SHERLOCK HOLMES - Arthur Conan Doyle

Bon, j’en avais parlé sur le “DICO de Sherlock Holmes” (que je pensais déjà sorti à tort… bref), mais j’ai donc commencé ma lecture de l’intégrale “canonique” des aventures du détective (les 4 romans et 56 nouvelles donc).

On commence donc avec Une étude en rouge : iletaitunefoisunroman.wordpress. … nan-doyle/

Malgré un choix de narration un peu déroutant dans la seconde partie de l’intrigue (même si on raccroche très vite les wagons), ce premier roman pose les bases d’un univers intéressant et passionnant, avec la fameuse “science de la déduction” de Holmes opposé au côté plus “cartésien” de Watson.

Par contre, je viens de débuter Le signe des quatre et on dirait qu’il y a une légère incohérence au niveau de la blessure de Watson non ? Dans Une étude en rouge, elle semble être plutôt à l’épaule, alors que dans Le signe des quatre, c’est la jambe qui est touchée. Me trompe-je ?

Tu ne te trompes pas c’est un des débats récurrents sur l’oeuvre, l’auteur y répond plus tard à toi de voir si la réponse te satisfait ^^ .

Je me disais bien aussi… Bon, on verra la “réponse”. Après, ça reste du détail, même si cela m’a troublé (parce que justement, je pensais que c’était la jambe puis j’ai lu l’épaule… et hop, revoilà la jambe !)

Watson est la source de trois gros problèmes de cohérence : [ul]]Sa blessure/:m]
]Sa (Ses ?) femme(s)/:m]
]Son prénom (il y a une moment où Holmes l’appelle James au lieu de John)/:m][/ul]

Après, vu que c’est Watson le narrateur de la plupart des histoires, peut-être que ses souvenirs étaient confus… Peut-être un traumatisme dû à une autre blessure de guerre a fait qu’il a des problèmes de mémoire ? ~____^

Tori.

Dans Le signe des quatre, on voit déjà apparaître cette question des femmes… J’essaie de ne pas lire trop vite mon volume car je n’ai pas encore les 2 autres !

Si tu veux écourter le suspens je te mets un copié collé de l’explication de Doyle ?

Non t’inquiètes, ça ira, j’ai le temps ^^

Tiens, ivan, je ne sais pas si tu avais vu passer l’info pour ça (j’ai mis la fiche série ici)…

Tori.

Si, j’avais vu ^^

J’ai d’ailleurs un peu tiqué sur les choix des histoires, notamment certains volumes qui mélangent des nouvelles sorties à plus de 10 ans d’intervalle.

On verra bien à sa sortie. :slight_smile:

Et les avoir en volumes doubles chez Isan ne va rien arranger. En revanche, c’est bien qu’ils les traitent comme les autres titres littérature, avec les romans/nouvelles en plus du manga (je ne sais pas si c’était le cas dans l’édition japonaise).

Mais c’est vrai que la parution est bizarre… et même les quatre romans, ils ne les ont pas sortis dans l’ordre.

Tori.

On passe donc au second roman, Le signe des Quatre : iletaitunefoisunroman.wordpress. … nan-doyle/

Je l’ai trouvé moins réussi que le premier et la trame est un peu trop similaire (un meurtre => énigme résolue par Holmes => meurtrier arrêté => passé du meurtrier => le meurtrier a une “bonne raison” pour expliquer son crime).

Je devrais passer à la première nouvelle très prochainement. Je suis d’ailleurs tombé sur une intégrale chez mon libraire et j’ai vraiment hésité à me la prendre… Mais j’aime bien mon édition bilingue, même si je n’en lis que la moitié. :slight_smile:

J’ai donc débuté la lecture du recueil “Les aventures de Sherlock Holmes”.

La première nouvelle, Un scandale en Bohème, nous permet de faire connaissance avec Irène Adler, qui devrait intervenir dans d’autres aventures a priori. Considérer comme LA femme par Holmes, elle semble clairement lui avoir tapé dans l’oeil, d’autant qu’elle aura réussi à lui filer entre les pattes, une première. Court, mais plutôt sympa.

La seconde, La ligue des rouquins, est plutôt originale et très sympathique. Originale parce que ce que suggère son titre et le début d’un stratagème dont le but final est assez simple. Mais j’ai beaucoup aimé les explications finales et comment Holmes a déduit des indices retrouvés l’identité et l’objectif du brigand. C’est assez simple, mais très efficace.

Au passage, j’ai désormais l’intégralité des 3 bouquins de cette édition, je sens donc que je vais lire pas mal de Holmes dans les mois à venir. :slight_smile:

On notera également deux petites choses : il n’est plus trop question de Holmes et la drogue (cela m’a marqué dans La ligue des rouquins, où il est question des moments où Holmes s’ennuie mais plus de ses shoots) et le mariage de Watson ne semble plus d’actualité (il n’est pas vraiment fait mention de sa vie commune avec Mary, notamment lorsque celle-ci est nommée à un moment). Cela ne veut pas dire que Holmes ne se drogue plus ou que Watson n’est plus marié à Mary mais ce sont des petits détails qui font tiquer à la lecture.

Ben, en fait, non.
Sherlock se contente de l’évoquer plus tard, mais c’est tout.

Pour le reste, il faut faire attention aux dates dans les histoires : l’ordre chronologique de parution n’est pas l’ordre chronologique des événements dans la vie de Holmes et Watson (et on a parfois l’impression que la mémoire de Watson a des trous).
La chronologie des aventures que tu as lues pour l’instant :
[ul]]A study in scarlet (1881-1884)/:m]
]A scandal in Bohemia (mars 1888)/:m]
]The sign of four (deuxième moitié de 1888)/:m]
]The red-headed league (1890)/:m][/ul]

Ce qui m’amène au point suivant :

En fait, la date donnée par Watson est le 20 mars 1888, et il évoque son épouse. Or, il rencontre Mary Morstan lors de the sign of four, en septembre d’après lui-même, et c’est en 1888 d’après beaucoup d’autres indices de l’histoire en question.
L’épouse en question est donc une autre femme. Et ce n’est que le début des spéculations sur le nombre de femmes de Watson ! ~____^

Tori.

Dommage pour Irène !

Pour le reste, il ne me semble pas que l’on ait beaucoup d’infos sur la période où se déroulent les évènements narrés mais je vais essayer d’être plus concentré sur ce point, ce qui évitera quelques incompréhensions ! Merci pour les précisions en tout cas !

Tu as pris tes informations de ce site ? sherlockpeoria.net/Who_is_Sh … eline.html

Quand tu dis que l’épouse est une autre femme, tu veux dire que Watson, au moment de La ligue des rouquins, serait marié à une autre que Mary Morstan ?

Oui, c’est là que j’ai repris, ça allait plus vite que d’aller rechercher dans mes archives la chronologie que j’ai depuis un moment…

Non, je veux dire qu’il est marié à une autre dans Un scandale en Bohème : il est marié à une femme alors qu’il n’a pas encore rencontré Mary Morstan.

Tori.

OK. Je vais revoir tout ça alors. Sacré Watson.

J’ai donc lu 2 nouvelles de plus : Une affaire d’identité et Le mystère du Val Boscombe.

Dans les deux cas, l’identité du “coupable” est assez facile à trouver, même si les différents points de détails soulevés par Holmes sont toujours aussi pointus et agréable à lire. On reste donc dans de la lecture très sympa mais difficile d’être surpris par le scénario, puisque comme on devine qui est le coupable assez vite, le seul suspense qui demeure reste comment Sherlock va mettre en scène tout cela.

Toujours plus de traces de drogue dans ces deux histoires. Quant à Watson et ses femmes… c’est toujours autant le bordel ! XD

Allez, quelques lignes sur les 6 premières nouvelles de ce recueil. Coup de coeur pour “Les cinq pépins d’orange”.

iletaitunefoisunroman.wordpress … -doyle-12/

C’est une des premières nouvelles que j’ai lues de Sherlock Holmes (parmi les plus anciens souvenirs que j’ai, il y a également The veiled lodger, The solitary cyclist et le roman The hound of the Baskervilles, qui doit être ma première rencontre avec Holmes), et c’est également une de mes préférées, mais c’est peut-être justement dû au fait que ce soit une des premières que j’ai lues !
Le seul reproche (mais ce n’est pas de la faute de Doyle) qu’on pourrait faire à cette histoire, c’est qu’un lecteur actuel connaît la signification des lettres KKK, alors qu’un lecteur (britannique) de l’époque avait probablement moins de chances de la connaître.

Tori.

En effet, et je trouve cela très sympa d’ailleurs. ça nous rappelle l’époque à laquelle le titre a été écrit, ce que l’on peut parfois oublier (on est tout de même dans un titre écrit il y a plus de 120 ans…).

ça m’a d’ailleurs donné envie d’aller voir l’histoire du KKK, pour comprendre cette “ignorance” de Watson.