Sparte volume 1 (Le lombard)

Sympa car beau et bien dessiné, et situé dans une ville pas si souvent traitée en BD… cependant, au bout de la troisième relecture, on se lasse un peu des flashes-back ressassant les vieux poncifs sur Sparte, et la fin laisse décidément perplexe : est-il réellement possible qu’Agésilas ait réussi à masquer sa véritable identité tout en s’entraînant régulièrement avec ses camarades ? Pendant la quasi-totalité du volume, le personnage est dessiné de façon masculine, le brutal passage au féminin à la fin n’est pas vraisemblable. À mon avis ! Je préfère le traitement d’Acheloüs / Acheloa dans L’Enfant Grec de Jacques Martin.