SAGA VALTA t.1-3 (Jean Dufaux / Mohamed Aouamri)

Le lombard vous propose d'en découvrir les premières planches

Lire l’article sur BD Sanctuary

Une série à la Thorgal (le perso principal m’y fait beaucoup penser) qui a l’air plutôt attrayante, j’y jetterai plus qu’un oeil

Intégrale.

Valgar est un valeureux viking qui, pour avoir commis l’imprudence de séduire Astridr, la fille de Thorgerr aux cents guerriers, va devoir fuir les hordes de tueurs sanguinaires lancées à ses trousses. Il ne devra sa survie qu’à la lance qu’il porte, artefact légendaire qui attire l’attention du monstrueux Ogerth-le-sinueux… Découvrez l’histoire d’une vengeance devenue légende magnifiée par le trait d’Aouamri (La Quête de l’Oiseau du Temps) et le sens de l’intrigue de Dufaux (Croisade).

  • Album : 184 pages
  • Editeur : Le Lombard (31 octobre 2019)
  • Collection : Saga Valta
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 280367579X
  • ISBN-13 : 978-2803675791
  • Dimensions du produit : 24,1 x 1,8 x 31,8 cm

Jean Dufaux a toujours conçu les histoires qu’il allait raconter comme un écho entre mots et images. D’abord attiré par le 7e Art, il se forme aux techniques de la réalisation à l’Institut des Arts et Diffusion de Bruxelles. Mais les mots ne le quittent pas et il devient journaliste, dramaturge et romancier avant d’embrasser définitivement son véritable métier : scénariste de bande dessinée ! Il commence dans les pages du journal « Tintin » en 1983 mais, au fil des années, il travaillera avec presque tous les éditeurs et nombre de grands dessinateurs. Chantre de la sensualité, ses histoires font la part belle à la séduction et aux sentiments qu’il conjugue habilement au souffle de la grande aventure. A l’aise dans tous les styles et tous les décors, il passe du monde imaginaire de « La Complainte des Landes perdues » à la Rome antique antique de « Murena », en passant par l’Afrique de « Djinn ». Conteur ensorceleur, un peu magicien – un trait qu’il prête à son héros « Niklos Koda » - il nous entraîne dans la sarabande que danse le sable des « Croisades » ou encore dans la froideur scandinave des forêts islandaises avec « Saga Valta ». Passionné de cinéma, il s’inscrit à l’Institut des Arts et Diffusion (Bruxelles). De 1969 à 1973, il s’y familarise avec les procédés cinématographiques qui influenceront son écriture en bande dessinée. Il devient journaliste à « Ciné-Presse », revue destinée aux professionnels du cinéma. Il se met à écrire des pièces de théâtre pour enfants ainsi que différentes nouvelles, avant de se lancer définitivement dans la BD. Le journal « Tintin » est son premier port d’attache : en 1983, il co-scénarise (avec Vernal) la série « Brelan de dames » dessinée par Renaud. En 1985, il conçoit « Les aventures de Melly Brown » (dessin : Musquera). En 1986, il fait son entrée chez Dargaud avec « La toile et la dague » (avec E. Aidans ) et « Beautifica Blues » (avec Griffo ). 1987 est une grande année : il crée « Jessica Blandy » avec Renaud (éditions Novedi, puis Dupuis). Il lance « Giacomo C » avec Griffo , librement inspiré de Casanova. En 1988, Les « enfants de la salamandre » (dessin : Renaud - Dargaud) voit le jour et les tendances « fantastiques » qui hantent Dufaux sont mises en scène progressivement et à chaque fois sous un angle différent. Il considère ces tentatives comme un gigantesque puzzle où chaque album, chaque série, est une pièce nouvelle. Dans un autre registre fantastique (tendance Vaudou), il concocte pour Paape et Sohier « Les jardins de la peur » (Dargaud puis les Humanoïdes Associés). A l’aube des années 90, sortent « Chelsy » (dessin : Joris - Glénat), « Avel » (dessin : Durieux), « Fox » (dessin : Charles) et « Santiag » (dessin : Renaud - Glénat). Il publie une série consacrée aux écrivains qu’il aime : « Sade » (dessin : Griffo ), « Pasolini » (dessin : Rotundo), « Balzac » (dessin : Savey), « Hemingway et Hammet » (dessin : Malès). En 1992, « Sang de lune » (Glénat) lui permet de lancer la jeune dessinatrice Vivianne Nicaise. Il réactive « Beautifica Blues », univers qui lui tient à coeur, dans un second cycle : « Samba-Bugatti ». Un an plus tard, outre le lancement du cycle « Les voleurs d’empires » (dessin : Jamar - Glénat), il réalise enfin un vieux rêve en travaillant avec Rosinski sur « La complainte des landes perdues » (Dargaud). En 1994, il fait une incursion chez Aire Libre (Dupuis) avec « Monsieur Noir » (dessin : Griffo ). Dufaux est l’un des rares scénaristes à pouvoir mettre en scène des univers variés tout en garantissant au lecteur une écriture originale et reconnaissable. En 1997, avec Labiano , il crée « Dixie Road » (Dargaud) ; en 98, « Murena » (avec Delaby - Dargaud) et « Rapaces » sur un dessin de Marini. En parallèle, mais chez Glénat cette fois, il sort la série « Ombres » avec Lucien Rollin au dessin, « Les révoltés » avec Marc Malès, et « L’Impératrice rouge » (1999) avec Adamov. En septembre 1999, il crée « Niklos Koda », avec Olivier Grenson , dans la Collection Troisième Vague.

Mohamed Aouamri est de ces dessinateurs perfectionnistes, attachés aussi bien à la qualité du découpage qu’à la sensualité des images. Autant de qualités qu’il a affinées et imposées au cours d’une carrière qui débute dans les pages du magazine Pilote, avec des planches humoristiques animalières, qui, déjà, font remarquer son sens aigu de la végétation. Illustrateur indépendant à l’occasion, dans la communication ou la publicité, il a néanmoins toujours oeuvré dans le 9e Art, aux côtés du scénariste Brice Tarvel, avec lequel il réalise les séries « Sylve » (3 tomes parus aux éditions Arboris) et « Mortepierre » (5 tomes parus, aux éditions Soleil). Une oeuvre déjà conséquente, qui attire le regard de Serge LeTendre et Régis Loisel, qui lui confient le 6e tome de la mythique « Quête de l’oiseau du temps ». Le résultat est éblouissant de virtuosité, et n’échappe pas à Jean Dufaux, qui lui propose alors de mettre en images une nouvelle série. Séduit, Mohamed Aouamri accepte volontiers d’abandonner la jungle luxuriante au profit des inquiétantes forêts glacées de « Saga Valta », qu’il illumine de son trait fouillé et dynamique à souhait.