SHARP OBJECTS (HBO)


(Le Doc) #1

Camille Preaker, reporter, sort tout juste d’un bref séjour à l’hôpital psychiatrique. Elle retourne dans la ville de son enfance pour tenter de résoudre le meurtre de deux jeunes adolescentes auxquelles elle s’identifie énormément…

D’après le roman de Gillian Flynn.

V1_SY1000_SX675_AL

CREATRICE

Marti Noxon

REALISATEUR DES 8 EPISODES

Jean-Marc Vallée

DISTRIBUTION

Amy Adams, Patricia Clarkson, Chris Messina, D.B. Sweeney…

INFOS

Mini-série américaine
Genre : thriller
Diffusion : à partir du 8 juillet sur HBO
Format : 8 x 60 mn

La bande-annonce :


(Oncle Hermes) #2

Prometteur.


#3

Le dernier épisode était diffusé hier sur OCS et on peut dire que le final était assez grandiose. Je ne m’attendais pas à ce dénouement et ceux qui ont apprécié les autres adaptations des livres de Gillian Flynn (Gone Girl, Dark Places,…) ne seront à mon sens pas dépaysés.

J’ai vraiment apprécié cette série même si le rythme des épisodes peut paraître très lent, il est évident que cela ne plaira pas à tout le monde.
Amy Adams confirme que c’est une très grande actrice et après Big Little Lies l’an dernier HBO confirme aussi le succès de ses mini-séries estivales.


(Photonik) #4

Tiens, je ne me suis pas encore lancé alors que la série m’intéresse beaucoup (notamment pour Amy Adams, que je trouve extraordinaire perso)…
Merci pour la piqûre de rappel !!


(Photonik) #5

J’ai vu le premier épisode et je dois dire que je suis conquis à ce stade…
Bien sûr, la série doit beaucoup à cette actrice fabuleuse (et au charme fou) qu’est Amy Adams, mais il y a aussi cette ambiance à couper au couteau, cette peinture qui me semble très juste d’une certaine ruralité américaine, et cette gestion habile des allers-retours passé/présent.
C’est vrai que la série est “lente”, mais c’est une impression qui est due me semble-t-il à son côté relativement peu dramatisé. La narration, elle, trace finalement pas mal, notamment via des raccords et des ellipses qui font avancer le tout de manière très efficace. Sur le même registre, le montage est globalement admirable, avec ces petits inserts presque subliminaux sur des détails qui n’en sont pas vraiment, on imagine.
Très bon début, hâte de voir le reste.