SUICIDE SQUAD #1-5 (Tom Taylor / Bruno Redondo)

Put$in, c’est bon.
Tom Taylor me surprend presque toutes les deux pages, en multipliant les rebondissements, les révélations. Les liens entre les personnages s’établissent, les événements prennent du sens rapidement, la fameuse équipe récupérée par le Suicide Squad apparaît bien plus surprenante que prévue, le nouveau chef Lok est lui-même plein de troubles, et tout s’enchaîne.
Ca va vite. Ca tape dur. Ca surprend. Il y a des morts, il y a des surprises ; il y a de la vengeance, du sadisme « juste », de l’humour drôle et à petite dose.
Je suis stupéfait d’être autant dedans, et épaté par tout ça. Je suis fan, je n’ai aucune idée de ce qui peut arriver, et c’est complètement rafraîchissant et agréable.
Bruno Redondo livre des planches claires et dynamiques, autant jolies que fluides. Je suis fan aussi. Put*in, c’est bon ! Vivement la suite.

Mais put$$ de sa mère que oui. C’est punchy, malin et sadique. J’adore.

W) Tom Taylor (A/CA) Daniel Sampere, Juan Albarran, Adrianao Lucas (CA) Mico Suayan
With the chaos of Task Force X’s first mission behind her, Dr. Harleen Quinzel launches a psychological investigation into the current residents of Belle Reve-and when the infamous Harley Quinn is worried about someone else’s mental health, you know there’s a problem! What does Deadshot know about the machinations of their deadly new teammates, the Revolutionaries? Who are the Revolutionaries, where did they come from, and why do they hate superheroes so much? Careful, Harley-sometimes when you dig too deep, the monsters come crawling out…
In Shops: Mar 25, 2020
SRP: $3.99

Source : www.comicnow.com

Je reste fan.
Tom Taylor explique comment et pourquoi le groupe introduit de force au Suicide Squad en est là, et c’est autant cohérent que pertinent, et même touchant. L’auteur gère bien ces nouveaux personnages, mais surtout Deadshot et Harley Quinn, parfaitement écrits. Même Captain Boomerang passe bien.
Tout est bon, tout est fluide, tout est autant rigolo que plein de suspense. Daniel Sampere illustre ça fort joliment, dans un style clair très adapté.
C’est bien la première fois que j’attends impatiemment la suite de Suicide Squad.

Forcément, il fallait qu’un épisode ou un autre, Tom Taylor fasse discuter ses personnages sur leurs motivations respectives. J’ai trouvé ça un peu lourd mais je trouve « sain » de balancer la sauce, surtout qu’elle n’est pas si « originale ».

Reste que comme l’écrit Ben, c’est nerveux, la sauce personnages historiques et newbies prend bien. Et ça faisait longtemps que je n’avais pas vu un si bon Captain Boomerang.

De la bonne came.

They say loose lips sink ships-and Captain Boomerang has the biggest mouth on Earth! That’s why Lok commands Task Force X to bring him in and shut him up for good! The hunt is on, but nothing ever goes according to plan in the Suicide Squad-at least, not if Osita and her mutinous Revolutionaries can help it. Will Deathstroke and Harley finally turn against Lok when ordered to kill their old Squad-mate? One way or another, the bodies keep dropping…

Written by: Tom Taylor
Art by: Bruno Redondo, Adriano Lucas
U.S. Price:
3.99
On Sale Date:
May 26 2020
Page Count:
32

Source : www.dccomics.com

Pffou, c’est toujours super bon.
Tom Taylor livre un récit super intense et dynamique. Il réussit à me faire aimer ces nouveaux personnages, et je tremble pour eux, au point d’être touché quand le pire arrive. L’auteur assume clairement sa volonté de « tout tenter », d’oser « tout », quitte à tuer les personnages qu’on pense intouchables. Bon, on peut clairement douter que Deadshot, Harley ou Boomerang meurent, mais… bon. Les deux morts, là, je ne m’y attendais pas.
Et le cliffhanger encore moins.
Un choix de Big Bad très surprenant… s’il l’est vraiment. J’imagine mal Ted Kord en véritable donneur d’ordres de Lok, le remplaçant de Waller que Deadshot dézingue avec plaisir (dont le mien).
Tout s’accélère, alors que l’action n’était pas retombée. Je reste très, très fan de cette série. Bruno Redondo livre des planches magnifiques, dans un style clair et dynamique que j’adore.

J’aime beaucoup.
Beaucoup, beaucoup, beaucoup. Vivement la suite.

C’est excellent!

Surement LE titre taillé sur mesure pour le scénariste australien (attention subtilité linguistique).