SLAXX (Elza Kephart)

MV5BYWIxODQxZDktZjlmYy00MDAxLTg2MmMtZjEwOTQ0Y2MyODlmXkEyXkFqcGdeQXVyMjE5MTcyMA@@.V1_FMjpg_UX1000

DATE DE SORTIE FRANCAISE

Indéterminée

REALISATRICE

Elza Kephart

SCENARISTES

Elza Kephart et Patricia Gomez

DISTRIBUTION

Romane Denis, Brett Donahue, Sehar Bhojani…

INFOS

Long métrage canadien
Genre : comédie/horreur
Année de production : 2020

SYNOPSIS

Une nouvelle paire de jeans, dont la gamme s’appelle Slaxx, s’attaque aux pratiques sans scrupules d’une entreprise de vêtements à la mode. Lorsqu’une caissière idéaliste du magasin phare de la marque est témoin des morts sinistres de ses collègues par la paire de jeans, elle doit tenter de comprendre ce qui anime cet article griffé pour tenter d’arrêter le massacre.

Eh eh eh … Y a vrai message là-dessous ?

À ranger à côté de Zombie ass ?

Tori.

Les objets inanimés qui prennent vie sont une figure régulière du cinéma d’horreur. Mais il n’y a à ma connaissance pas énormément de films où ces objets prennent la forme de pièces de vêtements. Je pense notamment à la robe du récent In Fabric de Peter Strickland. Je n’ai toujours pas vu ce film mais je ne crois pas me tromper en écrivant que son traitement est très différent de celui de Slaxx, petite production canadienne avec des jeans tueurs…
Alors oui, l’idée est saugrenue et prête souvent à sourire. La réalisatrice joue de toute façon là-dessus puisque Slaxx est présenté comme une comédie horrifique. Mais même si la vue de ces jeans mettant littéralement en pièce les employés d’une société de vêtements à la mode est souvent grotesque (sans que ce soit un défaut hein…tant que ça va au bout du délire, ça me va), le film est globalement bien emballé : les unités de temps et de lieu sont resserrées, c’est court (pas plus de 70 mn) et bien rythmé et pas avare sur le gore qui tâche. La critique des méthodes et de l’hypocrisie de cette grosse boîte n’est certes pas nouvelle mais elle fournit au phénomène une explication pas plus conne qu’une autre. On adhère ou pas à ce genre de bisserie…pour ma part, je me suis bien amusé…