STAR WARS : ANDOR (Saison 1)

Andor, c’est le nom du héros. Ce n’est pas la lune forestière d’Endor…

cette galaxie pour parler de star wars, pas la notre

C’est pareil, tu pinaille pour une lettre :wink:

En mode taquin, j’ai toujours eu l’impression que Star Wars post-trilogie était toujours à la ramasse en la matière. La prélogie, son bestiaire et sa « fin de la démocratie pour les nuls » débarquent après une décennie qui est une sorte d’age d’or pour le space opera à la télé avec trois séries Star Trek, Babylon 5 et Farscape et la queue de comète Firefly et Battlestar Galactica (et je cite les plus gros)

C’est pas abondant comme dans la prélogie, mais c’est quand même toujours plus que dans les séries actuel et je pense aussi qu’il y a du pognon qui manquait, Lucas à fait refaire beaucoup d’effets spéciaux pour que ça colle plus à sa vision des choses.

Rogue One était surement le meilleur star Wars depuis l’épisode 5.

Du coup j’étais content de voir Andor avec un ton changeant des deux autres séries, malgré un manque d’alien dans la BA (si on regarde bien ça se rattrape un peu).

Après 3 épisode, j’ai repensé à la discussion sur la série She-Hulk et notamment à l’écriture qui donne la sensation que la série est en fait un film découpé. Car on a ici la même chose.

Le premier épisode pause les bases, le second ne sert à rien et le troisième conclut ce qui aurait du être combiné en 1 ou deux épisodes (si on gardait des éléments du 2). Il y a une ambiance, mais c’est long, dieu que c’est long comme un jour sans pain, il ne se passe rien, mais presque rien en 3 épisodes à croire qu’on veut nous faire du temps réel. C’est réellement affligeant surtout quand on compare avec d’autre séries de SF. Je repense au reboot de Battlestar Galactica, il s’y passe mille fois plus de chose dans le même temps de visionnage.

Après le reste ça le fait plutôt bien, mais C’est chiant quoi.

1 « J'aime »

Saison 1, épisodes 1 à 3 :

Nouvelle série Star Wars, pour une ambiance totalement différente des livraisons précédentes. Et contrairement au commentaire ci-dessus, je ne me suis pas ennuyé. Je comprends pourquoi ils ont décidé de diffuser ce lancement un peu plus tard, en proposant trois épisodes d’un seul coup car l’ensemble forme un tout, adapté au format épisodique, qui a certes ses lenteurs (sans que cela soit gênant en ce qui me concerne car il y a des lenteurs bien dosées) tout en montant redoutablement en puissance.
Dès les premières minutes, Andor se distingue des autres séries Star Wars par sa noirceur. On suit les pas de Cassian Andor dans des ruelles où le danger peut surgir à tout moment. L’homme est à la recherche de quelqu’un et les choses dégénèrent vite. Une entame qui montre bien sa différence avec les personnages emblématiques de l’univers. Et c’est intéressant de s’éloigner un temps des Jedi et des Sith pour plonger dans le quotidien de prolos écrasés par une impitoyable bureaucratie.
Le monde d’Andor, c’est le monde des « petites gens », le monde de ceux qui passent d’ordinaire inaperçus (la réflexion de Cassian sur cette situation dans l’épisode 3 est très bien vue, en plus d’une judicieuse description de l’Empire). La direction artistique (de qualité) souligne très bien cet aspect, c’est palpable, sale, le quotidien sur cette planète est morne, fait d’habitudes. J’ai notamment apprécié le fait que le scénario de Tony Gilroy prenne le temps de décrire chaque personnage, chaque relation, aussi bien du côté des habitants de la planète que de la corporation (pas d’Empire pour le moment), ce qui joue pleinement dans la progression dramatique en amenant un palpitant troisième épisode où chacun aura son rôle à jouer.
L’histoire de Cassian avant la Rébellion passe aussi par des flashbacks sur sa jeunesse, procédé de narration pas toujours convaincant (et suremployé dans certaines séries) mais ici c’est plutôt bien fait et le montage en parallèle du troisième épisode est fluide, sans ralentir l’action principale.
J’ai accroché à cette première étape d’Andor, qui établit d’emblée l’identité de la série en étant de plus servie par une excellente distribution…

Des pinaillages d’une lettre …

Là pour une fois je suis pas loin d’être du même avis que Kab. Que ce fut laborieux pour arriver à cette situation à la fin de l’épisode 3. Episode heureusement plus nerveux que les 2 premiers qui effectivement endorment plus qu’autre chose.

Bon faut espérer maintenant que ça attaque la seconde.

L’épisode 4 ne fera pas changer d’avis ceux qui trouvent la série trop lente. Mais pour ma part, je trouve que la narration, entre longs dialogues et silences qui en disent beaucoup, est bien adaptée à l’atmosphère recherchée dans cette époque troublée où la méfiance règne. Dans chaque camp, la confiance se révèle difficile à gagner et c’est l’un des thèmes de l’épisode : le groupe de rebelles qui doit faire confiance à Cassian Andor sans savoir que sa participation n’est pas désintéressée (je vois bien la situation comme un test de Luthen pour savoir si Andor peut rejoindre la cause); la place compliquée de Mon Mothma, étroitement surveillée au sein de l’arène politique de Coruscant. L’enquête sur les événements du précédent épisode montre également avec efficacité à quel point les impériaux aiment se tirer dans les pattes pour monter en grade. C’est bien interprété, la direction artistique est de qualité (et quels superbes décors naturels) et si cela avance certes doucement, l’exploration de cette période continue de m’intéresser…