SWAMP THING WINTER SPECIAL (Tom King, Len Wein / Jason Fabok, Kelley Jones)

(gros soupir)

Mais bon, je pense en effet qu’il y aura un épisode de Jones, en marge du one-shot de King/Fabok)

Hé bé, je pensais avoir été clair…

Résumons :

  • un Winter Special
  • 2 histoires
  • La première par Tom King et Jason Fabok
  • La seconde par Len Wein et Kelley Jones, la dernière histoire écrite par Wein avant sa mort (et qui aurait du être le début d’une nouvelle série)
  • et le scénario de Len Wein en bonus

C’est bon, là ? :wink:

Mais t’étais clair mon p’tit Doc, il sufsaifit juste de lire xD

Swamp-Thing et Man-Thing ont un point commun supplémentaire dorénavant, puisque la mini-série “Infernal Man-Thing” de Gerber et Nowlan (un graphic novel au départ, dont la genèse doit remonter à la fin des 80’s) est également sortie quelque temps après le décès de son scénariste.

HAHAHAHAHA

Jim

Hé, c’est de Kab qu’on parle, hein : quand il veut pas faire d’effort, il en fait pas.

Jim

Ouais, c’est bon !:wink:
(c’est “histoire principale” et “one-shot” dans la même phrase qui m’a fait penser à tort que c’était une seule histoire … je n’ai pas eu le réflexe “one-shot anthologique”)

L’écriture inclusive fait des dégâts quand même !

Euh persos j’avais compris qu’il y avait deux histoires. Soy apparemment pas, mais mettons ça sur moi pas de soucis :wink:

Tu n’avais simplement pas compris que c’était Fabok qui dessinait …

Ouep j’avais pas vu le nom du second dessinateur, même si au vue des images j’ai constaté le changement de traits et donc de dessinateur.

Pour t’aider, Fabok a même signé une page :wink:

Ah oui, pardon.
Je vous confonds tous, vous les Terriens.

Jim

ça y est, il se jupitérise*, le Lainé !

(* tellement évoqué depuis quelque temps, qu’on peut bien l’employer en verbe !)

On a une date, pour la sortie ce mois-ci ?

C’est annoncé pour le 31 janvier.

Merci !

SWAMP THING WINTER SPECIAL

(W) Tom King, Len Wein (A) Kelley Jones (A/CA) Jason Fabok
Tom King and Jason Fabok pay tribute to the legendary creators of Swamp Thing, writer Len Wein and artist Bernie Wrightson, as they join forces for an earth-shattering Swamp Thing passion project!
In this new, squarebound one-shot, Swamp Thing is out of his element as he shepherds a lost boy through a blinding blizzard and other hazards of a strange, frozen tundra. In this touching and harrowing tale of survival, the pair must navigate countless threats throughout a bewildering terrain-with a bloodthirsty snow monster hot on their heels. But how long can they rely on each other? Separated from the Green and stripped of his powers in this dead world, Swamp Thing struggles to fight for their lives and deliver the boy to safety. Disoriented and decaying, Swamp Thing’s fading understanding of his surroundings forces the duo to confront their desperation and uncover the true identity of the snow monster that hunts them.
In addition, this special features the final Swamp Thing story from the monster’s co-creator, Len Wein. Originally intended as the start of a new series, it is presented here both in its original script form and with art by Kelley Jones.
RATED T
In Shops: Feb 07, 2018
SRP: $7.99

Source : www.syfywire.com

Même si aucune des deux parties composant ce numéro ne s’avère “pleinement satisfaisante”, le tout n’en constitue pas moins une lecture assez marquante et émouvante.

The Talk of the Saints” est une histoire assez énigmatique de Tom King, sublimée par un Jason Fabok en très, très grande forme (et bien aidé de surcroît par la mise en couleurs de Brad Anderson). En toute honnêteté, je ne suis pas sûr du tout de ce que King cherche à nous raconter dans le corps de son récit, et encore moins avec l’encadrement dudit récit par des extraits de retransmission d’une émission de radio commentant un mach de football entre Gotham et la Nouvelle Orléans. :thinking: On sent que l’auteur essaie de nous entraîner vers une réflexion sur la monstruosité, extérieure et intérieure (et sur l’héroïsme), mais le détail reste assez nébuleux (et le twist de l’histoire concernant l’enfant et le “monstre des neiges” se voit venir assez rapidement). Reste que l’atmosphère d’ensemble, par les talents conjugués de King et Fabok, est remarquable et très prenante : même si – à l’instar de Swampie dans l’histoire – la marche en avant se fait en dépit de l’absence d’une destination bien claire, le lecteur ne regrettera pas nécessairement de participer au voyage.

Spring Awakening” est, comme annoncé, le dernier projet sur lequel a travaillé Len Wein avant son décès. Il devait s’agir du premier numéro d’une suite donnée à la mini-série Swamp Thing: The Dead Don’t Sleep (de l’époque “Convergence”), déjà illustrée par Kelley Jones, et que personnellement j’avais plutôt bien aimé malgré certaines réserves (mais il vaudrait peut-être mieux que j’en parle plus longuement ailleurs). Quoi qu’il en soit, par respect pour Wein, le travail d’écriture n’ayant pas été finalisé, ce sont des planches muettes de Jones qui sont présentées, suivies du script de travail envoyé initialement par le scénarise. Le résultat, évidemment, ne s’apprécie pas tout à fait au même titre qu’on ne l’aurait fait du “produit final” s’il était paru dans les circonstances “normales” initialement prévues. Jones livre des planches dans la droite lignée de celles de The Dead Don’t Sleep, avec cette atmosphère si particulière qui lui est propre. Si on accepte de rentrer dedans, ce qui n’est pas évident tant ce style est particulier (et je peux confesser moi-même avoir longtemps eu du mal à apprécier Kelley Jones, avant de basculer complètement), c’est superbe dans son genre. Et le côté silencieux et “inachevé” de la chose fait, à sa manière, ressentir l’absence laissée par la mort de Len Wein.

Enfin, le numéro se conclut par quelques pages d’hommage à Wein ainsi qu’à Bernie Wrightson, laissant le lecteur sur une impression confirmant le caractère touchant, jusque dans ses imperfections, de ce Swamp Thing Winter Special dans son ensemble.

Au delà de l’hommage à Lein Wein, la trame de Tom King me rappelle certains récit one shots de la VRAIE série Hellblazer.

Après je ne trouve pas que Fabok soit vraiment mis en valeur. Le découpage de King est assez limitatif finalement. Mais oui, c’est très beau.