RORSCHACH #1-9 (Tom King / Jorge Fornes)

A la lecture, il persiste le sentiment que Tom King a écrit un roman qu’il a ensuite découpé en bédé. Est-ce que l’on appelle un « roman graphique »? :wink:

S-U-P-E-R-B-E !!!

Tom King continue de remonter le fil de ce fatal duo qu’est le clône de Steve Dikto et The Kid. A près l’origine du Kid (Amérique profonde et violente, délaissée par l’Économie), c’est l’origine de ce couple qui décrite et sa formation à travers une romance (Fan-Artiste).

Et le tout continue de prendre sous fond presque invisible de Watchmen et magnifiquement dessiné par Jorge Fornès.

Très bel épisode.

Ah oui, je viens de finir de vous lire et… Franchement, ça me dit de le lire en VF ! Ça doit être quelque chose…

Je crois surtout que Tom King (a priori, des news pour un nouveau projet chez DC devraient arriver) écrit un anti-« before Watchmen ». Il ne met rien en perspective finalement sur l’œuvre de Moore et Gibbons. Il a une mise à distance fine.

C’est là qu’il est fort. :wink:

Wil Myerson might have been the creator of Pontius Pirate, the most popular comic in history, before he put on the Rorschach mask and tried to kill a would-be president, but he’s not the only artist who worked on the character. Other artists fell under Wil’s influence, and now all these years later, his more renowned acolyte has fallen sway to Laura, the #1 Myerson superfan. Is it possible she influenced another comic book legend into playing vigilante? The key here is that tape the detective is trying to decipher, the one with the séance that has been haunting him since the very first issue! All this and a cameo by Dr. Manhattan to boot!

Written by : Tom King
Pencils : Jorge Fornés
Inks : Jorge Fornés
Colored by : Dave Stewart
Cover by : Jorge Fornés
Page Count : 29 Pages
Release Date : April 13, 2021
Age Rating : 17+ Only

C’est l’avant dernier ou ça va poursuivre encore ? Car je suis impatient de l’avoir en vf… Excité comme un pou, aussi… Non je ne me tiens pas tranquille… Hop hop hop ! Je sautille… Je bouge… J’n’arrive pas à me tenir tranquille… :grin: (Quel adolescent, je fais)

moi ça m’en touche l’une sans faire bouger l’autre.

Tom King c’est l’auteur engagé sur douze épisodes mini. :wink:

J’aime beaucoup le récit tout en respect et très éloigné de la maxi-série originelle.
On est dans l’esprit d’un spin-off entre la TV et le book.

1 J'aime

Oulala. L’épisode est assez incroyable et diablement « méta ». Tom King invite Franck Miller dans le monde de Watchmen!!

Mais à quoi s’amuse donc Tom King et Jorge Fornès? Ou s’amusent-ils de nous?

Tout est possible. L’équipe continue de creuser l’histoire de ce duo de tueurs très spécial. Vaudou, Manhattan, des bandes vidéos, et si on devenait tous fous…

Non c est pour l instant aussi bien que la serie tv… le 1 paraît sans direction mais après…
Superbe

As the detective digs deeper into the mystery behind Rorschach and his sidekick, the story becomes about not what they wanted to do but why they started on their murderous path. As more witnesses emerge, the stranger Laura’s history is revealed to be. Tough times made her want to kill a presidential candidate, and she did a lot of damage herself when fighting back.

Rorschach (2020-) #8

Written by Tom King
Pencils Jorge Fornés
Inks Jorge Fornés
Colored by Dave Stewart
Cover by Jorge Fornés
Release Date: May 11, 2021

Ah, narrativement, ça devient intéressant.

Jim

The detective has found where the source of this tragedy began. Where Laura learned to shoot, a place where she not only learned to kill but also has killed, and where she brought Rorschach to turn him into an assassin as well. As the timelines crisscross, the man trying to undo this mess only falls deeper into it.

In Shops: Jun 08, 2021

SRP: $4.99

L’épisode que tu cites avait tout pour être casse-gueule (triple narration, etc…) et ça se lit tranquille malgré le mystère épais autour de ces deux personnages « Kid » et « Dikto ».

Et si le mystère n’était pas cette tentative de meurtre ratée mais l’enquêteur lui-même…

Tom King écrit encore un épisode à la narration léchée avec un Fornes au top. On sent une vraie « osmose » créative entre les deux compères.

On se rapproche du dénouement mais ça tire en longueur tout de même. Bref, lire King est toujours meilleur en « one block » qu’en mensuel.