SHIRLEY (Josephine Decker)

MV5BOGU5YzRmMDctODIxZi00OGEzLWE4ZDYtOTRlMTNiZjlhMDA5XkEyXkFqcGdeQXVyODk4OTc3MTY@.V1_SY1000_CR0,0,677,1000_AL

DATE DE SORTIE FRANCAISE

5 juin 2020 en VOD (USA)
Indéterminée (France)

REALISATRICE

Josephine Decker

SCENARISTE

Sarah Gubbins, d’après le livre de Susan Scarf Merrell

DISTRIBUTION

Elisabeth Moss, Logan Lerman, Michael Stulhbarg, Odessa Young…

INFOS

Long métrage américain
Genre : drame/thriller
Année de production : 2020

SYNOPSIS

Espérant démarrer une nouvelle vie en emménageant chez l’écrivaine spécialisée dans l’horreur Shirley Jackson et son mari, un jeune couple se retrouve au centre d’un drame qui inspirera le prochain ouvrage de l’auteur.

Mon Kabou, mauvais aiguillage ?

ouep je pensais être au bon endroit.

Pour info, la revue Bifrost consacrera un dossier à Shirley Jackson (été 2020).
Dont voici une partie du sommaire :

"La Souris" ( « The Mouse » ), nouvelle inédite traduite par Jean-Daniel Brèque.

"Un jour ordinaire, avec des cacahouètes" ( « One Ordinary Day, with Peanuts » ), nouvelle jadis parue dans Fiction sous le titre « Journée de bienfaisance » , traduction révisée par Jean-Daniel Brèque.

"Écrire est la seule issue" , essai biobibliographique par Jean-Daniel Brèque.

"L’Ail dans la fiction" ( « Garlic in Fiction » ), conférence de Shirley Jackson traduite par Erwann Perchoc.

"Terreur au foyer" , panorama des nouvelles disponibles en langue anglaise, par Eric Jentile.

Guide de lecture, par l’équipe de Bifrost ( « the usual gang of idiots » ), avec une guest star prestigieuse: Lisa Tuttle (traduite par Patrick Marcel)

Bibliographie, par Alain Sprauel et JDB

Si la place et le temps le permettent, entretien avec l’illustrateur de couverture–qui n’a pas été choisi au hasard–par Erwann Perchoc.

Sommaire communiqué par JDB

Source

Je me permets de signaler l’adaptation BD de la Loterie :

Miles Hyman qui devrait, selon toute probabilité, réaliser la couverture du numéro en question.

Je ne peux qu’applaudir à l’initiative de Bifrost. Je ne cesse de le répéter ici et là, mais Jackson est une autrice passionnante, qui reste trop peu connue par chez nous — où n’ont été traduits que trois de ses six romans (l’un de mes préférés, Hangsaman, étant parmi les « manquants »), et une trentaine de ses quelques deux cents nouvelles (une vingtaine dans un volume un peu ancien maintenant, devenu introuvable, une douzaine d’autres dans un recueil tout juste paru fin 2019 chez Rivages).

Pour ce qui est du film, j’avoue que le pitch officiel, tel qu’il est écrit, n’est pas nécessairement le plus emballant : le côté « (tel évènement X ou Y) qui inspirera le prochain ouvrage de l’auteur » me colle un flashback, avec option sueurs froides, de Depardieu en Balzac sur TF1, prenant son petit déjeuner au lit avec Fanny Ardant en lui expliquant que son délicieux accent polonais vient de lui inspirer l’intrigue du Colonel Chabert. Sans aller jusqu’à un tel excès de ridicule, il me semble qu’il y a difficilement plus « anti-cinématographique » que l’activité créatrice d’un écrivain, et que les films réussis sur le sujet ne sont pas légion.

La bande-annonce est heureusement beaucoup plus engageante à mon goût, semblant annoncer moins un biopic qu’un thriller lorgnant vers le fantastique, prenant la personne de Shirley Jackson comme matériau de base pour raconter une histoire à la manière de Shirley Jackson. Là, je suis curieux.

Je n’ai que quatre bouquins chez Pocket, les trois romans et le recueil La Loterie. J’ai lu tout ça quand j’étais à Paris, ça remonte à quinze vingt ans, les détails deviennent flous mais l’impression positive demeure. Je me pencherai sur le numéro de Bifrost.

Jim