SUPERMAN : RED AND BLUE #1-2 (Collectif)

DC publiera à partir de mars la mini-série anthologique Superman : Red and Blue. Six numéros au format Prestige sont prévus.
Les auteurs des histoires courtes au sommaire du #1 sont : Marguerite Bennett, Wes Craig, Dani, Brandon Easton, Clayton Henry, Steve Lieber, John Ridley, Jill Thompson et Dan Watters.

Magnifique.

dommage que le sourire chez Gary Franck passe pour de la constipation.

This new series presents fresh new visions of the Man of Steel in his two signature colors of red and blue! Around the world, everyone knows that when they see a red and blue streak in the sky, it’s not a bird…it’s not a plane…it’s Superman.
To start things off, Academy Award-winning writer of DC Future State: The Next Batman John Ridley joins artist Clayton Henry (Batman/Superman) to tell a story of Clark Kent as he confronts a villain who still haunts him, in a story that shows what Superman can mean to a whole country. Then, Brandon Easton (DC Future State’s “Mister Miracle”) and Steve Lieber (Superman’s Pal Jimmy Olsen) take readers to the streets of Metropolis to show how one hero can mean so much to an individual in pain.

Plus, writer/artist Wes Craig (Deadly Class) tells a tale of Superman’s early days and the man who inspired him to become the hero he is today! And Marguerite Bennett (DC Future State: Kara Zor-El, Superwoman) and artist Jill Thompson give us a tale of teenage Clark Kent, while Dan Watters and Dani, the team behind Coffin Bound, bring us an outlandish fable about what happens when all colors are stolen!

Superman Red & Blue #1

Written by Marguerite Bennett, Wes Craig, Brandon M. Easton, John Ridley, Dan Watters
Pencils Wes Craig, Clayton Henry, Steve Lieber, Dani Strips, Jill Thompson
Inks Wes Craig, Clayton Henry, Steve Lieber, Dani Strips, Jill Thompson
Colored by Jordie Bellaire, Ron Chan, Wes Craig, Dani Strips, Jill Thompson
Cover by Brad Anderson, Gary Frank
Release Date: March 16, 2021

Je ne suis pas super fan de Craig (pas assez « organique » pour moi) , mais c’est l’un des dessinateurs qui maîtrise le mieux le « digital ». Il a une approche où il expérimente, mais toujours au service de la narration. J’aime beaucoup son utilisation de la couleur. J’ai décroché (sans raison précise) sur Deadly Class, mais c’est vraiment un artiste à suivre parce que là, c’est très très intéressant !!

Tout ça est quand même bien tiède.
Je retiens Wes Craig qui livre un beau et fort segment sur un garçon qui a sauvé un jeune Superman dans ses premiers jours. C’est intense, réussi et très joli à voir.
Les encouragements pour John Ridley qui propose un récit surprenant, suite d’une vieille intrigue oubliée où Superman avait été dans un goulag. L’auteur gère bien le trauma de Clark qui revient dans ce pays fictif et confronte son ancien bourreau, mais le final tombe à plat.
Le reste est essentiellement anecdotique et généralement raté.

Petite déception quand même.

Explore the world of Superman in a way you’ve never seen before.

Five brand-new stories, a visual tour de force, with only the Man of Steel’s signature colors. There are tales starring Clark Kent, the original Superman, including a showdown with his most tenacious foe, Lex Luthor-but there is also a great space adventure with Val-Zod, the Superman of Earth-2, going up against an amped-up version of Prometheus. And then there is Cyborg Superman, a warped reflection of the real deal, with a mission as opposite to Superman’s as any could be. But no matter how out there the situation gets, it always comes back to the one man and the planet he loves and has sworn to protect-and the people he inspires, young and old.

Superman Red & Blue (2021-) #2

Written by Chuck Brown, Jason Howard, Dan Panosian, Stephanie Phillips, Steven T. Seagle
Pencils Denys Cowan, Jason Howard, Alitha Martinez, Dan Panosian, Duncan Rouleau, Marley Zarcone
Inks Jason Howard, Alitha Martinez
Dan Panosian, Duncan Rouleau, John Stanisci, Marley Zarcone
Colored by Jason Howard, Emilio Lopez, Dan Panosian, Duncan Rouleau, Chris Sotomayor, Marley Zarcone
Cover by Nicola Scott
Release Date: April 20, 2021

Nouveau numéro de cette anthologie bleue et rouge.
Steven T. Seagle et Duncan Rouleau livrent un beau petit moment sur Martha Kent, qui répond « sèchement » à deux amies qui disent que, quand même, c’est bien que les Kent aient pu avoir un enfant même s’il n’est pas « à eux ». Seagle a une voix-off un peu lourde (Martha « liste » tout ce qu’elle fait, comment elle s’inquiète chaque jour, comment elle a peur pour les épreuves subies par son fils, alors que Rouleau illustre avec des exploits de Superman), mais le récit est mignon et touchant. Un joli moment sur Ma’ Kent, et on en a peu. Le style troublant de Rouleau correspond bien à cette petite bulle.
Chuck Brown et Denys Cowan enchaînent avec un affrontement de Val-Zod, le Superman afro-américain de Earth-2, et Prometheus. Mouais. C’est rigolo de voir un Krypto avec une combinaison humanoïde et qui échange avec Val, avec des bulles en forme de nonos, mais l’intérêt est limité. Reste les dessins nerveux et dynamiques de Cowan, mais c’est peu.
Dan Panosian interroge Lex Luthor, qui hésite à utiliser une « nouvelle » forme de Kryptonite, la Rouge, contre Superman. Mouais. L’idée est bonne, voir Lex hésiter car il préfère accumuler des données et de l’expérience avant d’agir, et Panosian dessine bien. Mais c’est là aussi très vite lu, et très vite oublié.
Stephanie Phillips et Marley Zarcone proposent un récit simple mais mignon, qui semble « ancien » dans l’approche. Une petite fille fait l’objet de méchantes plaisanteries à l’école, parce qu’elle dit avoir aidé Superman dans un combat. Mais évidemment, Superman vient rétablir la vérité, et tout le monde se pardonne. Mignon, donc, mais limité, tout comme le graphisme, simple voire simpliste parfois.
Jason Howard livre un récit extrêmement nerveux sur un affrontement entre Superman et Cyborg-Superman. Le fond est un prétexte bateau, mais la puissance de son style me plaît et fonctionne bien ici. Belle bagarre.

Un exemplaire qui n’a rien de désagréable, mais s’oubliera rapidement. Je retiens le côté souvent mignon des histoires, et des graphismes qui touchent juste.
Mais bon, ça n’a quand même aucune ambition, tout ça.

C’est que c’est pas un poids plume le Steven

Ne parle pas de Nico comme ça !

La couverture du #5 par Amanda Conner :