SOUTHERN BASTARDS #1-16 (Jason Aaron / Jason Latour)

"C’est “Shérif, fais-moi peur" réalisé par les frères Cohen sous acide

De l’aveu du scénariste Jason Aaron (Wolverine & The X-Men), l’éditeur Marvel Comics ne le laisse pas assez jurer dans ses séries. C’est ainsi qu’il vend le comics sobrement intitulé Southern Bastards (les bâtards du sud) co-crée avec le dessinateur Jason Latour (Winter Soldier).

Ce comics marque la troisième collaboration entre les deux auteurs qui travaillent actuellement sur le Web-Comics Wolverine: Japan’s Most Wanted.

http://imageshack.us/a/img163/4628/6d7h.jpg

http://imageshack.us/a/img7/599/v51h.jpg

[quote]Earl Tubb is an angry old man with a very big stick.
Euless Boss is a high school football coach with no more room in his office for trophies and no more room underneath the bleachers for burying bodies.
And they’re just two of the folks you’ll meet in Castor County, Alabama, home of Boss BBQ, the state champion Runnin’ Rebs and more bastards than you’ve ever seen.
Southern Bastards
By Jason Aaron and Jason Latour
A southern fried crime comic.
Coming Soon…[/quote]

Liens
Le site de l’éditeur: imagecomics.com
Le blog du dessinateur: jasonlatour.blogspot.fr

Image recrute à mort en ce moment, Brub, Aaron, Fraction, sans compter les dessinateurs. C’ouf.

Sans oublier Remender qui revient aussi chez Image. Cette vague d’annonces fait sacrément plaisir. Marvel n’a pas complètement bouffé ces grand scénaristes et c’est tant mieux.

mais il opte cette fois pour des minis. C’est dommage, les scénarios au long cours, c’est pour cela que j’aime les comics.

[quote]SOUTHER BASTARDS #1
Story by Jason Aaron
Art by Jason Latour
Cover by Jason Latour
Publisher Image Comics
Release Date Wed, April 30th, 2014
Earl Tubb is an angry old man with a very big stick.
Euless Boss is a high school football coach with no more room in his office for trophies and no more room underneath the bleachers for burying bodies.
And they’re just two of the folks you’ll meet in Castor County, Alabama, home of Boss BBQ, the state champion Runnin’ Rebs and more bastards than you’ve ever seen.
A southern fried crime comic.[/quote]

http://imageshack.com/a/img850/6742/b701.jpg

Deux pages supplémentaires de Southern Bastards #1:

[quote=“Jason Aaron”]That’s a very good question. When I talk about the Coen Brothers, it’s their ability to juggle comedy and drama from scene to scene, sometimes within the same moment, and that’s really hard to do. That’s certainly what I’m striving for with “Southern Bastards.” “Scalped” was definitely a lot darker and grittier, and a lot of the stuff I’ve done since then has been more lighthearted, like my “Wolverine and the X-Men.” “Southern Bastards” is my attempt to cross those streams a little bit.

Just looking at some of the Coen Brother’s darkest movies, they are also some of their funniest, and that’s what I’m shooting for. I think you can do comedy without losing the emotional impact, or making the characters into jokes. [/quote]

[size=150]INTERVIEW DU SCENARISTE JASON AARON[/size]

Je m’intéresse de plus en plus à **Aaron **, donc cette série de dérogera pas à mon attentive attention.

[quote]Southern Bastards #2
Story by Jason Aaron
Art by Jason Latour
Cover by Jason Latour
Publisher Image Comics
Cover Price: $3.50
Release Date Wed, May 28th, 2014
It’s Friday night in Craw County, Alabama. Which means Coach Euless Boss is walking the sidelines like a god. And somebody is fixin’ to die.[/quote]

Source: www.comicbookresources.com

http://imageshack.com/a/img841/7505/idu8.jpg

[quote]Southern Bastards #3
Story by Jason Aaron
Art by Jason Latour
Cover by Jason Latour
Publisher Image Comics
Cover Price: $3.50
Release Date Wed, July 2nd, 2014
Earl Tubb’s one-man war to clean up Craw County begins to rage out of control, as it claims its first casualty.[/quote]

http://imageshack.com/a/img834/4251/flflg.jpg

http://imageshack.com/a/img843/143/w24n1.jpg

http://imageshack.com/a/img849/8799/96ac.jpg

http://imageshack.com/a/img822/1180/m60k.jpg

http://imageshack.com/a/img840/9871/kb7t.jpg

Source: www.comicbookresources.com

[quote]Southern Bastards #4
Story by Jason Aaron
Art by Jason Latour
Cover by Jason Latour
Publisher Image Comics
Cover Price: $3.50
Release Date Wed, September 3rd, 2014
MATURE READERS ONLY
THE EXPLOSIVE ENDING TO OUR FIRST ARC! Earl Tubb and his big stick finally come face to face with Coach Boss. This will not be pretty.[/quote]

Source: www.comicbookresources.com

Une pauvre âme revient dans sa ville natale et décide, à contre-cœur, de réparer les dégâts à coup de lattes et de souvenirs haineux. Ça vous rappelle quelque chose ? Et non, il ne s’agit pas de Scalped mais de la nouvelle série “indé” de son papa, Jason Aaron, et de l’excellent dessinateur Jason Latour.

Southern Bastards c’est un comics de genre qui n’invente rien mais qui le fait avec brio et, ce, grâce à la narration percutante des deux auteurs (un peu comme euh… Scalped, en fait).
Ce premier arc offre exactement ce qu’on en attend : HBO sur papier. C’est ce qui se arrive quand Aaron (Jason) décide de réviser ses origines sudistes, après avoir vu True Detective, dans un petit drame domestique mâtiné polard poissard où l’on retrouve toutes les obsessions de son auteur (la fuite en avant, l’esprit de meute), le tout magnifié par l’excellent coup de crayon de Latour (Jason aussi).

En bref: Un démarrage qui donne tout ce qu’il a (et même un peu plus).

[quote]The idea came from a villain in “Scalped”. At one point I thought about setting up a crime boss who was a high school football coach in Nebraska who would eventually butt heads with Chief Red Crow in “Scalped”, but didn’t think that quite worked. I tucked that idea away and thought I would use it somewhere else. Eventually “Scalped” was winding up and I started to think about what my next creator-owned project would be.

The first one I actually came up with was “Men of Wrath”, which comes out in October from Icon. That was the first thing I wrote after “Scalped”, but “Southern Bastards” is something that had developed over time. I knew that at some point I wanted to do a Southern crime series and I liked the idea of it being something that would focus on the bad guys. Basically a town full of bastards. Pretty quickly I had that title – “Southern Bastards” – and then had my one bad guy. It was then just a question of what’s the real story here and where does it go from that? Latour was the only artist that I ever talked to about it. He was the first guy I ever brought it up to. He was the only person ever in discussion for me to do it with.[/quote]

[size=150]INTERVIEW DU SCÉNARISTE JASON AARON[/size]

[quote]Southern Bastards #5
Story By: Jason Aaron
Art By: Jason Latour
Cover By: Jason Latour
Cover Price: $3.50
Digital Price: $2.99
Diamond ID: AUG140680
Published: October 29, 2014
The hit southern crime series returns, as JASON AARON (Scalped, Thor: God of Thunder) and JASON LATOUR (Wolverine & The X-Men, Loose Ends) pull back the curtain on the history of Craw County and its most famous and feared resident. In a place where only bastards flourish, what does it take to be the biggest, meanest, most powerful bastard of them all? Only Coach Boss knows. And if I was you, I wouldn’t ask him.[/quote]

Source: www.comicbookresources.com

[quote=“Jason Aaron”] This was always the plan for the book. The biggest clue was right there in the title: “Southern Bastards.” This was always meant to be a book about the bastards. The premise of the series is that there’s a county in Alabama where the bad guys have won. A whole county full of bastards. So I always liked the idea of setting this up to look like it’s gonna be “Walking Tall.” That this is going to the story of this tough old guy who comes in and cleans up this county by swinging a big stick.

Then you get to the end of the first arc and you see that no, this isn’t going to be that kind of story. This isn’t “Walking Tall.” This isn’t a story where a good guy comes in and saves the day. This is where the bad guys have taken over. So that was always the idea, but we also liked the idea of setting up another sort of revenge story, or at least the tease of it here at the end of the first arc. So you know that even though Earl has failed in his mission, there is someone else out there who is going to have a very personal interest in what just happened.[/quote]

[size=150]INTERVIEW DE JASON LATOUR ET JASON AARON[/size]

[quote]SOUTHERN BASTARDS #7
Written by Jason Aaron
Art by Jason Latour
Published by Image Comics
Release Date: February 11, 2015

As a kid, Euless Boss had football in his blood. But all football ever did for him was make him bleed. Until the day he met a strange man who would change his life and the fate of Craw County forever.[/quote]

Source: www.comicosity.com

[quote]Southern Bastards #8
Story by Jason Aaron
Art by Jason Latour
Colors by Jason Latour
Cover by Jason Latour
Publisher Image Comics
Cover Price: $3.50
Release Date Apr 1st, 2015
The final chapter in the story of how the worst football player in Craw County rose to become “Coach Boss,” and the terrible bloody price he had to pay along the way. Don’t miss the chilling conclusion of “Gridiron,” the second arc in the seminal southern crime series.[/quote]

Source: www.comicbookresources.com

http://imageshack.us/a/img163/4628/6d7h.jpg

http://imageshack.us/a/img7/599/v51h.jpg

Je viens de lire le premier arc (les quatre premiers épisodes) et personnellement, j’aime beaucoup.

Alors je l’ai déjà dit, je suis pas méga fan de Scalped. Je veux dire, j’aime bien, c’est sympa, mais c’est écartelé entre une réputation surfaite et une intrigue somme toute assez bourrine. Cette tension, personnellement, me rend la série assez pénible dans le sens où je trouve que le nappage “sérieux” (la caution indienne, la légère touche de surnaturel ou d’hallucination, l’inscription dans une perspective historique) n’accouche au final que d’une souris (une enquête qui se conclut en duel bas du front). Rajoutons à cela un dessin qui masque ses faiblesses par beaucoup de noirs (ça texture, ça remplit, c’est assez joli, mais ça ne tient pas sur un épisode…). Bref, j’aime bien, mais pour moi, c’est du comic pop-corn. Qui s’oublie assez vite.

Ce que j’aime bien dans Southern Bastards, c’est que, justement, c’est vendu comme un truc bourrin, presque premier degré. Cette mise à niveau des intentions et du résultat me semble rafraîchissante. On nous promet une histoire hard-boiled dans un état du sud, et au final, c’est ce qu’on a, un roman noir chez les ploucs.
Il est à craindre que tous les gens qui, contrairement à moi, apprécient certains ambitions de Scalped et sont sensibles au discours social soient un peu déçus par Southern Bastards, mais franchement, ce serait à tort.
C’est très bien écrit, il y a un rythme excellent, les scènes de silence (solitude, dépression…) sont super bien amenées, les bastons sont très bien rendues, les dialogues font mouche, l’argot (le fameux “I reckon”, intraduisible à moins de s’en remettre à des périphrases…) est bien utilisé. Même les scènes de sport (qui m’enquiquinent et me dépassent totalement…) sont pertinentes. Les cases rouges, mélange de flash-backs et d’hallucinations marquant les regrets, les secrets et les hontes, sont utilisées d’une manière très BD, et là, c’est un gros point fort par rapport à Scalped qui, à part de très rares exceptions sur l’ensemble de la série, n’est qu’une succession de cases, l’expression la plus simple de ce média. La caractérisation est nickel, avec ce qu’il faut de caricature pour faire fonctionner la machine. Du roman noir, du Mickey Spillane ou David Goodis d’énième génération.
Et graphiquement, ça tabasse. Jason Latour, je l’avais déjà vu dans The Expatriate, et j’avais trouvé son trait dynamique et riche. Là, je suis encore plus impressionné. Il travaille au trait, justement, pas à la masse noire. Donc il est obligé de tout dessiner sans rien (ou presque) pouvoir dissimuler. Du trait à nu, en somme, qui se dévoile. Et le résultat, c’est quelque chose d’ultra nerveux, de tendu à souhait, avec des positions naturelles et un mouvement spontané, des personnages dans des attitudes très vivantes. J’ai l’impression de voir la justesse de trait d’un Kieron Dwyer (que je considère comme l’un des meilleurs dessinateurs actuels, tout confondu…). La mise en couleurs, qui fonctionne avec des camaïeux en aplats, renforce cette fausse simplicité et, pareil, ne dissimule rien. Je trouve ça infiniment meilleur que Guéra.
Bref, ouais, joli coup de cœur pour ma part. Je ne m’y attendais pas : le sujet (les enfoirés du sud, ça donne pas envie…) et la perspective de retomber sur la fibre d’Aaron qui m’emballe le moins (je fais partie de ceux pour qui sa grande réussite, c’est Wolverine and the X-Men) m’a amené à traîner, à repousser la lecture à plus tard. Mais là, je vais me prendre le TPB, sans souci.

Jim

Bon, je viens de lire le deuxième arc, et ça reste toujours très sympa.
Le premier épisode, tournant autour de l’enterrement, est plutôt impressionnant, parce qu’il propose des rapports de force qui casse le manichéisme suggéré du premier arc. On voit les personnages (grosso modo, le “méchant” et sa cour) sous un autre angle.
Les trois parties suivantes constituent une sorte de gros flash-back. Procédé un peu casse-gueule dans le sens où ça ralentit violemment l’action, à la faveur d’une humanisation de Coach Boss. C’est plutôt bien fait, c’est sans concession, du Tarantino à la mâchoire crispée, qui ne ricane pas.
Après, ça cause de football américain, quelque chose en tête de peloton des trucs qui ne m’intéressent pas, et malgré ce handicap de taille, Aaron parvient à rendre le récit passionnant, à cause des personnages forts qu’il met en scène.
Latour est très fort, une fois de plus. Le mouvement, l’expression corporelle, tout cela est très bien rendu. Les pleines pages sont particulièrement bien amenées. C’est très agréable.
Cependant, ouf, ça y est, le flash-back est terminé. Il est temps de reprendre l’intrigue en cours. Et la promesse de l’arrivée d’un autre personnage devrait être aussi l’occasion de croiser quelques autres protagonistes passés en revue du début de cet arc. Bref, ça devrait bouger.

Jim

Si tu as un l’occasion un jour, n’hésite pas à regarder la série Friday Night Lights. La série qui parle de football américain, quelque chose en tête de peloton des trucs qui intéressent guère le spectateur français et qui se révèle pourtant être une des plus grandes réussite télévisuelles des années 2000 par un travail d’écriture remarquable et des personnages incroyables.

Une des séries qui parle le mieux des américains et de leurs pays dans ce qu’il y a de plus fort et de différend par rapport au notre.

Edit : ha oui j’adore Southern Bastards pour ma part. Déjà il y a des vieux et je kiffe les vieux.

[quote=“Lord-of-babylon”]
Si tu as un l’occasion un jour, n’hésite pas à regarder la série Friday Night Lights. La série qui parle de football américain, quelque chose en tête de peloton des trucs qui intéressent guère le spectateur français et qui se révèle pourtant être une des plus grandes réussite télévisuelles des années 2000 par un travail d’écriture remarquable et des personnages incroyables. [/quote]

Le football (américain ou autre : le sport en général), c’est la raison pour laquelle je ne me suis jamais approché de cette série.

Oui, c’est un des trucs forts de la série, ça. On sent le vécu, les cicatrices et le cuir épais.

Jim