STRANGE #1-6 (Jed McKay / Marcelo Ferreira)

Si Panini veut le publier, ils devront en changer le titre…

Tori.

Pourquoi donc ?

Parce que c’est Xavier Fournier qui a les droits sur ce nom.

Tori.

Mais le précédent propriétaire n’a jamais rien dit ?
Et puis Xavier Fournier peut aussi autoriser l’utilisation du nom pour cette série, non ?

Sauf que :

Donc je ne pense pas que ça soit si simple

D’où mon affirmation/question.

1 « J'aime »

C’est vrai.

Tori.

Oh, pas mal.
Jed McKay rebondit sur Death of Doctor Strange pour cette saga où Clea devient Sorcière Suprême, sur souhait d’un Stephen décédé. Et ça commence assez bien, avec une surprise finale vraiment étonnante, bien que pas forcément très « logique » ici.
Bon, donc, Clea est Sorcière Suprême depuis quelques semaines, apparemment. Victor Von Doom vient toquer au 177A Bleecker Street car il considère être désormais le Sorcier Suprême, en l’absence de Stephen. Clea, au saut du lit, envoie joyeusement bouler Victor, autant avec ses pouvoirs qu’avec sa répartie. Elle confirme ainsi n’être pas forcément « gentille », car elle demeure de la lignée des Flatline, les conquérants. Wong revient d’une nuit d’oubli, car il est rongé par le chagrin, et il amène Clea dans le Shrouded Bazaar, pour trouver « enfin » du bon café. Cet étonnant bazar magique s’est installé notamment après les récents exodes mystiques, et les marchands ont repoussé le Caïd, The Hood et même le Blasphemy Cartel… même s’ils réattaquent, là. Clea les stoppe mais les tue ce qui choque Wong. Elle lui confie son souhait absolu de ressusciter Stephen, et se rend dans le cimetière quand son sortilège de détection de tels événements s’active. Elle va y affronter un ennemi mystique, ce que l’on sait via flashforward, mais l’on voit surtout que le ressuscité « en cours » n’est pas Stephen Strange… mais Thunderstrike !
C’est pas mal, oui. Jed McKay tient bien sa Clea, définitivement différente de Stephen, bien que le scénariste nous sorte deux fois des discours « je suis une Flatline, une conquérante, une Warlord ». Bon, ça reste très agréable à lire, avec notamment ce Doom viré avec plaisir, et aussi cette découverte du bazar. Le sujet de la résurrection est une évidence et est bien traité, et je suis vraiment surpris par le choix final… qui cependant n’a pas encore beaucoup de sens.
Marcelo Ferreira livre des planches solides, mais je n’aime pas tous ses visages, certains sont assez loupés. Quelques postures de Clea sont étranges, et… bon, je n’aime pas le style. Ca passe, mais ça ne m’emporte pas.

Un bon début.

(W) Jed MacKay (A) Marcelo Ferreira, Don Ho, Java Tartaglia (CA) Bjorn Barends, Dan Panosian
• Clea comes face-to-face with the mysterious Harvestman, as they both face off against an undead foe!
• Though just as Clea begins to uncover ways to bring Stephen Strange back, another attack upon the magical realm is at hand!
• But Clea is not just any Sorcerer Supreme, she is a Warlord…and this second attack will not stand under her rule!
RATED T+
In Shops: Apr 06, 2022
SRP: $3.99

Sympathique.
Jed McKay enchaîne de manière fluide, sans grosse surprise, mais efficacement. Du bon divertissement.
On a ici la lutte de Clea, nouvelle Sorcière Suprême, contre le Harvestman, mystérieuse entité à proximité du corps « ressuscité » d’Eric Masterson, le premier Thunderstrike. On découvre ainsi que ce cadavre n’est pas le vrai Eric, mais un réceptacle utilisé par des âmes qui veulent échapper à la Mort. Ce revenant appelle la masse Thunderstrike, alors que son fils l’a (et on le voit, ça fait plaisir pour Kevin), mais il est vaincu / soumis par Clea. Harvestman révèle être un envoyé de la Mort, pour faire cesser les résurrections et abus, et il refuse de ramener Stephen Strange. Plus tard, Clea et Wong échangent sur les suites possibles, mais des commer_ants du Shrouded Bazaar viennent la voir, car le Blasphemy Cartel les a attaqués et massacrés. Clea s’emporte, ne le supporte pas et décide d’enclencher une guerre, en s’imposant « Warlord » de New York.
C’est bien, oui. Pas « fou », pas révolutionnaire, mais agréable. Le combat contre le revenant et Harvestman est un peu long, mais Clea reste une Sorcière Suprême intéressante, avec une forme d’arrogance, de suffisance qui change un peu, dans une approche agressive, brutale. Bon, le Harvestman est vraiment un opposant basique, mais les interactions Clea / Wong sont bonnes. Et le cliffhanger est pertinent.
En parallèle, Marcelo Ferreira livre des planches efficaces, un peu « simples », un peu trop classiques, mais ça fait le job.

Une mini-série agréable, qui forme un divertissement solide. Cool !

STRANGE #3

Written by: Jed MacKay.

Art by: Marcelo Ferreira.

Covers by: Bjorn Barends, Patrick Gleason, Ema Lupacchino.

Description: Someone is preying on the misery and suffering of New York’s citizens. Clea Strange is all too familiar with the demons and monsters that stalk humans. But what happens when it’s the humans who are hunting the monsters?

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: June 1.

Efficace et fun, même si ça va lentement.
Ici, Clea Strange, nouvelle Sorcière Suprême, est fort fâchée que le Blasphemy Cartel ait massacré le Shrouded Bazaar. Elle vient exiger des informations chez La Rose, puis s’en prend violemment au Cartel. Ce dernier la piège avec une formule qui coupe la Magie, mais c’est une formule terrestre… et Clea est aussi Sorcière Suprême de la Dimension Noire. Elle les stoppe, découvre qu’ils protègent… des ordinateurs, puis reçoit l’information que sa mère vient la voir (terrible nouvelle). En parallèle, le maître du Cartel prépare une contre-attaque brutale.
C’est sympathique, oui, même si ça avance peu. Jed McKay s’amuse et m’amuse à caractériser cette Clea badass, directe, bien plus « brute » que Stephen comme Sorcier Suprême. C’est agréable à suivre, assez fun, même si ça fait gros blockbuster facile. J’ai hâte de lire la suite, bien que cela demeure fort décompressé.
Graphiquement, Marcelo Ferreira n’est pas impressionnant, mais son style nerveux fonctionne bien ici. Ce n’est pas « beau », mais l’ambiance est efficace, et ça fait le job.

Ca fera une bien bonne mini-série, même si ça ne révolutionne rien.

FAMILY REUNION! Clea’s mother Umar has come to visit, just as the Blasphemy Cartel launch their latest attack on the Sanctum Sanctorum! And this time, they brought an unlikely foe to take down the Sorcerer Supreme! Reintroducing the dark Moon Knight…Shadow Knight!

Written by Jed MacKay

Art by Marcelo Ferreira

Colors by Javier Tartaglia

Letters by Cory Petit

Find this, and other magical titles at your local comic shops and favorite digital platforms on Wednesday July 27th, 2022!

C’est cool.
Jed McKay semble vraiment s’amuser avec Clea en Sorcière Suprême de la Terre, et ça me plaît beaucoup. Ici, elle reçoit « difficilement » Umar, sa mère, « fière » non pas uniquement de son nouveau titre, mais surtout « fière » parce que Umar est persuadée que Clea a piégé Stephen pour prendre sa place. En parallèle, le Blasphemy Cartel attaque, Umar s’en occupe brutalement alors qu’un nouveau décédé passe aussi (ici Shadow Knight, le frère de Moon Knight). Clea parvient à le vaincre, mais le Harvestman finit par arriver.
C’est cool, oui. Tout ça est fluide, drôle, pertinent et assez fun. J’aime beaucoup la caractérisation de Clea, j’aime bien les interactions, et l’ensemble est très prenant et fluide. Marcelo Ferreira livre des planches solides, qui font une bonne narration, mais ne sont pas forcément « jolies ».
Une bonne BD, divertissante et fun dans l’approche du Sorcier Suprême.

Vivement la suite !

(W) Jed MacKay (A) Marcelo Ferreira, Roberto Poggi, Javier Tartaglia (CA) Lee Garbett
BACK FROM THE DEAD!
• Dead heroes and villains alike have been reanimated as ghoulish versions of their past selves.
• Now it’s up to Strange and the Harvestman to make sure these dead supers stay dead!
• But what happens when the next reanimated hero is Clea’s dead husband: Stephen Strange?!
RATED T+
In Shops: Aug 17, 2022
SRP: $3.99

Un bon numéro, qui ouvre intelligemment sur une suite qui s’annonce classique mais efficace.
Ici, Jed McKay achève sa première saga, sans tout finir mais en posant bien les bases. Umar s’en va après un entretien tendu avec sa fille, Clea, alors que celle-ci échange avec le Harvestman, qui explique les choses. Les super-héros / super-vilains ressuscités sont animés par des âmes qui s’échappent du Royaume de la Mort, car ce dernier est fébrile ; mais ils n’ont plus de personnalité, de « soi », et s’amassent ainsi dans les corps des surhumains, pour s’échapper. Le Harvestman refuse d’aider Clea à ramener Stephen, car le Sorcier Suprême est « différent ». Clea demande de l’aide et a un team-up efficace avec Moon Knight, dont la série est aussi écrite par Jed McKay. Et si MK explique que le Harvestman doit être envoyé par un Dieu, cela est confirmé car le Harvestman est révélé être Stephen lui-même, qui semble avoir fait un Pacte avec la Mort, dans un espoir de retour mais aussi d’équilibre.
C’est efficace et agréable. Jed McKay tient bien Clea et son univers, et le team-up avec MK est cool et bien vu. Le twist final est finalement prévisible, si on y réfléchit, mais ça fonctionne vraiment bien, et ça donne envie de lire la suite. Le ton général est cool, et le graphisme de Marcelo Ferreira demeure efficace, avec une atmosphère un peu travaillée qui passe bien.

Je reste enthousiaste et bien pris, cool !

(W) Jed MacKay (A/CA) Lee Garbett, Java Tartaglia (CA) Javier Rodriguez, Leonardo Romero
WONG TAKES CENTER STAGE!
• Someone has stolen pieces of Wong’s memory!
• But he’s going to need them back to stop the Blasphemy Cartel!
• It’s up to Wong and Bats to retrace their steps to find the truth!
• But could this memory be better off forgotten?
RATED T+
In Shops: Sep 21, 2022
SRP: $3.99

Après le gros cliffhanger du précédent épisode, où l’on apprend que le Harvestman, qui « gère » les fantômes qui échappent au Royaume de la Mort, est Stephen Strange alors que Clea veut le ressusciter, l’on a ici un épisode solo sur Wong, qui enquête sur le Blasphemy Cartel. Et c’est très bien !
Wong, troublé par le sentiment de « savoir » quelque chose, mais d’avoir perdu ce savoir, enquête ainsi avec le chien fantôme Bat. Il passe ainsi dans le Bar Sans Porte, sollicite Black Widow pour des informations (qui lui confirme que le Blasphemy Cartel est « gros » et déconnecté des organisations humaines mystiques), puis va voir les X-Men pour que Jean Grey « sorte » sa mémoire. Cela s’accompagne de retours sur le rôle de Wong, sa rage d’avoir perdu « son » Sorcier Suprême, une faute familiale. Finalement, Wong comprend ce qu’il se passe et va confronter une serveuse du Bar Sans Porte, qui s’avère être l’ancienne cheffe du WAND, la section mystique du SHIELD. Or, à la dissolution du SHIELD, le WAND s’est retrouvé seul… et ses membres sont devenus des criminels, qui lui en veulent à elle aussi !
C’est bien. Jed McKay a raison de faire « souffler » sa série avec un épisode centré sur Wong, ce qui est d’autant plus une bonne idée qu’on le met peu en avant. Le fait que ça intervienne à une période où la version MCU est « tellement présente » dans la Phase 4 est sûrement une coïncidence, mais c’est cocasse.
Sinon, c’est très agréable à suivre, avec un côté polar mystique bien vu. La rage lourde de Wong est pertinente, il est bien écrit et l’enquête est bonne. La révélation sur le Blasphemy Cartel est pertinente, et je suis curieux d’en voir plus. Lee Garbett arrive après sa bonne gestion de la mini-série Death of the Doctor Strange, et son style me plaît bien ici.

Un bon épisode d’une bonne série !