SUPERMAN : WARWORLD APOCALYPSE (Phillip Kennedy Johnson / Brandon Peterson, Will Conrad)

Written by PHILLIP KENNEDY JOHNSON
Art by BRANDON PETERSON and WILL CONRAD
Cover by STEVE BEACH
Variant cover by MARIO « FOX » FOCCILLO
1:25 foil variant cover by MIKEL JANÍN
Distressed variant cover by STEVE BEACH
$6.99 US | 56 pages | One-shot | Variant $7.99 US (card stock)
ON SALE 8/30/22
It has all led to this: the final battle between Superman and Mongul, and between the Authority and Mongul’s Unmade Champions! The identity of the hooded stranger has been revealed, uncovering a shocking betrayal that threatens to crush Superman’s rebellion forever! But as the fate of Warworld relies on Superman, the last chance to return his powers now lies with Natasha and John Henry Irons. From the visionary creative team of Phillip Kennedy Johnson, Brandon Peterson, and Will Conrad, empires fall and rise and the fourth world is reborn in this jaw-dropping final chapter!

1 « J'aime »

It has all led to this: the final battle between Superman and Mongul, and between the Authority and Mongul’s Unmade Champions! The identity of the hooded stranger has been revealed, uncovering a shocking betrayal that threatens to crush Superman’s rebellion forever! But as the fate of Warworld relies on Superman, the last chance to return his powers now lies with Natasha and John Henry Irons. From the visionary creative team of Phillip Kennedy Johnson, Brandon Peterson, and Will Conrad, empires fall and rise and the fourth world is reborn in this jaw-dropping final chapter!

Written by: Phillip Kennedy Johnson
Art by: Max Raynor, Miguel Mendonça, Will Conrad, Brandon Peterson, Lee Loughridge
Covers by: Steve Beach, Mario Fox, Mikel Janin

U.S. Price:
6.99
On Sale Date:
Aug 30 2022
Page Count:
56

Allez, on y est : Phillip Kennedy Johnson utilise une grosse cinquantaine de pages pour en finir avec son immense saga Warworld, lancée sur une bonne vingtaine d’épisodes en tout.
Et… ce final est bigrement classique, prévisible - mais ça fonctionne, sur moi !
Je ne vais pas revenir sur tous les rebondissements, l’essentiel est que l’Authority parvient à repousser les forces de Warworld, Apollo est libéré, OMAC se remet de ses troubles et se sacrifie pour libérer Lightray, son amour. Orphan intervient, Natasha change le Soleil principal de Warworld. Mongul tabasse Clark, mais qui retrouve ses pouvoirs. Sauf que l’un des Phaelosians se révèle un traître, un agent triple : en apparence allié difficile de Clark, mais infiltré par Mongul, mais en fait infiltré chez Mongul pour faire venir Superman et anéantir Mongul. Il devient le nouveau maître de Warworld, et entend régler ses comptes avec les Planètes Unies. L’un des deux gamins qui suivaient Clark meurt, mais Clark sacrifie le pouvoir du premier dieu de Warworld pour le ramener ; quitte à ne pas retrouver toute sa force. Tout s’achève, Warworld est libéré, et… Clark revient, pour embrasser Lois.
Oui, ça fonctionne sur moi. C’est une conclusion très « simple », très classique, mais Phillip Kennedy Johnson gère très bien les rebondissements et surtout Clark. J’adhère pleinement à son Superman, si positif, si optimiste, si inspirant. J’aime beaucoup, ça me touche, ça m’emporte, et j’apprécie notamment la conclusion, presque « neuneu » mais qui m’a ému.
Après, ça demandera une relecture globale, car la saga aura du sens comme une geste épique générale ; mais c’est cool, là. Graphiquement, Brandon Peterson, Will Conrad Max Raynor et Miguel Mendonça se partagent les dessins. L’ensemble reste cohérent, il y a de belles images, d’autres moins ; mais le run aura été troublé par un manque de régularité graphique, dommage.

Une conclusion classique mais prenante, à une très belle saga maîtrisée.