RAGNARÖK t.1 (Walter Simonson)

  • Couverture de l’édition française à venir.

[quote]Ragnarök - Tome 1 : Le dernier Dieu

Auteur Walter Simonson

Format : 173 x 265 mm
176 pages
Façonnage : Cartonné
EAN/ISBN : 9782344014448
Prix : 16.95 €


A paraître le 23.03.2016
Série en cours

La fin des temps annonce le début d’une vengeance…

Ragnarök… Le Crépuscule des Dieux dans la mythologie nordique. La Destruction des neuf mondes. Et à présent, 300 plus tard, la naissance d’une vengeance. Sa femme et ses enfants sont morts. Ses frères et sœurs sont morts. Ses parents sont morts. Et leurs assassins vivent encore… Mais sur les os brisés des siens, il en fait le serment : ils ne vivront pas éternellement. Car il deviendra… la tempête.

L’immense Walter Simonson fait un retour en grande pompe avec cette toute nouvelle série mêlant action et mythologie nordique. Un récit épique, démesuré, où sa virtuosité graphique explose à chaque page !
[/quote]

[size=200]LE SUJET SUR LA V.O.[/size]

Le site de l’éditeur : glenatbd.com/bd/ragnarok-tome-1-9782344014448.htm

La couverture :

Snif pourquoi pas la première ><

Parce que la deuxième est beaucoup plus représentative de l’histoire

J’aime beaucoup. Non, en fait je surkiffe. C’est grosbillesque à souhait, ça se lit très vite (mais ça s’admire longtemps) et ça se permet même de s’éloigner de l’image d’Epinal du blondinet fier-à-bras qui gagne toujours à la fin. Thor et Simonson, c’est une longue histoire, mais je me demande si je préfère pas, finalement, cette version à celle des années 80.

La critique par Jack! est disponible sur le site!

Lire la critique sur Comics Sanctuary

J’aime beaucoup le personnage du “decoy protagonist”.

Je n’ai pas du tout été convaincu par ce premier tome, ou plutôt il m’a convaincu d’arrêter les frais.

Si les dessins de Walt Simonson, et son travail sur le onomatopées me sont toujours aussi agréables, son scénario ne m’a pas captivant du tout.
Pour tout dire j’ai dû me forcer pour finit ce premier tome.
En outre le lettrage utilisé pour certains récitatifs sont à la limite du lisible, ce qui n’avantage pas un histoire qu’on trouve déjà un poil ennuyeuse.

Grosse déception.