SABOTAGE (David Ayer)

Les premiers visuels du nouveau long métrage mis en scène par David Ayer (scénariste de Training Day et réalisateur de Bad Times, Au bout de la nuit et End of Watch).

http://img62.imageshack.us/img62/6215/hhx8.jpg

[quote]DATE DE SORTIE PREVUE

11 avril 2014 (USA)
7 mai 2014 (France)

REALISATEUR

David Ayer

SCENARISTE

Skip Woods et David Ayer

DISTRIBUTION

Arnold Schwarzenegger, Sam Worthington, Mireille Enos, Terrence Howard, Joe Manganiello, Olivia Williams, Josh Holloway, Harold Perrineau, Ralf Moeller…

INFOS

Long métrage américain
Genre : action/thriller
Année de production : 2013

SYNOPSIS

Une équipe spéciale des stups part en mission pour démanteler l’un des cartels les plus dangereux du monde. Mais l’opération dans l’un des entrepôts du cartel se transforme en braquage en règle : l’équipe d’agents met à l’abri pour son propre compte des millions de dollars volés. Mais le secret a été éventé. Quelqu’un les assassine un par un…[/quote]

http://img842.imageshack.us/img842/5557/15ik.jpg

http://img62.imageshack.us/img62/7650/rl0o.jpg

http://img855.imageshack.us/img855/1003/jxzy.jpg

La bande-annonce :

Ça poutre sévère ! Arnie is back ! 8)

C’est fou le nombre de films et de projets de l’acteur… j’ai l’impression qu’il en a plus qu’avant ses mandats !

http://img822.imageshack.us/img822/8311/unep.jpg

Ah et puis Olivia Williams cheveux courts.

Pour moi, c’est un sacré argument.

Jim

http://imageshack.com/a/img842/5088/x9yz.jpg

Une Tuerie !

Film étonnant, par son rythme, ses choix d’images, tout ça…
Sur un sujet qui aurait pu promettre un action movie survolté, on a un thriller paranoïaque, musclé, presque gore, une enquête inter-services à l’ambiance tendue et à l’intrigue à tiroirs. Bref, un autre film que ce que la bande-annonce pourrait sembler promettre.
Et le filmage est plein d’idées intéressantes, qui participent à ce flou inquiétant. La caméra qui se pose près des personnages dans une ambiance presque documentaire, le grain des enregistrements vidéos, qui trouveront une justification plus tard dans le récit, les plans “shoot 'em up” qui sont aussitôt désamorcés (par une astuce que je crois n’avoir jamais vue avant). L’enchaînement des séquences est plutôt bien vu (le réveil de la première victime dans son camping-car), il y a même une scène construite en parallèle, alternant deux moments différents de la scène, et c’est d’une efficacité redoutable.
Les acteurs sont impressionnants. Schwarzenegger en roc fissuré, Olivia Williams en garçonne à la féminité à fleur de peau, Worthington en copain fidèle. Les maquillages sont épatants, mettant en valeur les grains de peau maladifs et fatigués de ces baroudeurs usés par les missions. La description de leur quotidien (la mise en parallèle de l’entraînement et de la mission, par exemple) ainsi que de la virilité forcée, est assez intéressante. D’autant que le scénario s’amuse à annoncer des clichés (la possibilité d’une bavure) et oriente le récit vers des développements intéressants.
Bref, c’est plutôt bien joué, revisitant les classiques du genre (conflits entre service, soupçons de corruption, conséquences d’une mission qui a mal tourné…) dans une mise en scène assez radicale.

Jim

Ah c’est sûr que c’est un film qui respire la testostérone et la vulgarité (parfois gratuite et souvent lassante). Y compris Lizzie qui fait partie de cette bande de baroudeurs. C’est sûr qu’à certains moments, le trait parait tout de même très forcé. Et Schwarzie contraste vachement avec le reste de son équipe.

J’ai bien aimé la parallélisation d’évènements. Ca surprend au début parce qu’on a l’impression que le réalisateur a mélangé ses bobines, mais justement, c’est pas mal fait.
D’autant que l’affiche et la première scène du film sont vachement trompeuses. Je m’attendais à un bon film d’action burné et en fait, on penche rapidement vers une enquête policière qui doit répondre à deux questions. Qui tue les membres du groupe et qui a pris le pognon?

L’enquête est parsemée de scènes assez gores, sans toutefois être très choquantes. Ca rappelle un peu Seven.

Alors c’est pas exceptionnel non plus, mais il ne manque vraiment pas grand chose pour en faire un très bon film. On passe un bon moment.
J’ai trouvé très belle l’image de clôture du film centrée sur le héros fatigué.