RIOT t.1-2 (Satoshi Shiki)

Discutez de Riot

Tiens, je pensais avoir les deux tomes, mais je n’ai que le premier. Et en reparcourant en diagonale le bouquin, je crois que je comprends pourquoi…

image

L’histoire commence un peu à la manière d’un western, dans un monde désertique où s’échangent des coups de feu pour la possession d’un vieux bouquin poussiéreux. Le lecteur est mis en présence de deux personnages, Billy l’escroc et la jeune Axelle, cette dernière étant la protectrice du livre, le fameux Riot. Mais durant les échanges, Billy est touché, son sang est répandu sur l’ouvrage, qui entre en communication avec lui et lui propose de lui sauver la vie à condition qu’il jure de protéger Axelle.

image

Petit à petit, le récit s’éloigne de ces deux personnages pour se consacrer au monde environnant, visiblement post-apocalyptique, articulé sur une division Orient-Occident, où exitent d’autres Riot et où des conflits de pouvoirs opposent des forces en présence (dans une ambiance vaguement akiresque). Là-dessus arrive un personnage que tout le monde croyait mort et qui cherche à se venger de Billy…

Au-delà du style proprement dit de Shiki, tout en énergie avec des personnages filiformes aux membres allongés et comme déboîtés, la narration est particulièrement confuse, que ce soit dans l’enchaînement de cases d’action ou dans l’articulation de transitions entre scènes séparées. Heureusement que le propos reste simple, voire simpliste : une lutte pour la possession d’un artefact au grand pouvoir. Je pense que si je prends le tome 2, ce sera à vil prix dans un vide-grenier…

Jim

Carrément !
J’ai découvert la série dans Kaméha, mais il y avait des trous dans les numéros que j’ai lus… Quand j’ai mis la main sur les deux tomes de Riot, je me suis dit que j’allais enfin comprendre cette série qui m’attirait bien… Il n’en fut rien : tout est vraiment trop confus et on a l’impression qu’il nous manque des chapitres !

Il faudrait que je le relise, peut-être que j’aurai une révélation !

Tori.

J’ai eu l’impression d’être dans un Transformers de Michael Bay : ah ouais, ça envoie du bois, ouais c’est spectaculaire, mais il en faut, des pages et des pages, avant de comprendre qui est qui, qui fait quoi…

Jim

Oh punaise vous le vendez bien le truc…

De temps en temps, on a envie que les gens fassent des économies…

De temps en temps.

Jim

Et je vous en remercie.

T’inquiète, on va te trouver plein d’occasions d’avoir envie de dépenser tes sous.
:wink:

Jim

C’est sorti à une période où il y avait bien moins de choix qu’aujourd’hui…
Il s’en vendrait probablement beaucoup moins de nos jours (je ne sais pas quels étaient ses chiffres de vente, cela dit).

Tori.

En revanche, et même si le format n’est pas homothétique ce qui génère des marges un peu aberrantes, je trouve que le grand format, le « format Akira » comme l’appelait Glénat à l’époque pour qualifier une partie de leur collection naissante, est quand même agréable. Plus sans doute pour des œuvres de Shirow, mais c’est très chouette d’avoir des planches qui respirent, des cases aérées dans lesquelles on peut prendre le temps de regarder le travail du dessinateur.
Mais c’est clair qu’un grand format cartonné, pour un album qui se lit très vite (et qui est confus, en plus), ça n’incite pas à soutenir la collection et à y revenir.

Jim

Oui, clairement, pour ses planches qui fourmillent de détails, le grand format est un plus !

La collection Pika Graphic fait du grand format également, mais pas toujours pour des titres pour lesquels c’est pertinent… Et la qualité de fabrication n’est pas toujours au rendez-vous (contrairement au prix qui est sacrément augmenté).
En grand format, il y a aussi la collection Latitudes chez Ki-oon, dans lequel paraît Bride Stories (et là, les planches bénéficient vraiment de cet agrandissement).

Tori.