SHE-HULK : AVOCATE (Disney +)

j’ai préféré Hawkeye, qui à su me toucher. Il y a un petit ventre mou dans Hawkeye, mais je trouve le travail sur les personnages plus développé (à raison il y a plus de temps). Je trouve ne plus que Renner maitrise son perso et il y a eu de la sympathie pour ce personnage de ma part depuis le temps ça joue aussi.

Oui, je me suis encore bien amusé. Après une légère (très légère) réserve sur le précédent, j’ai trouvé que les éléments étaient mieux équilibrés cette fois-ci, entre la comédie (qui joue assez savoureusement sur les passages obligés des épisodes « spécial mariage »), l’absurdité des cas confiés au cabinet GLK&H (utiliser les capacités de Mr Immortel dans le cadre d’une affaire de divorce(s), ce n’est pas bête) et l’action (juste une petite baston, ça me suffit, et la chute est marrante). Jen est toujours aussi attachante et son interprète déborde d’énergie…et j’ai bien aimé la dynamique du duo formé par Nikki et Mallory. Les dernières scènes préparent bien ce qui sera certainement le dernier acte de la saison.

J ai beaucoup aimé humour meta de cette semaine. Dans cette episode, une ancienne équipière des envahisseurs veut absolument devenir un personnage secondaire de la serie.

Miss hulk, d abord surprise par son âge qui n est plus printanier, se voit expliquer qu en effet les personnages sans série vieillissent plus vite, puisqu ils n economisent pas le temps entre deux ellipses.

Superbe idée.

De plus, personnage un peu rond, elle espère que l effet glam superheroique se repercute sur son physique dès qu elle integrera à nouveau une serie.

De la bonne utilisation du male gaze comme on l appelle aujourd’hui ou d un certain sexisme.

Et c est bien ce qui arrive dans l episode lors d une histoire comme seul les super heros savent en produire, boom, la voilà rajeuni, sexy et très satisfaite de son destin de supporting cast.

C est fin, cela sait jouer habilement des tropes du genres, les denoncer tout en les retournants à l avantage d un personnage feminin à l agentivité forte, comme on le dit aujourd’hui.

Vraiment, c est pour cela qu on aime miss hulk. L humour, l intelligence, le meta.

Très bon episode, tres moderne comme seulement aujourd’hui on peut en produire en tenant compte des problématiques de l époque.

Le dernier épisode est quand même bancal et le final terriblement arythmique (là où la course-poursuite du 3 assurait grave). Les bad guys qui défilent à la queue leu-leu, à l’armement « convenient » suivant l’instant de l’affrontement/ les adversaires, Swordsman qui méritait mieux que les pauvres scènes où il figure… et le fight entre Kate et le Caïd, vraiment pas top.

Mais la série regorge de bons moments. Et dans le genre Marvel, entre humour et gravité, c’est plutôt bien dosé.

1 « J'aime »

Qu’il est con :sweat_smile:

2 « J'aime »

Paul Smith

2 « J'aime »

Une utilisation astucieuse de vilains de troisième zone, lintrigue fil rouge qui continue et un développement de la dualité jen/she hulk, tels sont les ingrédients de cet énième bon épisode de She Hulk.

J’avoue avoir eu peur d’un épisode qui s’enlise dans son délire.
Mais il n’en est rien, je ne vais pas bouder mon plaisir. :wink:

Perso c’est le premier épisode où je me suis ennuyé, c’est un peu long meme si la fameuse situation a amené quelques sourires, la fin fait avancer l’intrigue de fond (du moins amené depuis le précédent épisode), espérons que ça prenne la suite dans l’épisode suivant.

(PS c’est qui le dessinateur du générique de fin ?)

C’est pas celui des épisodes 4 et 5 du She-Hulk T1 paru cette semaine ?

Aucune idée

Après verif ce n’est pas lui.
Pour le générique c’est Kagan McLeod

On m’a recommandé de poser ça là :o) :

Y a même pas besoin de cliquer, en plus.

Moi aussi j’aime rendre service x) .

Ca me rappelle pourquoi je ne vais jamais sur ce site…

Ratage complet niveau Inhumains ?
C’est quoi déjà les pré-requis pour écrire sur écranlarge.condescendants ?
Je demande pour ne pas postuler par erreur.

1 « J'aime »

Ah bah voilà

Ne pas aimer Marvel Studios, ou plus largement Disney.

J’ai quand même lu le lien posté par vernes (ça ne prend pas longtemps à lire, cette daube) et comme je m’en doutais, c’est le genre d’écriture qui enchaîne tout ce que je déteste dans l’exercice de la critique. Son auteur prétend donner son propre avis en incluant à peu près tout le monde, les fameux « on », « nous » ou le pire de tous, l’anonyme « le spectateur » (ce que je déteste cette formule). Il essaye en plus d’être drôle et ça tombe à plat…bref, à oublier…
Que la série ne soit pas pour tout le monde, c’était inévitable vu le concept, mais prétendre qu’elle ne « raconte rien », je trouve que c’est franchement exagéré. Elle raconte le genre de choses que l’on ne voit pas régulièrement dans les histoires de super-héros proposées par le MCU depuis ses débuts et je trouve ça rafraîchissant…le parcours d’une femme qui doit trouver sa place dans la société actuelle alors qu’elle se débat avec les différents aspects de sa dualité, aussi bien physique que psychologique. Cela se traduit par des épisodes qui se suffisent à eux-mêmes tout en déroulant un fil rouge qui aura sa résolution dans les deux derniers chapitres (ou le dernier) et un ton léger qui peut paraître anecdotique, ce qui n’est pas entièrement faux mais perso, ça m’amuse. Les « passages obligés » comme l’épisode de mariage ou la séance de thérapie sont autant d’étapes dans l’évolution de cette version de Jennifer Walters. Dans ce dernier, Tim Roth est savoureusement décontracté dans le rôle d’un Blonsky qui a laissé sa colère de côté pour aller de l’avant et l’utilisation de vilains de dixième zone m’a fait sourire (des gugusses un peu oubliés comme El Aguila et le Porc-Epic, déjà ridicule dans les sixties, se prêtent bien à ce genre de réinterprétation).
Donc oui, comme Hush, je ne boude pas mon plaisir. Une sucrerie pas prise de tête et un format 30 mn qui m’avait un peu désarçonné au début et qui est finalement juste assez pour éviter l’overdose…

3 « J'aime »