STRANGE ADVENTURES (Tom King / Mitch Gerads, Evan Shaner)

Mais donc derrière tout ça vous n’avez pas saisi l’autre sens du récit ?

On se croirait sur canal + un premier samedi du mois.

1 « J'aime »

Surtout quand Blackie parle de l’autre sens.

Et t’aime ça ! Hein !? :joy_cat:

Hep,

Ah, je ne crois pas, je le découvrirai par ta critique ou en « flouté »…

Ca sera pas avant ce week end donc du coup en flouté :

A la lecture, chaque fin de chapitre est ponctué d’une phrase, cette phrase vient d’un auteur de BD à chaque fois, et d’ailleurs on saisit pas trop le sens au début. Mais elle montre la difficulté d’un auteur sur plusieurs aspects. A la fin, la dernière page, montre le début du récit avec le style d’Evan Doc Shaner, faisant passer donc tout ce qu’on a lu comme une fiction, la fiction d’un auteur.
Par là, je pense que Tom King nous montre qu’ pour faire son histoire et lui donner la direction qu’il a fait, il a du faire des choix, pas forcément facile mais qu’à la fin, il ne fait pas oublier que c’est une fiction. Il semble que son demi echec sur Batman ou son heroes in crisis lui ait laissé des traces : ça ressemble à un message tout ça.

1 « J'aime »

Pas mal, mais je pense que j’aimerais bien en discuter avec toi, car je ne saisis pas entièrement l’idée.

Sinon, vos échanges sont passionnants, merci.
Perso’, je trouve que la saga est bonne, mais reste une oeuvre « mineure » de Tom King. Pas aussi formidable que Mister Miracle, pas aussi maîtrisée que Human Target. Pas aussi puissante que Omega Men.
D’ailleurs, à y réfléchir, Strange Adventures est presque autant l’opposé qu’un retour en apparence « grossier » aux problématiques d’Omega Men. Là où Kyle Rayner vient en flic ultime et sauveur dans le Système Vega, et est "retourné par les Omega Men, comme des agents américains peuvent l’avoir été par des opposants afghans par exemple, Adam Strange est lui aussi « retourné », par des êtres bien plus mauvais et binaires que les Omega Men (les Pykkts, c’est des saloperies, hein). Ca semble ainsi plus « grossier », car l’ennemi est simplement méchant, mais finalement Adam accepte « volontairement » son acte, sa trahison en pleine conscience (bien qu’après torture et défaite). Il ne devient pas une sorte de croyant, comme Kyle ; il est froid et cynique.
Comme Sheriff of Babylon et Omega Men, je pense que Tom King rajoute une oeuvre, certes mineure dans son approche individuelle, à sa collection de sagas en lien avec son passé militaire.

Alors, je t’avoue que j’ai lu en quatrième vitesse les petits textes de fin…Tu as peut être bien vu, honnêtement, je ne saurais rien dire. J’ai pris la mauvaise habitude de ne pas m’attarder sur ces « petits plus », peut être trop déçus par le passé (des auteurs qui veulent trop en faire et rajoutent des choses qui alourdissent la lecture). Je suppose que l’avenir (critique, review à droite à gauche) dira si d’autres pensent comme toi.

Sinon, imaginons que c’est bien en rapport avec ce que tu dis. C’est quand même un risque de sa part pour faire sortir le lecteur du sujet/ambiance de l’histoire avec un passage hors sujet sur la construction des comics.Non?

@Ben-Wawe ,je suis passé à côté d’omega men et human target n’est pas encore sorti en vf je crois?(merci)

Non, il n’est pas encore fini en VO, non plus.

Bah c’est fréquent à vrai dire, c’est du cassage du 4ème mur, là je trouve que c’est assez bien mis, c’est discret.
Tout repose sur la dualité des 2 récits. L’un est la fiction du bouquin dessiné par Shaner , tu suis le récit de cette prétendue guerre la fameuse « strange adventure » et l’autre est la réalité dessinée par Gerards.
En gros, tout le long du volume t’as la dualité : fiction / réalité. A la fin, la fiction continue alors que c’est censé basculer vers la réalité, le tout agrémenté de cette fameuse phrase à la dernière page : « Une des choses que j’ai apprises, c’est qu’il est quasiment impossible de s’engager dans le milieu de la BD pour des raisons froides, calculées, rationnelles. Cela demande généralement une bonne dose de dévouement et de fanatisme. Gil Kane ».
A partir de là ça m’a sauté aux yeux, j’ai regardé les autres citations et effectivement c’était ça.

Je suis en train de lire la vo et les dessins de shaner sont absolument magnifiques.

La lecture est très agréable, le portrait féminin est très reussi jusqu à maintenant, épisode 8.

Difficile de ne pas être pris dans la lecture.

Et cela fonctionne sur un simple détail, un revirement d Adam Strange qui interroge au début et qui d un coup colore de suspicion et trace des camps.

Sans le final difficile de déterminer le propos, mais à ce stade, je dirais qu il porte sur aleena (c est bien ça son prenom ?), la femme de strange.

Dans la lignée de : derrière tout grand homme, il y a une femme, l.opposition réalité fiction, sera peut être à lire en lien avec le sexe, la fiction du heros et de la masculinité contre la réalité et une femme.

A voir si la suite le confirme et si king n aboutira pas à un plus convenu : les vrais hommes sont les femmes. Aleena est elle vraiment du côté des faits, puisque mister t pretend à cette place également, ou se dirige t on vers un : le heros est une fiction inventée par une femme ?

1 « J'aime »

Alanna.

Merci.

D ailleurs je l ai fini hier.

Un peu facile peut etre ce final dans sa fausse radicalite, mais qui permettra de bons dialogues dans le dernier épisode.

Très plaisant tout de même à la lecture.

Hâte de lire ça pour ma part. King est un auteur très inégal, mais ses fixettes au bord de l’obsession me parlent.

Sans trop de surprise, un must have pour ma part :

1 « J'aime »

J’ai craqué aussi mais je ne l’ai pas encore lu. :grin:

Pour moi aussi

J’en ai lu un e partie dans le train et j’ai lâché l’affaire sachant déjà ou le tout allait, je vais le relire au calme pour voir si j’ai la même sensation de déjà lu et si du coup je n’aime pas.