Statistiques et sorties en salles de japanimation

Bonjour à tous ! :slight_smile:

Tout d’abord, désolé si je manque aux règles du forum. Etant tout nouveau, j’hésitais entre publier ici ou dans la section “Cinéma” du site.

Voila, en effectuant des statistiques sur les films d’animations japonais, j’ai été étonné du peu d’entrées pour ce genre. On se retrouve parfois avec des entrées inférieures à 10.000 voire 5.000.

Quelques exemples rapides :

Le chateau ambulant (2004)
Entrées : 1.315.013
Copies : 401
Semaines d’exploitation : 7

Summer Wars (2008)
Entrées : 33.518
Copies : 34
Semaines d’exploitation : 4

Horus (1968, 2004)
Entrées : 35.109
Copies : -
Semaines d’exploitation : -

Princess Mononoké (1997)
Entrées : 757.870 entrées
Copies : -
Semaines d’exploitation : -

Astroboy (2009)
Entrées : 208.369 entrées
Copies : -
Semaines d’exploitation : -

Ponyo sur la falaise (2008)
Entrées : 897.147
Copies : 243
Semaines d’exploitation : 8

Nausicaa de la vallée du vent (1984, 2006)
Entrées : 282.592
Copies : 80
Semaines d’exploitation : 4 à 5

Dragon Ball Z 3 - Tree of Might (1990, 1996)
Entrées : 147.051
Copies : -
Semaines d’exploitation : -

Arrietty (2010)
Entrées : 868.407
Copies : 215
Semaines d’exploitation : 7

One Piece Strong World (2011)
Entrées : 10.951
Copies : 21
Semaines d’exploitation : 6

La traversée du temps (2007)
Entrées : 44.000
Copies : 29
Semaines d’exploitation : 6

Steamboy (2004)
Entrées : 99.452
Copies : 60
Semaines d’exploitation : 4

Pourtant, en regardant les statistiques européennes, on s’aperçoit que la France est en pole-position la plupart du temps en nombre d’entrées en salle de cinéma. Elle se démarque aussi en étant le plus gros consommateur de Manga présent dans le trio gagnant avec le Japon et les USA.

On s’aperçoit aussi que le studio Ghibli truste les plus gros succès en salles de cinéma en dépassant les 500.000 entrées la plupart du temps. Les autres films - pourtant sur des licences connues ou des studios réputés (Toei, Bandai, Tezuka, …) - sont relégués à des scores d’un petit film français d’Art et d’Essai.

Quant à savoir si le nombre de copies est en lien avec le nombre d’entrées ou bien si c’est la popularité/demande qui fait qu’il y a plus de copies en amont, je n’arrive pas a déterminer qui est la cause et qui est la conséquence.

L’an passé, CGR a effectué une soirée évènement sur plusieurs complexes avec 6 épisodes du manga Karas : kimeshoten.com/forum/3-france/310-soiree-manga-et-japon-au-mega-cgr-le-23-septembre, je n’ai malheureusement pas eu de retour par rapport à cette soirée, succès ou déception ?

Ma question sera donc : pourquoi - alors que la France est l’un des plus gros consommateurs de Manga au monde - ses entrées en salle soit si minces et dérisoires par rapport à d’autres films ?

Est-ce dû à une mauvaise communication ? A un mauvais marketing ? Au nombre de copie par salle dérisoire ? Mal placé (trop à Paris, pas assez en province) ? Au piratage ? (je n’y crois guère) ? A la sélection proposée ? (trop élitiste ?) ou bien est-ce que les “adorateurs de manga” ne se déplacent plus en salle pour y voir un film d’animation japonais ?

Voila, beaucoup de question afin d’essayer de comprendre les raisons, si vous avez des idées, je suis preneur :slight_smile:

Globalement, les films d’animations japonaises ne font quasi aucune promo, ou très faible (sauf exception).

Ils misent uniquement sur leur base de fans et sur leur nom. Or si le nom de Ghibli/Miyazaki parle à un grand nombre, seules des licences connues comme Pokémon ont pu fonctionner et aujourd’hui, même un Naruto ou un One Piece ne peuvent prétendre atteindre le niveau de Pokémon.

Tezuka, Toei, Bandai, désolé, mais ça ne parle qu’aux spécialistes. Et ils ne vont pas TOUS se ruer dans les salles. Cela fait donc une minorité d’une minorité qui vont se rendre au cinéma.

Du coup, lancer les films directement sur 200, 300, 400 copies ou plus est suicidaire si tu n’es pas un Miyazaki/Ghibli ou une licence ultra forte (mais qui aujourd’hui ?).

Donc ce qu’ils font, c’est lancer les films (animations ou non) sur un faible nombre de copies. Si le buzz prend, il peut y avoir augmentation. Mais à moins que le film soit un chef-d’oeuvre, ça n’arrivera pas. Or avec tout le respect que j’ai pour les oeuvres japonaises, les dernières qui ont été proposées ont été bonnes mais certainement pas extraordinaires ! Dans ce cas là, le nombre de copies n’a aucune chance d’exploser. Et avec moins de 100 copies, tu ne peux pas viser haut, c’est impossible.

Le cas One Piece est un excellent exemple. A titre d’information, cette année, le film “Il était une fois en Anatolie” est sorti sur 36 copies et a fait plus de 100 000 entrées. Et le “Le Marchand de Sable”, 240ème film le plus vu cette année, cumule 70 919 entrées. Pourtant, c’est un film inconnu. One Piece, lui, est vraiment loin derrière.

Le meilleur exemple cette année, mais bon c’est une exception, c’est le film Iranien “Une Sépération”. 105 copies, quasi 1 million d’entrées. Hallucinant. Mais voilà, le film a eu un buzz dingue, notamment sur Paris.

Tu rajoutes à ça que les grands médias sont encore réfractaires au manga et à la japanimation (hormis les Ghibli et peut-être Taniguchi ou Otomo), donc les voir inviter un réalisateur, un acteur, un doubleur, un scénariste ou un dessinateur est quasi impossible. Et puis souvent, les Japonais, ils ne parlent que Japonais, ce qui complique d’autant plus la promo. Il faudrait doubler les films par une star française pour qu’elle puisse venir sur les plateaux en parler.

Ou alors, il faudrait que le film fasse un carton au Japon, qu’il soit qualifié de chef-d’oeuvre, et qu’ensuite sa promotion se base dessus et qu’un partenariat avec un distributeur puissant soit signé, et pas un petit sans pouvoir de négociation.

Bref, à l’heure actuelle, il n’y a aucune raison que la situation change. D’autant plus que le marché est inondé désormais de films d’animation US (ce qui crée des problèmes de saturation déjà) et les Français commencent à s’y mettre. Sans compter les autres productions étrangères. Du coup, la place pour l’animation japonaise est limitée. Il faut vraiment un très très bon film pour qu’il puisse marcher. Une sorte de nouvel Akira, Ghost in the Shell, Château Ambulant ou Princesse Mononoké en gros.

PS : désolé pour les fautes, j’ai tapé ça vite.

Le chat du rabbin, 261 copies, 424 000 entrées à la cinquième semaine…

Comme Jean Réno ?
(La pub pour Porco Rosso ne parlait pas des qualités de l’anime, à l’époque, mais de la voix de Jean Réno)
Puisque tu parles du doublage, un autre problème, c’est que les puristes voudront le voir en VO, alors que la VF vise une cible plus large… Le choix n’est pas facile !
D’autant moins quand le nombre total de copies est faible…

Ou qu’il gagne une récompense lors d’un grand festival, ou bien encore qu’il ait une très bonne critique dans un magazine “élitiste”…

Tori.

Euh personnellement je trouve cela un peu réducteur de dire que vu qu’on est l’un des pays les plus consommateurs de mangas on doit forcement être fan d’animation japonaise ,je me trompe peut être mais c’est comme cela que j’interprète ton commentaire Prae.

C’est comme ci par exemple tu disais a quelqu’un que tu aimes bien les télé samsung et que celle là parce que leur design te plait et que cette personne te répond a bah vu que vous aimez bien samsung qui est koréen vous devez aimez la K-pop. J’ai pris exprès un exemple aussi grossier afin de montrer l’énormiter de cette pensée, ce n’est pas la peine de réagir la dessus je sais bien que mon exemple est aux antipodes du problème exposés par Praé).

Personnellement je trouve que ce sont deux choses bien distincte et autant je suis un peu un fanatique en ce qui concerne les mangas autant l’animation japonaise ne me tente pas plus que ça.

La aussi je dis être fanatyques des mangas(+ manhwa) mais se sont majoritairement les titres shonen et seinen et ceux qui s’en rapproche qui m’interessent. Si demain tu me dis tu aimes one piece qui est un manga dans forcment tu aimes keroro qui est un manga aussi je vais te regardé avec des yeux bizarre.

Et je suis désolé mais je trouve que le niveau de la japanimation est très loin de celui des mangas en règle générale , et est déstiné a un public plus jeune.

Dans la liste que tu as cité le seul qui m’aurait intéressé est le one piece strong world(car écrit par ODA) avec qui on s’était décidé a aller le voir avec mes collègues fan de mangas eux aussi (mais comme moi n’aime pas trop l’animation japonaise dans son ensemble) et on n’y est pas allé uniquement parce qu’il était diffusé a plus de 250km de chez moi, donc je te rejoint aussi dans le fait que le manque de copies est préjudiciable aux entrées des films d’animation japonaise.

Oui enfin l’animation japonaise peut marcher en France, on le sait, que ce soit par le succès des animes à la TV, par le téléchargement illégal/streaming non négligeable, et par le succès de certains films au cinéma. Donc le potentiel, il existe.

c’est vrai du potentiel il y en as en France, en ce qui concerne l’animation, les français aime bien allé au cinéma afin de voir des films assez variés, encore faut-il piqués leur curiosité et leur donné envie d’aller voir ces films parce que a part pour les fans du genre qui sont au courant grâce a leur recherche et au info qui circule sur les sites de fans de mangas peut de gens savent que ces films sont sortis et de quoi ils parlent, même chez les plus jeunes qui ne vont voir que de l’animation, leur parent ne les emmène pas voir ce genre d’animation mais juste les animations US et parfois françaises.

Vos analyses sont assez pertinentes.

Bizarrement, un truc me taraude : Au niveau des plates-formes VOD, le chiffre d’affaire pour l’animation japonaise est dérisoire (on m’a parlé de chiffre proche de 0.0 sur certaines et pourtant possédant des contenus japanim pas mauvais). Donc même hors cinéma, on se retrouve avec des chiffres très pauvres.

@Nil Sanyas, tu parles des succès des animes à la TV, aurais-tu des sources à propos de cela ? cela m’intéresse très fortement.

Pour en revenir au cinéma, on oublie en plus les coûts liés : la publicité déjà, mais aussi les coûts de tirage. En poussant les analyses, j’ai fait rapidement un calcul pour le coût des copies en 35mm et on a ce genre d’apport qui est loin d’être négligeable.

prix copies 54,205 25 108,411 50 162,616 75 216,821 100 271,027 125 325,232 150 379,437 175 433,643 200 487,848 225 542,053 250 596,259 275 650,464 300 704,669 325 758,875 350 813,080 375 867,285 400
On se retrouve donc pour un tirage 400 copies 35 a payer pratiquement 800.000 euros. Débourser dans l’immédiat et bien avant un retour en salle.* (coût d’une copie = ~2000 euros pour une copie unique, même si je sais que le coût d’une copie est plus proche de 1200-1500 euros voire beaucoup moins selon les bons deals et le nombre de copies à la chaîne, donc on peut dire entre 300.000 et 400.000 € pour 400 salles environ)*

Donc je me pose des questions sur le fait que des distributeurs puissent encore s’essayer a distribuer un film japonais avec tout ce que cela implique surtout si le retour est relativement bas au final. Y’a surement un truc qui m’échappe, Disney, SND et les autres ne sont pas des philanthropes.

Oui mais le succès en salle et la promo serviront aussi aux ventes DVD, Blu-ray, VoD, location, à de meilleures ventes TV, etc. La carrière d’un film ne s’arrête pas aux salles, ne l’oublions pas.

Pour la VoD, cela viendra, c’est aussi que l’animation japonaise n’est peut-être pas présente, tout bêtement (faut voir, ce n’est qu’une théorie).

Pour la TV, j’ai pas de chiffres sous la main, mais on analyse était sur 30 ans pas forcément les DA récents.

La carrière d’un film ne s’arrête pas aux salles, ne l’oublions pas.

Indeed, cependant c’est ce qui fait sa vie future. Un film qui marche mal en salle (s’il sort en salle) c’est revente droit divers (TV, VOD, etc…) moindre (et de beaucoup). Et moins de visibilité par la suite.

Pour la VoD, cela viendra, c’est aussi que l’animation japonaise n’est peut-être pas présente,
tout bêtement (faut voir, ce n’est qu’une théorie).

J’ai regardé, l’audience sur l’anim sur les plateformes de VOD est misérable, même avec une plateforme bien fournie. C’est dramatique. C’est même flippant. A priori, pour le DVD/Bluray c’est l’inverse, deuxième poste de dépense après la fiction classique.

Pour la TV, c’est dommage, je vais continuer a rechercher sur le site de la CNC, peut-être qu’ils ont des trucs…

Pour la VoD, cela signifie juste que les gens ne veulent pas louer un film d’animation mais préfère l’acheter, ce qui montre sa “valeur”. Sur la VoD, on peut aussi acheter, mais les gens préfèrent certainement un disque physique pour l’achat. La VoD est de toute façon utilisée essentiellement pour la location. Donc que l’animation japonaise soit faible en VoD n’est pas dramatique en soi.