SIR ARTHUR BENTON (Tarek / Perger, Pompetti)

Discutez de Sir Arthur Benton

Fort bonne série d’espionnage en deux triptyques – l’un sur la Seconde Guerre Mondiale, l’autre sur les débuts de la guerre froide (on peut supposer que la chute de la maison Emmanuelle Proust nous aura privé d’un prolongement possible…) – autour d’un anti-héros fascinant, lord anglais acquis à l’idéologie nazie. Son anticommunisme poussera néanmoins ses supérieurs à pardonner bien des choses de ses sympathies et de son parcours pour s’attacher ses services terriblement… efficaces.

Côté graphisme, le premier cycle permet en outre de découvrir les débuts d’un Stéphane Perger dont le style se démarque et en met tout de suite plein les yeux, quand bien même il n’était pas encore tout à fait parvenu à maturité – qu’il atteindra par la suite avec Sequana chez (feu) le même éditeur. Vincent Pompetti lui succède pour le cycle “Guerre froide” sans démériter.