STAR WARS : la prélogie

Pitch :

La République connaît une de ses plus graves crises : la Fédération du Commerce a entamé un blocus de la planète Naboo. Pour mettre un terme à cette situation, le Sénat a décidé d’envoyer deux chevaliers Jedi entamé des négociations avec les 2 parties. Ces denières tournent mal et les Jedi doivent quitter Naboo envahie avec la reine de celle-ci afin d’en informer le Sénat. Leur route croise celle d’Anakin Skywalker, un jeune garçon aux talents de pilote exceptionnels.

Mon Avis :

Environ 20 ans que la planète attendait cela, que Georges Lucas reprenne sa trilogie Star Wars. Vingt ans que l’on annonçait que ça y est Georges Lucas s’y remettait et que finalement ce n’était pas le cas.
Et finalement, devant l’envie des fans (ou plutôt devant les coups de fil répétés de son comptable diront les mauvaises langues) Lucas décida de reprendre sa saga en revenant sur les origines de celles-ci : comment en est on arrivé à un empire dictatorial alors que le système était à la base une république ? Mais surtout en remontant dans le temps Lucas compte répondre à La question que tous les fans se sont posés : comment Anakin Skywalker, un chevalier Jedi, est devenu Dark Vador l’âme damnée de l’empereur ?

A priori cette nouvelle trilogie avait tout pour faire plaisir aux fans en s’attardant sur un de leurs protagonistes préféré (si ce n’est leur préféré) et en développant le jeu politique simplement esquissé dans la trilogie originelle.

La menace fantôme a donc pour but premier de nous exposer le contexte initial qui amena à la création de l’empire, il souffre donc du syndrome d’exposition : Lucas veut trop nous en montrer sur l’état de la République enchaînant ainsi les scénettes sans trop de cohérence et en rentrant trop peu dans les détails : le jeu des négociations au Sénat et le changement de chancelier se faisant en 2 minutes à l’écran, le conseil Jedi est montré pour la forme sans plus de précisions....

Le jeu politique vu dans sa globalité est donc succinct, Lucas préférant centrer son histoire sur le blocus de Naboo en le représentant comme l’origine de tous les maux.

Mais sur ce point là aussi Lucas s’attarde peu : les origines du blocus sont évacuées dans la célèbre introduction texte issue de la trilogie initiale et l’intérêt politico-économique de ce blocus par la Fédération du Commerce ne nous est pas expliqué.

En effet, plus qu’au contexte politique, Lucas s’attache dans la menace fantôme à introduire ses personnages qui, on s’en doute, auront un rôle important par la suite : Anakin Skywalker et sa mère, Padmée Amidala, le Sénateur Palpatine, Obi-Wan Kenobi, Yoda....

Plus que sur le conflit c’est sur Anakin que Lucas centre son histoire. Ceci n’est en principe pas critiquable sauf que le Anakin en question a ici 6-8 ans et qu’il est interprété par un morveux qui ne sait pas jouer et qui a en plus un texte des plus pauvres. Je sais que les dialogues (si on les prend avec recul et objectivement), n’en déplaise aux fans, ne sont pas d’une grande profondeur dans la première trilogie mais là on touche souvent le fond ! Il n’y a qu’à voir la séquence où Anakin se réfugie dans un naboo-fichter et attaque par le plus grand des hasards le vaisseau commandant de la fédération du commerce, ça fait froid dans le dos.

En fait Lucas ici n’a pas ciblé les fan initiaux de la première trilogie mais les mioches (voire pour certains les petits enfants) que ces derniers ont eu. Il a donc fait un film pour mioche permettant ainsi, en bon commerçant qu’il est, de ramener dans les salles obscures le plus grand nombre.
Son film se présente comme un beau gros blockbuster, un immense grand huit rempli de beaux décors en 3D variés (cité aquatique, ville surpeuplée, ville désertique....), de courses hallucinantes (à sa sortie et même aujourd’hui la course de pods foutait une claque), de combats spatiaux et d’un combat final très bien réalisé.

A la noirceur présente dans l’épisode V (L’Empire contre-attaque), Lucas a préféré reprendre le spectacle varié de l’épisode VI (le Retour du Jedi où l’on retrouve peu ou prou le même type de scènes : les Ewoks ont été remplacés en moins bien par Jar Jar et son peuple ; la poursuite en moto sur Endor par la course de pods et même le forçage de blocus impérial par Han Solo est ici réinterprété) ce qui désolera les plus grands et ravira la plus petits.
Il n’empêche que, pour consoler les fans, le générique initial est toujours là ainsi que les célèbres compositions de John Williams auxquelles les nouvelles font honneur et les fameux fondus enchaînés entre scènes, on retrouve les peuplades chers à notre mémoire (Jabba et son conseiller, un petit Greedo, des hommes des sables, des Jawas) ainsi que des têtes connues (Obi-Wan, Yoda, R2D2, C3PO...) ; des éléments cultes (les robes et sabres Jedi, les bruits des blasters, les hologrammes pour communiquer...) et comme pour la première trilogie un méchant charismatique : Darth Maul (même si malheureusement, comme dans la trilogie initiale, la mort du méchant est un peu bâclée).

Un film grand public car grand spectacle, la reprise des éléments fondamentaux de la trilogie, Lucas aurait pu faire pire en reprenant sa trilogie culte, mais il n’en demeure pas moins que pour un épisode d’exposition le fond n’est pas assez développé (du fait que les kids sont la cible prioritaire), que les effets spéciaux à mon goût aseptisent un peu l’univers (tout ça semble parfois bien froid, trop propre) et que surtout Jar Jar n’aurait jamais dû existé car son rôle de contrepoids comique (certes ce type de rôle existait déjà dans la trilogie initiale avec à tour de rôle Han Solo, Chewbacca, C3PO... mais jamais de manière aussi grossière et lourdingue) est ici franchement agaçant car sans aucune finesse.

Lucas sort au final un film trop ciblé enfant loupant ainsi les biberonnés à la première trilogie. Le film n’est pas mauvais en lui-même, mais au regard du statut culte des épisodes originaux (qui ont, je le reconnais, parfois les mêmes défauts que cette Menace fantôme). Pas assez sombre, pas assez politique, La Menace Fantôme se révèle une introduction un peu trop légère.

Le pitch :

La République s’enfonce de plus en plus dans le chaos : de nouveau systèmes solaires ont décidé de quitter son giron et de s’allier à la Fédération du Commerce. Une loi concernant la création d’une armée de la République est en discussion au Sénat.
Pour s’y opposer la Sénatrice Padmée Amidala fait le déplacement depuis Naboo, mais elle victime de tentatives d’assassinat. Le Jedi Obi-Wan Kenobi et son apprenti Anakin Skywalker sont alors chargés de la protection de leur ancienne amie.
Leurs investigations vont les conduire à la découverte d’une mystérieuse armée de clones.

Mon Avis :

La Menace Fantôme avait en grande partie déçue les fans de Star Wars : trop gamin, ne rentrant pas assez dans les méandres politiques de la République, parfois éloigné de l’esprit Star Wars (couleurs trop chaleureuses alors que celles de la première trilogie avait une palette plus sombre...)....
L’Attaque des Clones se devait donc de remédier à bon nombre des critiques et, à la vue du film, c’est en partie réussi.

L’un des grands reproches de La Menace Fantôme  était que l’on ne voyait pas assez les changements opérés au sein de la République et du Sénat, changements qui conduiront à l’Empire. Ici c’est beaucoup plus le cas, Lucas s’attarde beaucoup plus sur le jeu politique tant directement (par le biais de séances au Sénat et des manœuvres, plutôt bien retranscrites, du Chancelier Palpatine qui conduiront à la centralisation du pouvoir entre ses mains) qu’indirectement (par le biais d’allusions des divers protagonistes sur leur vision des institutions politiques).

Certes tout ceci aurait pu être encore plus détaillé et machiavélique mais Star Wars n’a pour but d’être un film politique pour Georges Lucas.

Un autre point positif concerne l’ordre des Jedi. Ici l’on commence à ressentir leur fin inéluctable. Les enjeux politiques les dépassent et ils sont de moins en moins maître de leur destinée (Yoda et Mace Windoo farouches opposants à une armée de la République et à un rôle des Jedi en tant que bras armée de la République se retrouvent ici à la tête de cette dernière malgré tous leurs efforts).

En outre, ils découvrent, en retard, l’affaiblissement de la Force, incapables de déjouer les complots et de démasquer le retour du côté obscur.

Ajouter à cela les premier signes de faiblesses du jeune Anakin, trop fougueux et incapable de contrôler ses émotions, laissant son esprit se faire envahir par le doute et la colère, et l’on voit ainsi se développer le côté sombre (tant au niveau des émotions que de la palette de couleurs employée) qui existait dans les épisodes V et VI et qui était malheureusement absent dans l’épisode I.

En outre, à ces bons points s’ajoutent les prestations remarquables d’Ewan MacGrégor en Obin-Wan Kenobi (plus mûr sentant qu’il est dépassé dans la formation d’Anakin) et du Chancelier Palpatine (tour à tour charmeur, machiavélique pour arriver à ses fins), une belle variété de scènes chères à Star Wars (courses poursuites, dont celle entre Jango Fett et Obi-Wan est vraiment sympathique, duels et affrontements aux sabres lasers, batailles...) ainsi que les éléments fondateurs de la série (musique, fondus enchaînés, retrouvaille avec des protagonistes connus de la première saga comme le sénateur Oragna, Bobba Fett même si l’histoire de ce dernier m’a déçue...) faisant de cet épisode un meilleur film que son prédécesseur et un film plus proche de la trilogie originelle.

Cependant tout n’est pas parfait : l’histoire entre Anakin et Padme Amidala fait penser à une romance à l’eau de rose (tant dans l’interprétation que dans les décors et la musique), Anakin ressemble, par l’interprétation très moyenne d’Hayden Christensen, plus à un ado en fausse rébellion qu’à un futur Dark Vador et surtout le combat entre Yoda et Dooku est très mauvais !
Mais merde à quoi pensait Lucas quand il a imaginé ce duel ? Dans la première trilogie et même dans le premier épisode de cette nouvelle, Yoda est montré comme un sage pour qui chaque mot ou geste à une importance et là il se bat comme un nabot hystérique. Pour ma part j’imaginais plus un style à l’économie, sobre, où il profite de la force de l’adversaire pour la retourner contre ce dernier. Hélas pour moi, Lucas n’a pas du tout choisi cette voie ce qui, à mes yeux, enlève beaucoup de l’intensité de ce duel.

Reste au final un film beaucoup plus proche de l’esprit Star Wars que l’épisode I, gâché par moment par quelques mauvaises interprétations d’acteurs (dont Hayden Christensen qui joue le rôle principal, ce qui est d’autant plus frustrant et amoindri par moment de beaucoup la qualité du film) et des choix de direction parfois critiquables (la romance entre Anakin et Padme, le duel entre Yoda et Dooku).

C’est donc au final mieux que le premier mais pas encore au niveau de la première trilogie.

Le pitch :

La guerre fait rage au sein de la République : les Jedi, à la tête de l’armée des clones, tentent désespérément de ramener la paix. Mais la crise s’accélère avec l’enlèvement par le général Grievous du chancelier Palpatine.
Obi-Wan et Anakin sont chargés de le sauver.
Mais ceci ne fait que marquer l’accélération des manœuvres du seigneur noir des Sith qui manipule Sénat et ordre Jédi, semant la confusion dans l’esprit du jeune Anakin. Le dénouement final est proche et l’issue de plus en plus sombre.

Mon Avis :

Avec La Revanche des Siths nous arrivons au dénouement final tant attendu : la République bascule dans le chaos pour devenir l’Empire, les Jedi sont exterminés et le chemin vers la voie obscure d’Anakin arrive à son dénouement final.

Le film répond il  à nos attentes sur ces deux points ? Et bien c’est presque le cas.

Le basculement de la République à l’Empire est plutôt bien mis en scène, les manœuvres du chancelier Palpatine pour manipuler tant sénateurs, Jedi et séparatistes sont plutôt bien conçues et c’est avec un réel plaisir que l’on voit les sénateurs remettre à ce dernier leurs prérogatives tout en pensant agir pour le bien de la République. Cette partie est donc une vraie réussite de par l’interprétation de Ian McDiarmid (vraiment parfait en chancelier Palpatine) et l’écriture de ces scènes.

Je serais par contre plus mitigé quand au basculement final d’Anakin vers le côté obscur où les bonnes idées se trouvent souvent contrebalancées par des fautes tant de réalisation que d’interprétations (comme je l’avais déjà dit pour la guerre des clones, le jeu d’Hayden Christensen n’est pas très bon, donnant souvent l’impression de surjouer).
Au rang des bonnes idées on mettra les raisons du basculement d’Anakin vers le côté obscur : la peur de perdre ses proches le conduira à faire des choix radicaux (l’amenant à renoncer à ce en quoi il croyait) qui l’éloigneront de ces derniers ainsi que sa transformation en Dark Vador : s’il devient théoriquement Dark Vador quand Palpatine le prend comme apprenti et le renomme ainsi, il le devient physiquement à la suite de son duel avec son ancien maître, Obi-Wan Kenobi. Si Anakin est mort en sauvant Palpatine, il l’est symboliquement vraiment qu’à la suite de son combat avec son ancien maître. Sa transformation physique montre ainsi que tout espoir de rédemption semble définitivement écarté, espoir que ne semblait pas écarté son allégeance à Palpatine.

Les mutilations physiques qu’il subit apparaissant alors comme le révélateur des plaies de son âme, il est donc alors logique qu’il abandonne ses anciens habits pour revêtir une tenue noire qui le cache entièrement, tant ses blessures physiques que son âme.
Mais hélas de nombreux aspects viennent amoindrir la portée de ce noir tableau. D’abord, comme je l’ai déjà dit, il y a la faiblesse et, hélas souvent, la fausseté du jeu d’Hayden Christensen qui détonne à côté des bonnes interprétations d’Ewan McGrégor et de McDiarmid. On est parfois plus proche du mec colérique que du Jedi basculant vers le côté obscur.
Il y a aussi, à mon avis, quelques mauvais choix d’orientation qui surprennent. Alors qu’Anakin se rend compte qu’il bascule vers le côté obscur et que la scène laisse penser qu’il peut encore revenir, il accepte sans sourciller l’ordre de tuer les jeunes Jedi. Son passage du doute à l’acceptation totale du côté obscur apparaît vraiment trop brusque (c’est en très schématisé du genre : « Oh Mon Dieu, qu’est ce que j’ai fait ? » et 2 secondes plus tard : « Tuer les Jedi ? D’accord pas de problème !), ceci étant l’exemple le plus flagrant de ces petites fautes qui diminuent l’intensité dramatique.

Cependant il faut reconnaître que ce troisième est plutôt réussi, porté par une dimension tant épique et dramatique qui faisait, à de trop grands moments, cruellement défauts aux deux premiers épisodes.
Ajoutez-y une scène d’ouverture visuellement impressionnante donnant une dimension plus intense au conflit et un combat final attendu de longue date qui ne déçoit pas, tant au niveau visuel que de l’émotion (Ewan McGrégor est ici impérial, ayant saisi tous les aspects de son rôle) et l’on obtient ainsi le volet le plus proche de l’esprit de la trilogie initiale.
Certes, tout n’est pas parfait, Grievous et Dooku sont trop peu développés tout comme la chasse aux Jedi, le combat entre Palpatine et Yoda  est plutôt médiocre (je hais voir Yoda en nain bondissant et les pouvoirs psy donnent à mon avis très mal à l’écran) et la grossesse de Padmé échappe étrangement à tous (et me semble être à un rythme accéléré), mais l’ensemble est de bonne facture et le reste de la charte Star Wars est là (la musique avec de nouveaux thèmes de très haute volée, l’impression d’immensité de cet univers, les clins d’œil à la saga initiale...).

Un épisode proche de l’esprit de l’épisode V par son côté sombre et désespéré où hélas quelques imperfections atténuent cet aspect, laissant  ainsi l’impression que l’on a certes passé un bon moment mais qu’il s’en est fallu de peu pour que ce soit un grand moment.

Je conseille fortement avant de voir l’Episode 3 et après avoir vu l’Episode 2 de regarder le dessin animé Clone Wars. Celui-ci est une excellente transition, développant les persos secondaires, et aussi détaillant mieux la chute d’Anakin (horriblement joué dans le 3). Du coup, le 3 semblera moins parachuté, et ne pourra donc être que meilleur!

Et puis le DA arrive à faire un truc que toute la prélogie a bien foiré : remettre un peu d’humour et d’humanité dans des personnages un peu plus épais. C’est de l’aventure avec du suspense, du recul, de l’espoir. Ça ressemble presque à la vieille trilogie.

Et je ne me lance pas dans les qualités d’écriture de la série animée, parce que là, on n’a pas fini…

Jim

Je suis fan de la première trilogie ( " L’ Empire " est juste énorme comme film ) , les versions non chamboulées .

Un peu moins des nouveaux . Je n’ aime pas , mais pas du tout " La Menace Fantôme " . Je préfère " La Guerre des Clones " & " La Revanche des Sith " . Même s’ ils ne sont pas exempt de défauts .

Je trouve qu’ Hayden Christensen n’ est pas bon . Trop de surjeu dans son interprétation . Oui , je sais . Il est beau , tout ça… . Par Contre , Ewan " Obi Wan " McGregor est juste excellent . Il est parfait à tout point de vue . Bon choix de Lucas pour le coup .

Après , j’ avoue , il y a de belles séquences dans chacun des nouveaux épisodes .

Je suis pas trop fan de la série. Lorsqu’elle est sortie, je me suis dit qu’en 3 ans (temps entre les épisodes 2 et 3), Anakin et Obiwan ont fait la guerre non stop et à travers toute la galaxie puisqu’il y avait déjà un univers étendu dans cette période (BD, romans…). Du coup, ça créé des incohérences.
Personellement, je préfère largement la Bande dessinée Clone Wars en 10 volumes.

Sacrilège !!! C’est “L’attaque des Clones”, pas “La Guerre des Clones” :mrgreen:

[quote=“uluk7”]
Sacrilège !!! C’est “L’attaque des Clones”, pas “La Guerre des Clones” :mrgreen:[/quote]

C’est un peu “l’Attaque des Clowns”, surtout !

:wink:

Jim

Toutes mes confuses ! :mrgreen: J’ ai pas dû le regarder assez de fois ! :laughing: Onizuka Senseï !

[quote=“CryptKeeper”]Je suis fan de la première trilogie ( " L’ Empire " est juste énorme comme film ) , les versions non chamboulées .

Un peu moins des nouveaux . Je n’ aime pas , mais pas du tout " La Menace Fantôme " . Je préfère " La Guerre des Clones " & " La Revanche des Sith " . Même s’ ils ne sont pas exempt de défauts .

Je trouve qu’ Hayden Christensen n’ est pas bon . Trop de surjeu dans son interprétation . Oui , je sais . Il est beau , tout ça… . Par Contre , Ewan " Obi Wan " McGregor est juste excellent . Il est parfait à tout point de vue . Bon choix de Lucas pour le coup .

Après , j’ avoue , il y a de belles séquences dans chacun des nouveaux épisodes .[/quote]

Le problème, selon moi, est multiple :
D’une part on n’a pas de personnages “normaux”. Comme Solo pouvait l’être dans la vieille trilogie. On a des super diplomates, des super Jedi, des super militaires… mais on n’a personne de “normal” qui mène sa barque dans le merdier local. Du coup, on n’a pas de réel centre d’intérêt.
D’autre part, y a pas tellement d’humour, tout cela se prend grandement au sérieux, et il faut donc rameuter des faire-valoir genre Jar-Jar, qui sont ridiculisés pour faire rire et mettre en valeurs les clowns tristes avec leurs opinels qui brillent.
Enfin, le récit traîne, Lucas et sa clique prenant le temps de faire de jolies scènes à rallonge qui feront des déclinaisons en jeux vidéo et autres gouffres à pognon, au détriment de l’histoire.

On a donc des Jedi tellement puissants qu’ils sont capables de s’envoyer des e-mails télépathiques d’un bout à l’autre de la galaxie, qui se retrouvent en rade sur une planète aride, en quête d’une pièce de moteur. C’est ridicule. Ça tient pas la route un quart de seconde. C’est juste là pour faire des péripéties à pas cher. Alors que, sans ça, il aurait pu zapper plus vite l’enfance (qui a de bons passages, la séparation d’avec la mère est très touchante), pour montrer une première mission d’Anakin ado.
Du coup, le deuxième film est un peu plus dense, parce qu’il faut bien faire avancer l’histoire. Il a encore ces scènes déclinables en produits dérivés, mais au moins le scénario prend le temps de montrer deux jeunes amoureux, timides et coincés dans leurs rôles sociaux. C’est d’ailleurs l’un des points forts du film, qui n’a pas plus aux amateurs d’action basse du front, mais justement, cette idylle adolescente est vraiment bien écrite. Mais là encore, il aurait dû faire avancer un peu plus son film, son intrigue.
Et ça se sent vers le début du troisième, quand Palpatine dit à Anakin que ses “amis Jedi” ne lui font guère confiance. On sent la manipulation qui s’installe, sauf qu’elle a l’air d’arriver un peu comme un cheveu gras sur une soupe diététique. C’est typique le genre de scène qu’il fallait mettre vers la fin du deuxième, pour faire monter la pression.

Du coup, fatalement, le troisième est pas mal du tout : complètement concentré sur l’histoire, avec des plans épatants (il paraît que Spielberg a aidé son vieux pote : ça m’étonnerait pas, tiens…), une vraie bonne atmosphère, des enjeux forts… Dommage qu’il parvienne à ce résultat parce qu’il lui fallait rattraper les maladresses des deux autres films.

Jim

Comme Cryptkeeper j’aime la trilogie d’origine, mais la prélogie n’est vraiment pas passée.
Personnages transparents, on ne s’attache pas à eux (excepté peut-être ce Obi Wan) et surtout pas au Anakin, trèèèès mal joué par Christensen. Et en plus Lucas n’est même pas capable de faire ses films sans commettre des erreurs de bases. Bah oui par exemple dans la trilogie, Leïa dis tout de même qu’elle à très peu de souvenirs de sa mère, très peu c’est tout de même quelques-uns. Or comment peut-elle en avoir vu la fin du 3ème film de la prélogie. :unamused:

De toute la prélogie il n’y a vraiment que 2 scènes qui m’ont marquée : la course de pod dans le 1er et la pose du costume de Dark Vador dans le 3ème, et surtout le moment où on entend LA respiration !

[quote=“Jim Lainé”]
Le problème, selon moi, est multiple :
D’une part on n’a pas de personnages “normaux”. Comme Solo pouvait l’être dans la vieille trilogie. On a des super diplomates, des super Jedi, des super militaires… mais on n’a personne de “normal” qui mène sa barque dans le merdier local. Du coup, on n’a pas de réel centre d’intérêt.
D’autre part, y a pas tellement d’humour, tout cela se prend grandement au sérieux, et il faut donc rameuter des faire-valoir genre Jar-Jar, qui sont ridiculisés pour faire rire et mettre en valeurs les clowns tristes avec leurs opinels qui brillent.
Enfin, le récit traîne, Lucas et sa clique prenant le temps de faire de jolies scènes à rallonge qui feront des déclinaisons en jeux vidéo et autres gouffres à pognon, au détriment de l’histoire.
On a donc des Jedi tellement puissants qu’ils sont capables de s’envoyer des e-mails télépathiques d’un bout à l’autre de la galaxie, qui se retrouvent en rade sur une planète aride, en quête d’une pièce de moteur. C’est ridicule. Ça tient pas la route un quart de seconde. C’est juste là pour faire des péripéties à pas cher. Alors que, sans ça, il aurait pu zapper plus vite l’enfance (qui a de bons passages, la séparation d’avec la mère est très touchante), pour montrer une première mission d’Anakin ado.
Du coup, le deuxième film est un peu plus dense, parce qu’il faut bien faire avancer l’histoire. Il a encore ces scènes déclinables en produits dérivés, mais au moins le scénario prend le temps de montrer deux jeunes amoureux, timides et coincés dans leurs rôles sociaux. C’est d’ailleurs l’un des points forts du film, qui n’a pas plus aux amateurs d’action basse du front, mais justement, cette idylle adolescente est vraiment bien écrite. Mais là encore, il aurait dû faire avancer un peu plus son film, son intrigue.
Et ça se sent vers le début du troisième, quand Palpatine dit à Anakin que ses “amis Jedi” ne lui font guère confiance. On sent la manipulation qui s’installe, sauf qu’elle a l’air d’arriver un peu comme un cheveu gras sur une soupe diététique. C’est typique le genre de scène qu’il fallait mettre vers la fin du deuxième, pour faire monter la pression.
Du coup, fatalement, le troisième est pas mal du tout : complètement concentré sur l’histoire, avec des plans épatants (il paraît que Spielberg a aidé son vieux pote : ça m’étonnerait pas, tiens…), une vraie bonne atmosphère, des enjeux forts… Dommage qu’il parvienne à ce résultat parce qu’il lui fallait rattraper les maladresses des deux autres films.
Jim[/quote]

Je passe sur le premier .

Pour le développement de l’ histoire d’ amour entre Padmé & Anakin , je suis d’ accord avec toi . Visiblement , on est pas nombreux a avoir aimé cet aspect du film , au vue des réactions que j’ ai eu autour de moi .

Effectivement , la montée en puissante avec le 2 & le 3 se fait un peu de manière abrupte . Oui , le retournement d’ Anakin se fait de façon trop rapidement & aurait gagné en crédibilité si elle s’ était faite par petites touches pour finir en apothéose .

En gros , je suis d’ accord avec ton analyse . J’ avoue , je suis incapable de développé une idée comme tu le fait . Puis , il y a aussi le côté nostalgique , que forcément , ces épisodes ( 1 , 2 & 3 ) ne peuvent avoir .

J’ ai bien aimé les 2 & 3 . Mais , voilà , il y a des petits trucs qui me gênent , pas au point de gâcher le visionnage non plus .

[quote=“Alexa”]
…la pose du costume de Dark Vador dans le 3ème, et surtout le moment où on entend LA respiration ![/quote]

Magnifiques scènes . Idem , quand Dark Vador se positionne au côté de l’ Empereur et croise les bras . Et la vue de " L’ Étoile " , en fond , très belle image .

Hélas, c’est du biscuit pour fan, du passage obligé, de l’inratable.

Ça ne fait pas un bon film.

(Après, moi, mon petit frisson, c’est le décollage des croiseurs impériaux sous les yeux attristés du Sénateur Organa, avec la marche impériale qui enfle ! Là, c’est frisson dans la nuque garantie !)

Jim

[quote=“Jim Lainé”]

Hélas, c’est du biscuit pour fan, du passage obligé, de l’inratable.

Ça ne fait pas un bon film.[/quote]

Nous sommes d’accord, ce sont des scènes qui devaient être faites (et heureusement elles l’ont été), mais ce n’est pas pour autant que le film est réussi.
Cryptkeeper parlait de l’effet nostalgie pour la trilogie d’origine, c’est vrai, mais les scénarios et les personnages avaient tout de même également une autre envergure. La prélogie est bâclée pour moi. Jim a bien résumé ça donc je ne vais pas revenir là-dessus. Par contre un point sur lequel je ne suis pas d’accord, c’est la relation amoureuse entre Padmé et Anakin. Je n’y “crois” pas du tout en voyant les films, elle fait très fausse. Mais c’est peut-être dû au fait que je déteste vraiment Christensen qui n’a pour moi absolument pas la carrure pour faire un Anakin crédible.

Je crois.
Parce que je l’ai trouvé assez convaincant en ado amoureux qui maîtrise pas (Episode II), ainsi que dans la scène d’aveu du massacre des Tusken (Episode III), où il est réellement inquiétant.

D’ailleurs, c’est un bon exemple, cette scène : son vrai défaut, c’est d’être trop longue, d’une réplique ou deux. De couper quand la tension retombe et que le couple se rapproche. C’est con. Coupé un poil plus tôt, ça créait un fossé entre les deux amoureux et ça bouclait sur un portrait inquiétant, très bien porté par l’acteur.
Le problème ne me semble pas venir de l’acteur, mais plutôt du filmage qui le met en scène.

De toute façon, les films de Lucas sont pas souvent bien cadrés et assez souvent mal montés.

En revanche, dans l’Episode III (je crois) il y a un plan formidable, avec les deux amoureux chacun dans un coin de l’image et toute la largeur du balcon qui les sépare, et Coruscant en arrière-plan. L’image est longue et muette, et elle est frappante.

C’est des images fortes de cet acabit dont manquent les deux premiers films.

Jim

Je conseille très vivement à tous l’excellent documentaire “The people vs George Lucas”. Au delà même de la déception occasionnée par les épisodes 1, 2, 3 pour les fans de la première heure, il met en lumière la manière dont George Lucas tente de réécrire l’histoire de Star Wars en changeant quelques scènes lors de ses multiples réédition. L’exemple le plus marquant est le fait que dans la version d’origine Han Solo tire le premier sur le chasseur de primes sans sommation, par la suite c’est le chasseur de primes (qui le rate…) et enfin dans une version récente il fait une petite esquive avant de tirer. Ce qui change quand même la psychologie du personnage selon qu’il tire en premier ou non. La bad boy Han Solo n’est plus si bad boy.

Perso j’ai été vraiment déçu des 3 derniers (dans le temps) notamment pour Jar Jar binks, la scène d’amour devant la cheminée sur une peau de bête et le fait qu’il tombe du côté obscure par ce que madame Irma lui a dit que si il le faisait pas ça serait pas bien du tout pour sa famille…Mais je comprends quand même qu’ils soient cultes pour toute une génération .

doublon

Pareil.

Hayden Christenssen m’a plut.

La scène avec Padmé dans le 2 ne m’a pas gêné.

En revanche,l’oncohérence sur Padmé dont Léia ne peut pas se rappeler ma fait tiquer aussi.

Oui , 100% d’ accord , la première trilogie a tout un tas de qualité que l’ on ne retrouve pas dans la seconde . Pour reprendre l’ exemple de Jim , l’ humour dans les nouveaux épisodes est moins présent . Et le peu qu’ il y ai est moins efficace .
Après , je comprend . Lucas a voulu que les films ( surtout les 2 & 3 ) soient " plus sombre " , puisque les événements prennent un tour tragique ( avènement de l’ Empire , extermination des Jedi , etc… ) .
Après , ce ne sont pas des trucs immondes non plus ces films . Ils ont aussi leurs qualités . Je prend plaisir à regarder les nouveaux épisodes . Mais ma préférence va à la première trilogie .

Pareil ,ma préférence va à la première trilogie mais pour autant je passe un bon moment en regardant ce pré-quel. Bien sûr, il y a des incohérences (les fans ont toujours une bien meilleure mémoire que les réal ou auteurs), mais quoiqu’il en soit ça fait plaisir de pouvoir redécouvrir cet univers si riche.

Et puis, il y a tout de même des supers moments. Moi je me remet pas du combat de Yoda contre christopher lee, c’était vraiment bon! Ou encore le personnage de Qui gon jin joué par Liam Neeson (mort trop tôt, même si il permet à Obi de prendre plus de charisme et d’importance). La présence de Samuel L. Jackson.

Revoir toutes les créatures présentes mythiques de la saga…Tout n’est pas à jeter loin de là. Par contre, il est vrai que l’on ne ressent pas assez l’évolution d’Anakin plongeant dans le côté obscur. On ne voit pas assez l’influence de l’empereur sur lui, comme dit plus haut ça tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Au final, ce sont plus des maladresses scénaristiques et de réalisations que le jeu des acteurs qui doit être remis en question.

Enfin, pour ma part comme un bon mouton j’ai été revoir au ciné dernièrement “La menace Fantôme” et à ma grande surprise, j’ai passé un très bon moment. La montée en puissance jusqu’au combat de Qui gon, la musique majestueuse et intense. Des scènes attendrissantes et une mise en place au final nécessaire. J’ai un peu redécouvert ce film. Donc oui, il n’est pas exempte de défaut, ça ne vaut pas l’ancienne trilo, mais tout n’est pas à jeter non plus. :wink: