RIP t.1-5 (Gaet's / Julien Monier)

image

RIP T1 – Derrick – Je ne survivrai pas à la mort

Des gens meurent parfois dans l’indifférence générale.

Ces gens qui n’ont pas de famille, pas d’entourage, pas d’ami. Ils vont parfois rester longtemps chez eux avant qu’on ne les découvre. Heureusement la société qui emploie Derrick et ses collègues est chargée de faire le ménage avant que toute la famille ne défile. Ce qu’ils découvrent n’est pas toujours beau à voir…

Editeur Petit A Petit Bd Eds
Date de parution 14/09/2018
EAN 9791095670568
ISBN 1095670565
Nombre de pages 112
SKU 4071851
Prix 17.90€

image

image

image

image

image

RIP T2 – Maurice – Les mouches suivent toujours les charognes

Après Derrick, voici Maurice. Pas d’amis, pas de passé, pas d’avenir. Ce vieux barbu aigri nous plonge dans son quotidien macabre. Mieux encore, il nous dévoile sa véritable identité, celle qu’il cache depuis des années pour protéger sa fille… en vain.

Date de parution 23/08/2019
EAN 9791095670865
ISBN 1095670867
Nombre de pages 112
SKU 4549243
Prix 16.90€

image

RIP T3 – Ahmed – Au bon endroit au mauvais moment

Après un premier tome consacré à Derrick et un deuxième dédié à Maurice, nous plongeons désormais dans le quotidien sordide d’Ahmed, jeune flic spécialisé dans l’étude des insectes. Plongé dans une affaire criminelle qui le dépasse mais décidé à faire ses preuves, Ahmed risque bien de se retrouver au bon endroit… au mauvais moment.

Date de parution 28/08/2020
EAN 9782380460414
ISBN 2380460418
Nombre de pages 112
SKU 4751163
Prix 16.90€

image

RIP T4 – Albert – Prière de rendre l’âme sœur

Et de 4 ! Bienvenue à Albert, le petit nouveau de la bande… Obsédé par les filles, ou plutôt par une fille, il vous présente son quotidien sordide de psychopathe amoureux. Mais jusqu’où est-il prêt à aller pour assouvir son sombre fantasme ?

Date de parution 27/08/2021
EAN 9782380460995
ISBN 238046099X
Nombre de pages 112
SKU 4940100
Prix 16.90€

image

RIP T5 – Fanette – Mal dans la peau des autres

Elle est seule derrière son comptoir, jour après jour. Dérangée seulement par les mouches qui vrombissent et les clients qui glapissent. Elle s’ennuie ferme, prisonnière de ce bar décharné, prisonnière d’une mission qu’elle n’a pas choisi et qu’elle ne comprend même pas. Que fais-tu ici Fanette ? Qu’est-ce qui pourrait bien se passer dans cet endroit aussi mort que ton âme ? Pourquoi est-il si essentiel de le garder à l’œil, ce pauvre vieux ?

Date de parution 14/09/2022
EAN 9782380461381
ISBN 2380461384
Nombre de pages 120
SKU 5145212
Prix 17.90€

Et donc, comme ma femme m’a offert cette BD pour noël, je me devais bien de ne pas tarder à la lire.
Je ne la connaissais pas du tout, et j’ai trouvé ça vachement. Le concept du métier des persos principaux est plutôt croquignolet, et donc forcément, on est rapidement attiré par les choses scabreuses et dégoûtantes que le narrateur de ce tome va nous raconter. Parce qu’au début, ça donne l’impression d’enchaîner très rapidement différents exemples des lieux de travail de son métier, à intervalles irréguliers, mais en fait, c’est fait pour nous faire la présentation tout en lançant l’intrigue. C’est plutôt malin et efficace, car les persos sont vite campés. Donc une narration un peu déstabilisante au début, mais qui nous lance rapidement, et par conséquent, même à 1h30 du matin, tu n’as pas envie de lâcher le bouquin.
Les péripéties restent assez inattendues, les ellipses sont bien maîtrisées et la fin me fait poser des questions : est-ce que les autres tomes vont continuer sur cette affaire qui laisse encore des choses en suspens ou on verra l’affaire selon la vue d’un autre perso ? Je pense qu’on aura les deux, mais va falloir que j’achète la suite, maintenant (et ça va remplir malgré moi la bibliothèque, qui va donc déborder. Surtout avec 5 tomes. Vous noterez que je ne suis pas coupable, votre Honneur).

J’ai pas parler du dessin que je trouve assez sympathique, entre le gros nez et le réaliste, avec une colo qui est limite avec un goût d’effet informatique … mais comme c’est limite, c’est bien fait. L’expressivité des « gueules » a son importance, et là, c’est vraiment réussi, je trouve. Bref, y a plus qu’à …

1 « J'aime »