Souvent oui ou alors positif mais souvent j en ai pas.
Avoue quand même que là c est un pitch qui tranche pas mal

Punisher T02 : L’homme et le diable

La Main a ressuscité la femme de Frank Castle qui se retrouve à la tête d’une armée de ninjas, pour l’assister dans sa guerre contre le crime. Combien de temps le Punisher supporte a-t-il de travailler avec des criminels ? Et, quel est le prix de la résurrection de Maria Castle ? Dans ce volume nous assisterons aussi à un affrontement épique entre le Punisher et Arès, le Dieu de la Guerre ! Jason Aaron, auteur de gigantesques épopées sur Thor et Avengers, ose emmener le Punisher là où il n’est jamais allé en exauçant son voeu le plus cher. Voici très certainement la saga la plus importante depuis longtemps pour l’anti-héros, portée par les magnifiques dessins de Jesus Saiz (Captain America) pour les séquences du présent, et Paul Azaceta (Outcast) pour les flashbacks.

  • ASIN ‏ : ‎ B0BXKMJW5S
  • Éditeur ‏ : ‎ Panini (14 juin 2023)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 136 pages
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 979-1039115544

Je rejoins l’avis du Mallrat. Je ne savais pas à quoi m’attendre, je craignais que l’intrigue ou l’excuse du logo ne soit trop présent, mais rien de tout ça. J’étais surpris de l’identité du vilain, mais ça fonctionne et ça correspond aux obsessions du scénariste. Je ne sais pas vraiment si j’apprécie le style de Saiz, mais c’est très très joli, et à chaque fin d’épisodes, j’avais envie de lire la suite !
Je suis toujours un peu méfiant lorsqu’on plonge dans l’enfance d’un héros, parce qu’il y a souvent le passage obligé d’un traumatisme, ou d’une révélation un peu glauque, qui tombe parfois dans la facilité (Aaron s’était complètement loupé sur Thanos !) mais là, ça fonctionne, et ça interroge aussi.

Vivement la suite… Très bientôt du coup !! ^^

Quelle lecture. J’en ai profité pour tout relire, et c’est excellent ! J’avais quelques doutes sur la nature des flashbacks, que je croyais « pervertis » par la prêtresse. Mais dans ce deuxième volume , le point de vue de ces souvenirs change, et cela rend le tout encore plus lourd, plus triste… Tellement humain !
L’alternance entre action et intime fonctionne très très bien !
Il y a le sentiment de lire un Punisher : The End, tellement l’issue du récit ne permet pas une fin heureuse, quelle que soit ce qui arrivera. Et ne pas pouvoir anticiper ce qui va se passer, ça, c’est un vrai plaisir !
Il me tarde de lire la suite !!

1 « J'aime »

Franchement c’est pas mal du tout. Je ne serais pas aussi dithyrambique que mes camarades, mais j’ai tout de même passé un bon moment. Rien a redire sur la partie graphique. Azaceta et Saiz se complétant bien malgré la différence de style. Le scénario quand à lui est sympa mais trop décompresser à mon goût, trop de flashback. Je comprends qu’Aaron en use pour montrer l’état psychologique de Franck et sa femme après son retour de la guerre. Mais j’ai trouvé ça légèrement trop lourd. 8 épisodes et on est toujours sur la meme intrigue avec le même méchant ( que j’apprécie beaucoup ). Ca gagnerait a être un peu plus ramassé, 2 épisodes de moins sur 8 ne m’aurait pas dérangé et le récit aurait gagné en fluidité/intensité pour moi. Car le problème, c’est qu’en connaissant le personnage, je me doute que l’intrigue va très mal finir pour Franck et que l’impact n’en sera pas forcément plus grand ( toujours pour mon ressenti).
Ça reste une lecture agréable et je prendrais la suite pour connaître le fin mot de l’histoire. Mais je ne le mettrais pas dans les meilleurs tafs d’Aaron. De mémoire ( je relirai bientôt) j’avais préféré sa version max

A te lire, je crois que la saga gagne à être lue mensuellement. A l’avoir lu chaque mois, je n’ai pas été gêné par les flashbacks objectivement redondants mais qui, retrouvés après quelques semaines, permettaient de forger pour moi une vision de plus en plus fine du passé.

Oui
Mais ca m a pas gene non plus a la relecture en album vf

Les arcs sont en 6 et si la vision de frank est sur le premier c est celle de maria sur le second

Redondant? Je trouve pas
C est redondant mais vu autrement… et justement ca approfondi

C est comme si watchmen en revenant a des moments clés etait redondant.
Zlors je dis pas que c est du niveau de watchmen mais je dis juste qu on revoit des moments mais toujours avec soit un element en plus soit une vision differente

Apres la serie max he l avais trouve excessive avec un coté sous ennis gênant

J’ai adoré le lire en recueil. C’est effectivement très décompressé, mais j’ai trouvé que la lenteur du récit permettait à l’émotion d’être progressive. J’ai adoré les flashbacks du 2eme tome Parce qu’i’ y a un aspect « inexorable ». Ça permet tout de même d’avoir de l’espoir par moment, tout en étant confronté à la réalité du récit.
Je suis pour le moment totalement conquis parce que je retrouve ce que j’aimais chez Aaron.

Pour sa version Max, j’avais adoré, là où j’ai trouvé la version MK d’Ennis pleine de facilité et vraiment en dessous de The Preacher. Je préfère nettement ses Punisher avec Parlov, qui ne cherchent pas la surenchère adolescente.

Yep c est tout dit comme il faut (bon max ca remonte trop)

Avec cet avantage d’avoir Barracuda.

J’ai découvert le Punisher via la revue marvel knights qu’un pote me prêtait. Si j’ai pas aimé la première mini série avec les anges, quand les 100 % d’Ennis et Dillon sont parus, je me suis jeté dessus. Étant ado et néophyte cette version m’a tout de suite accrochée. Et je l’aime encore beaucoup. J’admet avoir une légère préférence pour son second run.

Je connaissais le Pupu avant mais c’est vrai que cet enchaînement et cette période ont été une révélation (eh eh)

Les flashbacks sont l histoire principale.

Point de vue intéressant.

Lequel?
Moi j adore la premiere maxi mk… la seconde je la trouve bien moins sympa et surtout plus elle dure plys la qualite baisse.
J aime plus la version max d ennis meme si tous les arcs sont pas de même niveau.

Bon apres je reste persuade que priver punisher de microchip est une idee qui fait qu aucune serie ne tient la distance…
Le cast mk de ennis ne peut pas tenir la distance car c est un cast humoristique et a un moment avec punisher tu dois revenir vers du plus serieux… mais sans cast… tu finis par etre redondant si tu n as pas un plot fort…

Le souci de microchip dans les 80-90’s c est qu il est rarement developpe … mais il a une fonction importante comme jarvis pour les avengers… sinon a un moment tu es completement deconnecte de l humanité

Je relis la le run de byrne sur avengers avec toute la maintenance faits par des humains…
Certains comme le wakandais n apparaissent que quelques pages… nuklo redevenu humain et jardinier a peine une case…
Y avait des trucs a faire… qui n ont pas ete faits…
Des scenaristes si brillants que ceux du passe devrait faire mieux plutot que moins

C’est combien « la distance » pour toi ?

J en sais rien mais a un moment je pense ou ca bloque