SCOTLAND YARD (Dobbs / Perger)

La critique par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Scotland Yard T.2 (simple - Soleil) par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

image

image

Autre diptyque de la collection 1800.
Deux psychopathes (des vrais, dont un pourrait jouer dans un Saw et l’autre est presque pire) s’évadent lors d’un transfert. Un album par enquête pour les retrouver séparément !

Dobbs est un habitué de cette collection, et j’ai été plutôt séduit par ces deux histoires. Même si les relations à l’intérieur du Yard sont un brin manichéenne, l’auteur développe très rapidement les 4 perso de sa petite équipe, juste ce qu’il faut pour les apprécier (ce sont des archétypes, mais ça marche), dans des histoires qui font quand même bien monter la pression et le glauque. J’aurais bien aimé en avoir un peu plus, des histoires avec cette équipe.
Les récits comportent quelques clins d’oeil en lien avec le thème de collection.

image

Alors, sinon, je ne connaissais pas Stéphane Perger … et punaise, que ses pages sont belles. je pense qu’il a dû faire les couleurs à la peinture. En tout cas, c’est dans un style graphique différent de ce que j’ai pu lire à présent dans la collection, une mise en page dynamique et qui exploite le récit pour sortir un peu des sentiers battus, mais sans pour autant perdre le lecteur et en gardant une certaine densité.
J’aime bien aussi ses couvertures (surtout la première, d’ailleurs).

Bref, beaucoup aimé ces deux albums, que j’ai avalés de rang !

Je suis grand fan de Perger, c’est un des rares dessinateurs qui peut me faire acheter une BD sur son nom indépendamment du scénario (ce qui explique d’ailleurs que ce diptyque soit ma seule possession dans la fameuse collection “1800”, de même qu’Odyssée sous contrôle fut par la suite mon seul achat des “Mondes de Stefan Wul” chez Ankama et que je ne me suis pas soucié de poursuivre la série anthologique Dark Museum au-delà du premier tome où il officiait).

Pour moi son chef-d’œuvre reste quand même le triptyque Sequana avec Léo Henry chez feu Emmanuel Proust, dont j’avais parlé ailleurs. Ça se trouve encore, il ne faut vraiment pas hésiter à se jeter dessus.

Son prochain boulot sort dans quelques semaines chez Glénat, Luminary : c’est une reprise (ou revisitation ? on verra bien) du super-héros “français” (d’origine éditoriale en tout cas) Photonik sur scénario de Luc Brunschwig. J’ai assez hâte. :yum:

Ah oui, y a un sujet là-dessus. Je vais d’autant plus surveiller.
Merci !

Sur Sequana :

Sur Luminary :

Jim