STAR WARS : ANDOR (Saison 1)

Dans l’avant-dernier épisode, Cassian Andor est un peu en retrait, ce qui n’est pas étonnant vu la situation. Ses scènes véhiculent des émotions contradictoires, entre espoir et soulagement pour la première (avec une rencontre assez fun) et tristesse et incertitude pour la dernière. Entre les deux, les différents protagonistes ont droit à leurs moments et ce n’est pas très gai (le sort de Bix, le petit droïde vraiment touchant…). Mention spéciale à Luthen Rael (Stellan Skarsgard est encore une fois impeccable), implacable négociateur qui fait une belle démonstration de son côté guerrier dans un face-à-face à priori déséquilibré. Il n’y a pas beaucoup de scènes spatiales dans cette série mais elles sont à chaque fois accrocheuses et palpitantes…

Yep.
On n’entend plus les gars qui disaient « c’est lent ». :slight_smile:
Soit ils ont arrêté de regarder, soit ils aiment et ils ont eu honte d’avoir douté.

Très bon show.

Voilà :sweat_smile:

Pourquoi faire, j’ai dit c’est lent, j’ai autre chose à faire.

Ben oui, si j’aime pas je fais autre chose.

Ben, qu’est-ce tu fais ici, alors ? Fais autre chose ! :slight_smile:
Ou fie-toi au Doc, faute de te fier à moi.

L’écriture d’Andor, bien que différente de l’approche de Rogue One, offre une lecture de naissance de la Rébellion autrement plus passionnante que la genèse de Dark Vador.

Et puis, Andor, ce n’est pas lent. Ça prend son temps. Ça construit ses personnages et ses segments.
Mais pour s’en rendre compte, faut regarder le show.

Je viens voir contre qui tu vas te battre avec du popcorn, c’est à ça que j’occupe mes soirées.

J’ai regarder les 3 premiers épisodes. Ca ne m’a pas plus, j’ai trouvé ça très long et à la fin de ce premier arc narratif, je me suis dit que ça aurait pu être bouclé en 1h de moins sans que ce soit gênant sur la construction du monde ou des personnages.

1 « J'aime »

Je sais.
Je lis tes retours.
Mais ça, c’est ta vision.
J’ai un peu plus confiance en celle de Tony Gilroy. :slight_smile:

En tout ca moi j’aurai eu tort si je m’étais écouter.

La première saison d’Andor a commencé sur Ferrix et se termine sur Ferrix. Mais ce n’est pas du tout la fin, plutôt le début de quelque chose d’autre, de quelque chose de puissant qui illustre bien la façon dont Cassian Andor a évolué tout au long de la saison. Ferrix peut être vu comme un symbole, un de ceux qui ont déclenché une étincelle qui a embrasé la Rébellion contre l’Empire.
Le scénario de Tony Gilroy pour ce dernier épisode est impeccablement ficelé, tout d’abord dans la façon dont il déplace ses pions dans le premier acte avant que tout explose. La scène de l’enterrement est intense et magnifique, elle prend aux tripes, notamment par l’utilisation judicieuse de la musique diégétique qui procure de sacrés frissons…tout autant que le monologue qui déclenche la scène d’action finale (et il y en a eu des monologues très bien écrits dans cette saison).
Superbe final, vraiment…et une dernière réplique attendue dans le parcours du héros. À noter une scène post-générique qui nous apprend finalement à quoi servent ces fichus engins que Cassian et ses compères assemblaient dans la prison de Narkina 5.
Vivement la suite…dont le tournage vient tout juste de débuter…

Un cast excellent, une histoire d’une belle justesse et une réalisation - en particulier dans ce ultime épisode - au-delà de tout ce dont Lucas était capable, avec ou sans effets spéciaux à la hauteur de ses ambitions (c’te blague).

Que les gars qui trouvent ça lent (ou structuré comme un film… du pur nawak) se tapent un punitif Fast & Furious pour reprendre leurs esprits. :slight_smile:

Je sais.
Je loue ton sens commun.
Surtout, tu as vu le meilleur show Star Wars de l’ère Disney+, et de loin.