ROBIN #1-8 (Joshua Williamson / Gleb Melnikov)

Ca serait en Back-up que cela ne me déplairait pas.
On veut le tournoi, nom de nom!!!

Ca arrive. :slight_smile:
Joshua Williamson joue encore un peu la montre concernant ce fameux tournoi, qui ne commence qu’à la fin de cet épisode… mais ce numéro est bon et agréable !
En effet, l’auteur surfe sur la rencontre « forcée » entre un Damian exfiltré de l’île du tournoi contre son gré et la Batfamily. Cela permet de très bonnes interactions, avec Damian qui s’efforce de leur échapper, ce qui offre la possibilité de plusieurs très bons dialogues et moments. Je retiens notamment Damian qui détaille comment il voit chacun d’entre eux, et comment il « bat » Red Hood, qu’il considère le plus « émotionnel » ; il le fige avec un câlin, qui laisse Jason coi. Mais surtout c’est bien le dialogue Damian/Dick, avec notamment Nightwing qui dit que, à la différence des autres, Damian a été « son » Robin et il le laisse filer dans un très beau moment, après un partage sur la mort d’Alfred.
Bon, Williamson joue la montre, oui, mais il livre ici de très bons dialogues et de belles interactions. J’apprécie, j’aime, et le dynamisme des dessins de Gleb Melnikov apporte beaucoup de nervosité et de style à l’ensemble.

Cela reste une série mineure, qui prend un peu trop son temps, mais Williamson sait bien écrire Damian, mais aussi Damian avec la Batfamily. Cool.

Très bien écrit.

Je te rejoins sur ce numéro.

1 « J'aime »

Robin-6-1

Robin #6

Written by: Joshua Williamson
Art by: Gleb Melnikov

Ding ding ding! Let the tournament begin! The most ruthless fighters in the DCU compete for the ultimate prize: eternal life. To win his first round, Damian Wayne faces two times the danger and two times the trouble: it’s Ravager and Flatline versus Robin!

Robin-6-3

Robin-6-4

C’est sympa’, mais c’est quand même un peu trop « peu », à chaque sortie.
Joshua Williamson entame ici (ENFIN) le tournoi vendu depuis le début, avec donc beaucoup de bagarres. Robin assure, et se lie avec Flatline (disciple de Lord Death Man, finalement plus sympathique que prévu), Rose Wilson et Connor Hawke pour en savoir plus. Respawn, rejeton maudit entre Deathstroke et Deadpool, vise Damian directement, qui manipule le combat pour en apprendre plus sur la dirigeante du tournoi.
Hop, c’est tout.
C’est sympa’, hein, je dois l’admettre. Ca se lit bien, Damian est bien écrit, le « fantôme » d’Alfred est touchant, les interactions avec les autres sont bonnes et les dialogues aussi. Mais ça reste très peu, quand même.
En fait, si je lisais ça dans un kiosque VF avec d’autres titres, j’en serais content car c’est une bonne p’tite série. Une bonne p’tite série de complément, je dirais, comme ont pu l’être d’autres titres jadis. Pas LE rendez-vous qu’on attend chaque mois, mais un titre qu’on est content de retrouver quand même, sans forcément l’attendre.
Gleb Melnikov propose des planches solides, avec très peu d’arrière-plan ici, mais bon il assure sur l’ensemble du titre. C’est pas forcément beau, Greg Capullo est bien copié, mais ça fonctionne.

C’est sympa’, mais je ne suis pas sûr de m’attacher vraiment.

Je te rejoins sur l’avis général. On sent que Williamson est un geek qui prend à droite et à gauche (même si les deux n’existent plus, les pauvres) et qui mixe pour « funer » son histoire. J’aime bien aussi.

1 « J'aime »

Robin-7-1

Robin #7

Written by: Joshua Williamson
Art by: Gleb Melnikov, Max Dunbar

It was the smooch heard ‘round the world…and it’s the one thing Damian Wayne DIDN’T see coming his way in the Lazarus Tournament! As Robin battles for the secrets of eternal life against the deadliest killers on the planet, can he-will he-DARE HE-survive…a girlfriend?

Robin-7-3

Robin-7-4

Vite lu, vite oublié, mais pas désagréable pour autant.
Joshua Williamson propose véritablement un scénario pop-corn, avec beaucoup d’action, une révélation et un gros cliffhanger. Très classique mais efficace.
Ici, Damian réussit à trouver que Mother Soul, dirigeante du tournoi et de Lazarus Island, est en fait Rhùl Al Ghul, la mère de Ra’s. Ouais, carrément. L’île se nourrit de la violence et des morts, et Damian veut stopper ça. Après avoir vaincu Flatline et avant Respawn, qui est rempli de mystères mystérieux, voici donc le duel Robin/Connor Hawke, round deux.
Bon, ça se lit bien, hein. Gleb Melnikov, ici aidé de Max Dunbar, propose des planches dynamiques et de belles bagarres. Williamson livre un scénario qui les met en avant, et ça fonctionne bien.
Maintenant, c’est très calibré, très basique finalement. Et la révélation est plus risible que vraiment prenante, en fait, car c’est vraiment abusé. M’enfin, la lecture reste agréable, car c’est un shoot d’action bien fichu.

Du blockbuster ultra simple, mais qui se lit bien en milieu d’après-midi.

1 « J'aime »

Y a un côté Street Fighter vs Scott Pilgrim qui me plait bien dans ce titre.

Par contre, est-ce que Respawn ne serait pas pas Red X (je déconne).

1 « J'aime »

Mais non, ce sera un clone de Slade Wilson ! :smiley:

Robin-8-1

Robin #8

Written by: Joshua Williamson
Art by: Gleb Melnikov, Max Dunbar

It’s time for a rematch! Robin and Connor Hawke face off for round two in their winner-take-all battle for League of Lazarus supremacy, but with the tournament nearing its end, what surprises does Mother Soul have up her sleeve? I hope it doesn’t involve that massive, hellish pit and the immortal monster lying within it-aw beans, it’s about that, isn’t it?!

Robin-8-3

Robin-8-4

Bagarre de la mort !
Joshua Williamson lâche les chevaux pour cet épisode « final » du fameux tournoi de Lazarus Island, avec le duel Damian VS Connor Hawke. Le numéro est essentiellement concentré sur cette bagarre, qui rappelle beaucoup le premier tournoi de Dragon Ball, avant que le Z et les combats cosmiques impossibles.
Là, même si Damian et Connor sont des super-héros, les coups « semblent » réels, les impacts sont presque ressentis. L’ensemble est au-delà de la réalité, mais ça reste des coups de poings et de pieds, et c’est plutôt agréable. Bon, Damian est vaincu et tué par Connor puis ressuscite une dernière fois pour sa troisième vie sur l’île et Mother Soul révèle que tout ceci n’a visé qu’à « alimenter » un démon, qui doit posséder tous les combattants. Mais Damian est ressuscité et soigné, et veut se battre même si Connor pense pouvoir réussir seul… et est tué par le démon, paf !
Bon, ça se lit quand même bien, hein. Joshua Williamson ne livre qu’une grosse bagarre avec un twist qu’on voit venir de loin, mais il tient bien son Damian, avec la culpabilité liée à la mort d’Alfred, et j’aime bien sa gestion des bagarres. Gleb Melnikov et Max Dunbar livrent des planches dynamiques, pas « belles » en soi, mais très efficaces, très nerveuses, malgré l’absence de décors.

Une belle bagarre, un tournoi énorme mais plutôt sympa’, même si finalement ça se lit vite, hein, et ça ne marquera pas franchement.

robinannual1a

ROBIN 2021 ANNUAL

Written by: Joshua Williamson.

Art by: Roger Cruz, Crystal Kung.

Covers by: Jorge Corona.

Description: Tale of the tape! The League of Lazarus has introduced Robin to a wide range of some of the youngest, deadliest fighters on the planet—from XXL and his hype squad to Respawn and his Deathstroke fandom—and these killers mean business. But no fighter has made an impact on Damian Wayne like Flatline, the former sidekick of Lord Death Man and one of the most elite combatants in the tournament. But who is Flatline? Uncover the secret origin of all the breakout fighter stars of Robin in this oversize special that puts the K.O. in comic book! Plus: Atlantean fighters join the tournament? C’mon, Mother Soul, never order the fish—always order the steak!

Pages: 48.

Price: $5.99 (Variant, $6.99).

Available: November 30.

robinannual11

robinannual12

Sympathique.
Joshua Williamson fait une parenthèse dans sa série pour utiliser un prétexte afin de livrer quelques éléments sur les personnages secondaires, notamment Flatline qui reçoit ici une origine secrète. Le mystère sur Respawn s’épaissit alors que Robin confirme sa volonté de réussir seul. Connor Hawke a quelques éléments confirmant qu’on « reprend » tout l’historique pré-Flashpoint, avec un dérèglement cosmique pour expliquer son retour, alors que le final ouvre sur un futur crossover sur la Ligue des Ombres.
Sympathique, oui.
Joshua Williamson livre un épisode fluide, agréable à lire, qui ne marquera pas mais fait bien le job de présenter quelques profils et de nourrir la série principale. Ca ne révolutionne rien mais ça apporte quelques ajouts, et c’est déjà bien.
Roger Cruz illustre ça en copiant Gleb Melnikov, cela apporte une cohérence graphique sans être meilleur ou pire.

Pas indispensable mais un bon complément.