spider-patron de Dan Slott


(Cameron) #1

Dan Slott officie depuis 7ans sur spiderman mais son dernier spiderman incarnation du patronat est -il une bonne ou une mauvaise idée?


(Blackiruah) #2

PErso je trouve ça rafrachissant, j’iame bien découvrir ce Peter patron, mais ça ne durera pas en toute logique


(Cameron) #3

perso,je trouve cela dérangeant car spiderman s’ éloigne de sa nature de gars proche du lecteur pour devenir une propagande patronale…Heureux que cela finisse…


(Lord-of-babylon) #4

Appliquer une grille de lecture politique et sociale en s’appuyant sur un modèle différent m’apparaît une démarche totalement maladroite.

La question du statut d’entrepreneur est ainsi largement différente entre notre pays et les USA. Du coup taxer cette période de propagande patronale me semble ridicule (est-ce que Batman fait de la propagande patronale ?). La perception n’est pas la même d’une part et d’autres part rien n’est montré comme valoriser tout cela.

C’est à mon sens la suite logique du travail de Slott. Dès qu’il a eu la main sur la série, Slott à changer le statut de Parker, la période “Superior” a montrer au lecteur et à Peter son potentiel qu’il refoulé. Revenir au modèle “classique” aurait été le piège dans lequel d’autres sont tombé (JMS dans les plus récent). En allant de l’avant quand à une détention d’une autre forme de pouvoir, la série reste dans la nature même de son héros. Un homme avec de grands pouvoirs (ici économique) qui doit faire face à des responsabilité immense.

Contrairement au raccourcis idiots que certains emplois, Parker n’est pas Stark (si Slott en joue au début c’est bien vis à vis de ces réactions et pour montrer le contraire) et c’est bien pour cela qu’il y a un réel intérêt à le voir dans ce costume puisqu’il ne change pas ses valeurs et que les dilemmes sont toujours présent (mais puissance 1000)


(Cameron) #5

c’ est très présomptueux de ta part de juger ma grille d’ appréciation d’ erroné …Ton avis se base sur une prétendue vision américaine que tu n’ a pas non plus car à moins du contraire tu es européen…En outre,spiderman n’ est pas batman…Et il n’ a jamais été présenté comme un chef d’ entreprise capitalise sans oublier qu’ il s’ installe en chine…Pour rappel la chine est une dictature et pour un héro qui a toujours eu une grande morale cela est complètement absurde sauf si spiderman est utilisé comme un outil de propagande patronal alors là oui…( le message de Slott est:en gros le profit oui et la morale non)
Le travail de Slott est médiocre et après son dérangeant supérior spiderman ,il continue de dénaturé spiderman…


(Jim Lainé) #6

Si le patronat, c’était Parker Industries, je serais nettement moins de gauche, quand même.

Jim


(Lord-of-babylon) #7

Cela s’appelle une opinion. Si tu veux qu’on soit d’accord avec ta vision de la chose, un conseil ne vient pas sur un forum de discussion pour poser une question

Ma nationalité (que tu ne connais pas) présupposerait donc la pertinence de mon opinion, non les arguments et les exemples l’étayant ? Absurde

C’est d’ailleurs pour cela que Peter Parker décide de sauver Jonah Jameson Sr. Pour le profit que constitue la technologie de New U Technologies. C’est évident

Tu commences par poser une question en te basant sur un étrange postulat (le terme “propagande”) mais en fait de ce que je lis tu semble surtout ne pas aimer le travail de Slott sur une plus grande partie de celle-ci. C’est compréhensible mais, au final, je me demande si c’est vraiment les choix de l’auteur ou ses ambitions de faire sortir le personnage d’un statut quo vampirisant la série qui te gênes.


(Cameron) #8

Dan Slott a des ambitions de faire quoi?il faut pas me faire rire…


(Lord-of-babylon) #9

de faire sortir le personnage d’un statut quo vampirisant la série

(depuis au moins le mariage de Peter et MJ)

Que cela te fasse rire, soit et je comprend tout à fait qu’une frange du lectorat ne souhaite guère voire changer le statut des personnages qu’ils aiment mais pour ma part j’estime que la stagnation du personnage n’a rien produit d’intéressant depuis très longtemps.


(Lord-of-babylon) #10

Perso je vends mes fesses pour avoir la Spider-mobile


(Cameron) #11

c’ est vrai que transformer spiderman en “superior” c’ est une idée de génie surtout la connotation facho à peine voilé et après le faire devenir un patron là je cris au génie ahahahaha
Si il y avait des réelles prises de risque alors il donne le costume à un autre mais marvel veut pas perdre une partie de son lectorat mais c’ est ce qui arrive déjà et c’ est un juste retour des choses…


(Lord-of-babylon) #12

Tu reproches à Marvel de ne pas oser faire des choix de peur de perdre une partie de son lectorat (lequel ?) mais dans le même temps tu constates que d’autres choix en faire perdre une autre partie (lequel ?). Du coup je comprend pas bien ton reproche.

Du reste le changement de personne sous le costume a déjà eu lieu et s’est avéré une des pires périodes du personnages en terme d’image public. On comprends dès lors que l’éditeur préfère créer d’autres variations du personnages et conserver Peter Parker en tant que Spider-Man

(J’avoue enfin que je serais curieux que tu développes ton idée de connotation fasciste de Superior Spider-Man parce que, de la même manière que pour la propagande patronale, j’ai l’impression que tu uses de termes avec peu de précautions quand à leur portée et leur signification)


(Cameron) #13

monsieur est un pro Dan Slott …Cela se voit et il a vu rouge quand j’ ai osé en dire du mal mais je ne t’ en veux pas tu es jeune et manque d’ expérience dans les comic…
Pour mes termes utilisés,je te conseille de relire supérior spiderman et l’ évolution de octopus et bien sûr de relire tes spiderman de Dan Slott ainsi que d’ un dictionnaire pour le sens des mots que j’ ai cité courage…


(Lord-of-babylon) #14

Ha ok. J’avais connement pensé que tu venais discuter et pas faire joujou avec ton kiki pour montrer que tu as la plus grosse. Mes excuses.


(Jim Lainé) #15

Moi, personnellement, je vois plein de qualités dans le run de Slott. En premier, une volonté de penser au long terme, ce qui manque bien souvent dans le monde des super-héros. Et puis une énergie folle, un vrai souffle. Ensuite aussi, une cohérence par rapport au personnage, mais en poussant les curseurs : que ce soit “nobody dies” ou tout ce qui tourne autour de Parker Industries, c’est jamais que la dialectique grands pouvoirs / grandes responsabilités, mais modernisée et surtout appliquée à plus grande échelle. Et là, on en arrive à l’une des qualités (et l’une des fixettes de Slott), à savoir de pousser le héros ver le haut, de le bouleverser en le rendant plus grand : c’est le contre-pied du thème de la chute, qui a fait les beaux jours des années 1980, et il avait déjà brillamment négocié ce tournant en faisant de Hank Pym de Scientifique Suprême.

Après, il y a des défauts, souvent structurels. Les intrigues tournent de plus en plus aux courses-poursuites frénétiques. “Worldwide” s’ouvre sur une scène de poursuite, et par la suite, c’est tout le temps comme ça. L’arc récent en Symkarie n’est qu’une vaste poursuite, vaguement conclue par un double duel pas si convaincant, et raccrochée par les cheveux à l’intrigue générale : ça ressemble à du Remender (et personnellement, j’aime moins). De même, les projets des vilains se ressemblent (et Slott s’en amuse, mais qu’il soit conscient de ses propres répétitions ne rend pas pour autant son travail moins répétitif), chacun d’eux cherchant à transformer les populations alentours à des monstres vaguement à leur image (pourquoi, comment, ça, visiblement, on s’en tamponne un peu…).
À l’échelle des scènes intimistes, Slott est fort, mais dans une dimension plus “macro”, il a parfois du mal à tricoter convenablement ses intrigues, qu’il raccroche parfois à la va-vite en début d’épisode.
Et je trouve que, depuis quelque temps, son Spidey est nettement moins drôle. Moins de blagues, ou alors des blagues sur le fait que les autres font des blagues et pas lui. C’est pas ébouriffant, comme humour. Et c’est peut-être le seul vrai reproche que je formulerais à la série actuelle, surtout depuis six mois, disons.

Personnellement, j’aime beaucoup sa prestation en générale, et je continue à suivre la série avec un plaisir gourmand. Même si j’ai l’impression d’avoir lu les meilleurs passages précédemment.
Mais bon, justement, les grands moments, c’est de sacrés grands moments. Toute la prestation “Superior”, dont il faut quand même être un peu mal câblé dans la tête pour y voir une “connotation facho”, est un sacré tour de force, à la fois en termes de construction de personnages (Slott a compris que Peter n’a pas toujours fait les choix les plus fructueux pour lui-même, et il montre qu’un personnage plus égoïste, en l’occurrence Otto, va plus loin, ce qui est complètement raccord avec d’autres périodes comme celle de Stern par exemple), de dramaturgie (on s’intéresse à Otto, sur une trentaine d’épisodes) et en termes d’avancées. Le Peter qui émerge après la période “Superior” est le même qu’avant, sauf qu’il a les moyens de faire de nouvelles choses.

Et là, on a le patron. Un patron bienveillant, qui a pourtant, à son insu, posé ses marques et imposé son autorité grâce à Otto. Ce qui le rend presque illégitime. Mais étant le neveu de Ben Parker, il tente de faire du mieux qu’il peut avec les moyens dont il dispose, ce qui le met en porte-à-faux avec le SHIELD, par exemple. Donc on retrouve le personnage qui fait des choix moraux et qui doit en payer le prix. Là encore, très cohérent.
Après, la vision du patronat ? Ma foi, je ne sais pas si Slott a un discours bien marqué. C’est plutôt un discours caricatural (pas obligatoirement faux, au demeurant, mais pas finaud), où il oppose l’entreprise privée à salariés, incarnation du rêve américain, aux montages douteux liés au commerce des armes, par exemple : l’entreprise contre l’esclavage. Dans l’imaginaire de Slott, le gentil patron finit toujours par retomber sur ses pattes (Max Modell, par exemple), alors que le méchant patron travaille dans l’ombre et exploite ses ressources humaines.
Mais bon, après, son Amazing Spider-Man n’est pas non plus un brûlot marxiste dénonçant les travers de l’entreprenariat, ni un dépliant publicitaire pour un nouveau modèle capitaliste. C’est une série qui construit un univers assez riche et moderne servant de décor à une action débridée. Avec sa part d’idéalisation : mais il me semble que la vision de la presse écrite via la rédaction du Bugle ou de l’université via la salle des prof quand Peter enseignait, ne l’étaient pas moins, idéalisées.

Jim


(Lord-of-babylon) #16

C’est ses Mighty Avengers c’est ça ?

(Va falloir que je me replonge dedans, j’avais pas gardé un gros souvenirs)

Voila ! Pour moi je crois que c’est la dernière période vraiment grandiose sur The Amazing. Après c’est le long déclin

(Dès que je termine mon omnibus sur Orion, j’entame celui du Spidey de Stern)


(Jim Lainé) #17

Oui, Mighty Avengers. J’aime énormément.
(et Initiative était un autre tour de force, aussi)

La période Stern, je l’adore. Sur ce titre, je crois que la dernière fois que j’ai réellement kiffé, c’est à l’occasion des épisodes de DeMatteis, avant que l’éditorial décide de se lancer dans un cross-over à rallonge (qui est le coup de sifflet du début de l’horreur, pour moi).
Après, sur le personnage en général, la période Conway puis la période DeMatteis sur Spectacular Spider-Man m’ont bien réjoui. Spectacular était meilleur qu’Amazing, à l’époque.
Mais ouais, le héros a connu un creux de la vague de vingt ans, selon moi, durant lesquels les épisodes de Dezago, Jurgens ou Jenkins n’étaient que des spasmes n’annonçant rien de bon.
Nikolavitch a dit à un moment que Slott est la meilleure chose qui soit arrivée à Spidey depuis vingt ans. Je souscris totalement.

Jim


(Lord-of-babylon) #18

Tout à fait d’accord avec toi

Je viens de me les relire via Nova (et quelques TPB) et je ne peux que souscrire

edit : et le fait d’avoir Sal Buscema sur une aussi grande période fait pour beaucoup


(soyouz) #19

J’arrive trop tard, c’est déjà fini ! Pour une fois qu’il se passait quelque chose … même Kab n’a pas eu le temps d’intervenir !


(soyouz) #20

Tiens, un patron ne peut pas être un lecteur de Spider-Man ?

(test 1 : Jim saura-t-il retrouver le message auquel je fais référence ?)