RÉÉDITIONS MARVEL : TPBs, omnibus, masterworks, Epic…

Ils ne e parlent pas du tout ces épisodes.

Tu avais arrêté les goûters.

Dans la deuxième moitié des années 1980, le scénariste Mark Gruenwald secoue le petit monde de Captain America : Steve Rogers est viré par le gouvernement et il est remplacé par John Walker, connu alors des lecteurs en tant que Super-Patriot. C’est la saga « The Captain », compilée en 2011 dans un gros volume.

5197UScC2NL

L’affaire commence dans Captain America #332, quand Steve Rogers est mis devant le choix suivant par la Commission des Activités Surhumaines : soit il cesse d’être un agent indépendant et devient un fonctionnaire, soit il cède son nom, son bouclier et son costume qui appartiennent au gouvernement (sans compter qu’il devra rembourser l’arriéré de solde qui lui a été versé récemment et qui lui a permis de financer son numéro vert d’urgence).

Rogers décide de refuser l’offre. À la fin de l’épisode, il rend son bouclier et son costume. Dans le même épisode, on suit le Super-Patriot dans une mission à Washington, où il arrête un terroriste de manière musclée mais médiatisée.

Gruenwald réussit l’exploit de rédiger les trois épisodes suivants sans Steve Rogers. La Commission cherche un remplaçant, passe en revue quelques possibilités, et c’est Valerie Cooper, transfuge du catalogue mutant, qui suggère de s’intéresser au Super-Patriot.

Le contact est donc pris, la proposition est faite, et elle est acceptée. Dans les épisodes précédents, Gruenwald a pris soin de montrer que le personnage, de son vrai nom John Walker, est entouré de trois amis, Lemar, Hector et Jerome. Ensemble, ils constituent une petite troupe de gens assez conservateurs qui ont obtenu leurs pouvoirs par le Power Broker, un personnage secondaire utilisant la science en vue de fabriquer des surhommes. Les quatre compères sont encadrés par un impresario qui « gère leur carrière », ce qui consiste souvent à aller vers le plus offrant en prélevant au passage un bon pourcentage.

Walker est donc désigné pour devenir le prochain Captain America. La Commission refuse deux de ses amis, Hector et Jerome, mais accepte la présence de Lemar Hoskins, qui devient le nouveau Bucky. Cette ingérence de la Commission ne semble pas gêner Walker, qui est présenté comme un opportuniste pas réellement méchant, voire un peu naïf.

L’entraînement se poursuit vaille que vaille, John et Lemar montrant leur bonne volonté. Walker se forme auprès de ses « équipiers » de la Freedom Force mais aussi du Taskmaster, qui a copié les techniques de Captain America et peut donc les enseigner. C’est des détails de ce genre qui font que j’aime bien le travail de Gruenwald : c’est une approche très logique, voire réaliste, du monde des super-héros.

Dans Captain America #335, Walker affronte les Watchdogs, une organisation raciste et conservatrice, sorte de version high-tech marvélienne du Ku-Klux-Klan. Commandité par le gouvernement, il entretient quelques doutes, d’une part parce qu’il se reconnaît dans le « programme politique » du groupuscule, et d’autre part parce qu’il flaire que la Commission le met à l’épreuve. S’il est bas du front, le Walker décrit dans ces épisodes est beaucoup moins bête que ce que l’on pourrait croire.

Dans l’épisode 336, Gruenwald fait le point sur Steve Rogers. Ce dernier arpente l’Amérique à bord de son van. Il s’est poussé la barbe. Ici, il rencontre Brother Nature, un ancien fonctionnaire des eaux et forêts qui a développé des pouvoirs liés à la nature après avoir été enterré vivant par des ouvriers de l’industrie du bois. Parallèlement, on retrouve les acolytes de Cap : Falcon, Demolition Man ou le nouveau Nomad, accompagnée de sa petite amie Vagabond. La hotline de Cap a été reprise par D-Man, et la petite équipe part à la recherche de leur ami.

C’est dans l’épisode 337 que Rogers revêt un nouveau costume, dominé par le noir, et adopte l’identité du Captain. Avec son équipe, il affronte la Société des Serpents à Las Vegas. À partir de ce moment, Gruenwald va diviser ses épisodes en deux, une partie étant consacrée à Rogers, qui attire les foudres de la Commission pour ses interventions non sanctionnées, et une autre à Walker, qui fâche parfois ses commanditaires par sa violence.

Le recueil contient également Iron Man #228, un épisode de la saga « Stark Wars » durant laquelle Tony traque les détenteurs d’armures équipées de sa technologie. Ce qui le conduit à s’en prendre aux Guardsmen protégeant une prison fédérale, à provoquer une évasion massive et surtout à fâcher Rogers. C’est l’une des péripéties ponctuant l’évolution douloureuse des relations entre les deux personnages.

Deux épisodes marquants jalonnent ce parcours : d’une part, Captain America #344, qui constitue la réalisation du plan de Viper, visant à empoisonner les eaux de Washington afin de transformer la population (et donc le président Reagan) en zombies serpentiformes. C’est plein d’action, on voit la pensée nihiliste de la super-vilaine, et l’intervention de Cap est mal interprétée par les autorités. En plus, c’est assez rigolo de lire cet épisode qui cumule plein de clichés complotistes (les eaux empoisonnés, la Maison-Blanche occupée par des serpents…). En plus, Kieron Dwyer est le dessinateur régulier de la série, en remplacement de Tom Morgan, et il injecte une énergie communicative.

L’autre chapitre fort, c’est le suivant, le #345. Cette fois consacré à John Walker, il oppose ce dernier aux Watchdogs à nouveau. L’organisation cherche à se venger. Et elle n’est pas la seule. En effet, Hector et Jerome, les deux amis de Walker refusés par la Commission, ont fait un coup d’éclat et révélé son identité lors d’une conférence de presse. Les Watchdogs ont alors capturé les parents de Walker afin d’obliger ce dernier à venir. La confrontation tourne au bain de sang et dans la fusillade, les parents du nouveau Cap meurent. C’est le point de bascule pour ce remplaçant, qui va désormais durcir le ton.

Jusque-là, Walker était un conservateur un peu bas-du-front mais encore sympathique. Certains commentateurs avaient remarqué que les dessinateurs lui donnaient une mâchoire plus carrée et un air renfrogné afin de le rendre moins sympathique que Rogers et de faire en sorte que les lecteurs appellent de leurs vœux le retour de ce dernier, mais Gruenwald parvient quand même à humaniser le personnage, à le rendre crédible et pas trop antipathique. Son portrait n’est pas manichéen.

En revanche, avec la mort de ses parents, le ton se durcit. Et là encore, ça contribue autant à faire de lui un opposant au Cap d’origine qu’à approfondir sa personnalité. Dans l’épisode suivant, Cap affronte violemment les Resistants, un groupe d’activistes mutants. Lemar, qui a troqué le surnom de Bucky pour celui de Battle Star (car « Bucky » a des connotations racistes dans certains États du Sud), voit la cause mutante comme un reflet des droits civiques et vit difficilement la lente glissade de son équipier et ami.

Dans Captain America #347, Walker, obsédé par la mort de ses parents et par sa soif de vengeance, affronte Left-Winger et Right-Winger, alias ses deux anciens amis Hector et Jerome. Il les abandonne dans une usine pétrochimique, avec les moyens de s’échapper avant l’explosion, dans une scène qui évoque la fin du premier Mad Max, et qui montre bien que la vengeance ne lui apporte qu’une consolation fugace.

La saga culmine dans Captain America #350, qui révèle l’identité d’un homme mystérieux, dont on n’a vu que le sourire sadique et le porte-cigarette, et qui s’avère le commanditaire d’un membre éminent de la Commission.

L’individu, qui ressemble étonnamment à Rogers, est en réalité un clone de ce dernier dans lequel Arnim Zola a transféré le cerveau du Red Skull (tout est expliqué dans une back-up illustrée par John Byrne). Devenu un séduisant homme d’affaires, il a financé diverses organisations, dont Ultimatum (c’est d’ailleurs par le Flag-Smasher que Rogers apprend l’existence de cet homme), les Resistants, les Watchdogs…

Les deux héros patriotes s’affrontent violemment, mais trouvent au dernier moment la force de s’associer face à leur ennemi commun. Dans un dernier geste, Walker lance son bouclier sur l’homme en costume, ce qui déclenche le jaillissement de sa « poussière de mort ». En partie immunisé, le Red Skull est néanmoins contaminé, ce qui lui redonne ce légendaire crâne rouge inoubliable. Il s’enfuit : mais désormais, Captain America a face à lui un homme aussi fort que lui et toujours aussi déterminé. Gruenwald a ramené le personnage, censé être mort depuis Captain America #300, et l’a rendu plus dangereux, même s’il l’a éloigné de ses origines, à savoir un individu insignifiant mû par un désir de revanche sociale. Cette lutte des surhommes sera d’ailleurs réinterprétée dans la version cinématographique, ce qui montre l’importance de cet épisode.

À la fin de ce chapitre, la Commission, qui révise ses choix (d’autant que l’administration à Washington a changé et que l’ère Reagan est terminée), propose à Rogers de reprendre son rôle. Et bizarrement, c’est Walker qui parvient à le convaincre. Gruenwald continue à décrire deux personnages incompatibles mais pas nécessairement ennemis. Certes, il sait qu’il vient de donner à Marvel un nouveau personnage intéressant, mais surtout il évite le manichéisme et rend leurs relations complexes.

La lecture de ce pavé est complètement immersive. C’est dense, bavard souvent, toujours plein d’action. Le sous-texte politique est intéressant, même si pas mal de choses sont traitées avec des semelles de plomb (le rapport au racisme et au communautarisme, l’utilisation des Mutants afin de parler des vieilles rancœurs américaines…). C’est un feuilleton haletant, parfois bourrin, qui connaît de grands moments vers la fin, avec une succession d’épisodes chocs. Gruenwald vient de boucler son premier grand cycle, de donner aux lecteurs de nouveaux personnages et de réaffirmer la portée politique de la série (dans une sorte de copier-coller de la période Englehart, mais qu’importe). Une saga qui aura des conséquences à long terme.

Jim

2 « J'aime »

Pareil

1 « J'aime »

Oui c est une chouette periode certes pas parfaite mais y a pas mal de bons arcs avec les watchdogs ou viper comme tu dis mais celui avec flagsmasher est sympa aussi
Les resistants aussi qui sont la brotherhood kirbyenne de cap annual

Alors apres gru a toujours des dialogues un peu naif…

La semaine prochaine

AMAZING SPIDER-MAN EPIC COLLECTION THE GOBLIN LIVES TP

MARVEL COMICS

AMAZING SPIDER-MAN EPIC COLLECTION THE GOBLIN LIVES TP

NOV220882

(W) Stan Lee, Various (A) Various (A/CA) John Romita Sr.

It’s horror on the home front when Peter Parker becomes the third wheel to comics’ oddest couple! Yes, Aunt May has found a new special friend: Dr. Otto Octavius! While a klonk on the head may help Spidey forget that one, teaming up with Doc Ock isn’t going to improve his image as Public Enemy No. 1! Spidey battles his way through Ka-Zar, the Vulture and Mysterio, but his deadliest battle is yet to come: Norman Osborn has regained his memory, and the Green Goblin has returned! Spider-Man’s most dangerous foe, the only villain to uncover his identity as Peter Parker, is back with a vengeance - and the two will face off in a gigantic, 58-page magazine masterpiece! Collecting AMAZING SPIDER-MAN (1963) #53-67, SPECTACULAR SPIDER-MAN (1968) #1-2, MARVEL SUPER-HEROES (1967) #14, and material from NOT BRAND ECHH #6 and #11.

In Shops: Mar 08, 2023

SRP: $44.99

MIGHTY MMW DAREDEVIL GN TP VOL 02 ALONE AGAINST UNDERWORLD C

MARVEL COMICS

MIGHTY MMW DAREDEVIL GN TP VOL 02 ALONE AGAINST UNDERWORLD C

NOV220885

(W) Stan Lee, Denny O’Neil (A) Various, John Romita Sr. (CA) Romero, Leonardo

Legendary artist John Romita Sr. makes his Marvel Age debut, and he’s taking Daredevil straight into the heart of the Savage Land! There, DD will battle the Plunderer - and meet none other than Ka-Zar! Then, it’s a Daredevil/Spider-Man team-up featuring Romita’s first-ever Spidey art! The adventure pits the two high-flying heroes against the Masked Marauder - but only after they duke it out themselves! Next comes the debut of Daredevil’s classic nemesis the Gladiator - and before you know it, another amazing artist debuts: the unforgettable Gene Colan! Just in time to close out our volume, the Dean of Delineation lends his pencil to the first of what would become a nearly uninterrupted seven-year tenure on the Man Without Fear! Collecting DAREDEVIL (1964) #12-21.

In Shops: Mar 08, 2023

SRP: $15.99

La semaine prochaine

MMW UNCANNY X-MEN HC VOL 15

MARVEL COMICS

MMW UNCANNY X-MEN HC VOL 15

SEP221118

(W) Chris Claremont (A) More (A/CA) Marc Silvestri

ON SALE MARCH 2023
Marc Silvestri’s uncanny legacy as an X-Men artist begins here! The artist who would
define a new era of mutant drama kicks things off with the X-MEN VS. AVENGERS
limited series, in which Magneto is summoned to trial for crimes against humanity.
Can the Avengers bring him to justice? And why are the X-Men standing in their way?
Next, Alan Davis draws an epic Annual introducing the alien force named Horde! Then,
Silvestri joins with mutant maestro Chris Claremont for a run of legendary stories -
including the iconic « Fall of the Mutants, » which changed everything for the X-Men.
In a major status quo change for the series, the X-Men relocate to Australia - where
they take on the cyborg Reavers! Collecting UNCANNY X-MEN (1981) #220-231, X-MEN
ANNUAL (1970) #11, X-MEN VS. AVENGERS #1-4 and material from BEST OF
MARVEL COMICS.

RATED T

In Shops: Mar 15, 2023

SRP: $100.00

STAR WARS LEGENDS EPIC COLLECTION OLD REPUBLIC TP VOL 05

MARVEL COMICS

STAR WARS LEGENDS EPIC COLLECTION OLD REPUBLIC TP VOL 05

NOV220883

(W) John Jackson Miller, Various (A) Federico Dallocchio, Various (CA) Joe Quinones

The Old Republic draws to a stunning conclusion! As the Sith overtake the galaxy, a group of brave Jedi continue hit-and-run missions - but Jedi Knight Kerra Holt’s first mission goes horribly wrong. Now Kerra intends to liberate as many innocents as possible - and find the truth about her missing family in the process! But could she be the only hope to stop the Sith from completely crushing the Republic? Then, discover the origins of the Sith rule of two, one master and one apprentice, as Lord Hoth’s Army of Light faces the Brotherhood of Darkness in a bid to end the galactic conflict once and for all! Collecting STAR WARS: KNIGHT ERRANT #1-5, STAR WARS: KNIGHT ERRANT - DELUGE #1-5, STAR WARS: KNIGHT ERRANT - ESCAPE #1-5, STAR WARS: JEDI VS. SITH #1-6 and material from STAR WARS TALES #16.

In Shops: Mar 15, 2023

SRP: $49.99

ALIENS EPIC COLLECTION ORIGINAL YEARS TP VOL 01

MARVEL COMICS

ALIENS EPIC COLLECTION ORIGINAL YEARS TP VOL 01

NOV220877

(W) Mark Verheiden, Various (A) Mark A. Nelson, Various (CA) Denis Beauvais

The galaxy’s most terrifying creatures are coming for Earth! Years after the first two Aliens films, a Xenomorph attack in space leads the Colonial Marines to take action. Soon, the badly scarred Hicks and the now-grown Newt find themselves swept up in a dangerous mission to locate and destroy the creatures’ homeworld! But when Earth itself is overrun by a Xenomorph outbreak, Hicks and Newt must join a renegade group fighting to reclaim the planet. Can an obsessed military man train Aliens to wipe out their own kind? And can an old friend help Hicks and Newt turn the tide - by capturing an Alien Queen Mother? Plus: An outer-space treasure hunt becomes a battle for survival when Aliens attack! Collecting ALIENS (1988) #1-6, ALIENS (1989) #1-4, ALIENS: EARTH WAR #1-4 and material from DARK HORSE PRESENTS (1986) #24 and #42-43.

In Shops: Mar 15, 2023

SRP: $39.99

semaine prochaine

FANTASTIC FOUR EPIC COLLECTION THE DREAM IS DEAD TP

MARVEL COMICS

FANTASTIC FOUR EPIC COLLECTION THE DREAM IS DEAD TP

NOV220879

(W) Steve Englehart, Various (A) Ron Lim, Various (CA) Ron Frenz

Dreams and nightmares! The Thing’s revamped Fantastic Four is already down one member - and now Sharon Ventura, the new Ms. Marvel, is taking out her anger on She-Hulk! When the Inferno sets New York ablaze, the FF must face Graviton and Kang - with Mantis’ life on the line! Reed and Sue return to the team just as the Frightful Four strikes, but does the FF have any hope of victory when the last man standing is a powerless Ben Grimm? Then, Aron the Watcher casts the Fantastic Four into dreamland - but they soon discover that their greatest enemies?are themselves! Plus: Doctor Doom enters hell to free his mother from Mephisto - with Doctor Strange at his side! Collecting FANTASTIC FOUR (1961) #321-333 and ANNUAL #22, and MARVEL GRAPHIC NOVEL: DOCTOR STRANGE AND DOCTOR DOOM - TRIUMPH AND TORMENT.

In Shops: Mar 22, 2023

SRP: $44.99

MMW DAZZLER HC VOL 04

MARVEL COMICS

MMW DAZZLER HC VOL 04

SEP221120

(W) Archie Goodwin, More (A) Paul Chadwick, More (CA) Butch Guice

ON SALE MARCH 2023
Dazzler, that’s a wrap! The icon of the '80s finishes her tour with the Marvel Masterworks
in the conclusion of her original series! Alison Blaire took her last solo bow in 1986, but
while Madonna was notching #1 singles, Dazzler was getting chased through sewers by
super villains. Being the hardest-working mutant in show business isn’t as glamorous as
you’d think! And with a prejudiced world now fully aware of her mutant status, Dazzler’s
singing career is at a standstill. She desperately tries to find her place as she faces the
cosmic Beyonder, battles her future X-Men teammates, romances the Beast and tries her
hand at…roller derby?! Hey, it was the '80s! Featuring early work from indie legend Paul
Chadwick! Collecting DAZZLER #35-42, BEAUTY AND THE BEAST #1-4, SECRET WARS II #4 and material from MARVEL FANFARE (1982) #38.

RATED T

In Shops: Mar 22, 2023

SRP: $75.00

DOCTOR STRANGE EPIC COLLECTION TP TRIUMPH AND TORMENT

MARVEL COMICS

DOCTOR STRANGE EPIC COLLECTION TP TRIUMPH AND TORMENT

DEC220839

(W) Peter B. Gillis, Various (A) Richard Case, Various (CA) Kevin Nowlan

The Doctors are in! The world believes Doctor Strange is dead - but he might soon be when Dormammu steals his body! Can Clea and Topaz help Strange regain control of his corporeal form? Then, the New Defenders return and Strange takes on an apprentice: the other-dimensional Rintrah! But the Doc’s soul is at stake when Baron Mordo strikes - and demon-lords Satannish and Mephisto make their move! NOW magazine makes Stephen its cover star - but what is his brother Victor’s secret? And when the Acts of Vengeance erupt, Strange and Clea must face the Hobgoblin, the Enchantress and Arkon! Plus: In a graphic novel classic illustrated by Mike Mignola, Doctor Strange joins Doctor Doom on a journey into Hell! Collecting DOCTOR STRANGE, SORCERER SUPREME #1-13 and MARVEL GRAPHIC NOVEL: DOCTOR STRANGE AND DOCTOR DOOM - TRIUMPH AND TORMENT.
Rated T+

In Shops: Mar 22, 2023

SRP: $44.99

Je suis en train de lire ce tp et je trouve que la méchante de cet episode est une sorte de proto selene meme si elle utilise un rat humain pour voler la vie…
Un peu comme le proto phoenix dans les iron fist de deadly hands of kung fu

Sinon c est sympa bien que tres bavard et parfois maladroit

Un sondage sur les epics en VO que vous voulez voir rééditer (toujours le forum Collected edition en partenariat avec Near Mint Condition)

Je le lis et c est sympa mais comme tu dis inegal.
La aussi a 4€ en numerique… je trouve ca sympa

Moi, je préfère avoir ça sur papier.
Parce que bon, pourquoi payer quatre euros ce qui me prendrait dix minutes à récupérer sur readcomiconline, et qui risque en plus d’aller prendre la poussière numérique sur un disque externe ?

Jim

Ttop chiant readcolucs et pas possible hors ligne
Hors je lus numerisue en trandport

Moi, je refuse d’avoir des écrans supplémentaires sur moi quand je me balade. Je pense entre huit et dix heures devant un écran pour le boulot, quasiment sept jours sur sept, si je me déplace, j’ai du papier.
Ensuite, readcomiconline, je l’utilise pour plusieurs choses : récupérer les comics sur lesquels je vais bosser, ou que je vais devoir traduire (même si j’ai la version papier, c’est quand même pratique de l’avoir sur une partie de l’écran et d’avoir le fichier trad sur l’autre), et parfois quelques comics que je découvre parmi les nouveautés. Mais je sais par expérience que je n’arrive pas à maintenir le rythme et que j’oublie de suivre, donc en fait, c’est un site que je fréquente essentiellement pour le boulot. Donc éventuellement, découvrir un TPB, ça me prendra dix minutes à récupérer, et je lirai ça peinard plus tard. Ce « plus tard » pouvant conduire à oublier carrément que j’ai les fichiers. Puis à les benner quand, cinq ans plus tard, je m’aperçois que je ne les ai jamais ouverts (signe que j’ai pas besoin qu’ils encombrent mon ordi).

Jim

Je suis commme toi sur readonly et aussi ce sue je relechzrfe
Je n arrive a lire su zvec une appli
Marcel unlimited ou comixology… sinon j oublie
Pour moi c est mes lectures ou je pense sue je garderais pas le livre.
Je le paie moins cher (meme si je revendais) et ca me prend pas de place.

Je vomprend crux sui n aiment pas mais moi ca me permet de conserver mon nombre de lectures
Sans ca je devrais fortement reduire

Je narrive pas m imerger dans une lecture sur tablette. Je survole tout le temps même si j ai lu chaque bulle.

Donc readcomics, je picore, éventuellement pour me convaincre d un achat, ou l inverse.

Y a plein de choses que j’ai été convaincu de suivre après avoir goûté en ligne. Les Wolverine and the X-Men d’Aaron, par exemple. Ou Immortal Hulk d’Ewing. Et d’autres qui ne me viennent pas à l’esprit. Mais souvent, effectivement, je survole trois quatre épisodes, et je les relis attentivement quand j’ai la version papier.

Jim

C est ça.

Ou comme là, à la suite des retours de soyouz je me lis les wolvie d aaron, parce que j avais fait l impasse à l époque, histoire de voir un peu.

Oui, pareil, je lis en retard des trucs que je ne connais pas, qui n’ont pas été traduits, genre des back-ups d’Annuals obscures et oubliées…

Jim

Oui bon piano piano quand même.

Ça se laisse lire ces aaron, si je les avais lu ado peut-etre même que je m en souviendrais avec nostalgie mais aujourd’hui je n irais pas chercher leur version papier.