QUE LA MORT VIENNE SUR MOI - J. David Osborne (Rivages)

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51D8a6o7jrL.jpg

[quote]présentation de l’éditeur:
*Arlo et Sepp Clancy vivent dans une petite ville de l’Oklahoma.
Arlo est marié, travaille dans un magasin et rêve à une vie meilleure que l’existence étriquée qu’il mène dans son mobile-home.
Sepp vient de sortir de prison mais, lassé des boulots ingrats, il préfère se livrer au trafic de pilules sur internet.
Lors d’une expédition de pêche au poisson-chat, les deux frères découvrent une tête humaine dans la vase ; ils choisissent pourtant de ne rien dire à la police.
Dans la même ville, Danny Ames, videur dans un club, joue les gros bras pour un caïd local.
Il est à la recherche de son frère qui a disparu.
Sa trajectoire va croiser celle d’Arlo et Sepp Clancy… *[/quote]

dans un patelin anonyme de l’Oklahoma on retrouve 2 duos de frères. d’un côté Sepp et Arlo Clancy,blancs, le 1er sort de prison et l’autre bosse dans un magasin de sport. de l’autre Thomas et Dany Ames,noirs, le 1er a disparu et l’autre assure la sécu dans une boite de nuit et fait le coup de poing pour quelques billets.
Dany, avec ses méthodes à lui, part à la recherche de son frère. Les Clancy,pendant une partie de pêche au poisson-chat, retrouvent une tête et un corps mais ne disent rien, plus pour éviter des ennuis que pour cacher quelque chose.
Leurs chemins vont forcément se croiser à un moment ou un autre.
Le récit peut paraitre décousu,il y a beaucoup de non-dit,on alterne des “tranches de vie” assez courtes des uns et des autres et même si on se doute très rapidement du fin mot de l’histoire il n’y a pas,au départ, de véritable fil conducteur. ce n’est pas désagréable pour autant.
on les suit eux et d’autres,Merle le barman dont j’ai failli rater la vraie place dans l’histoire, dans leur vie ou surtout leur ennui.
à la fois attachant par moment, la façon dont Arlo et sa femme Jen surmontent leurs difficultés, et terriblement révélateur de cette Amérique entre petits boulots,arnaques et trafics ce Que la mort vienne sur moi est beaucoup plus fin et subtile qu’il n’en a l’air de prime abord.
un auteur à surveiller.