SWEDISH DICKS (Saisons 1-2)

Ingmar, un ancien cascadeur, essaie de survivre en tant que détective privé à Los Angeles. Mais un jour, sa petite vie misérable va prendre une nouvelle ampleur après sa rencontre avec Axel, un ancien DJ à succès. Ensemble, ils vont créer leur propre agence de détective privés, Swedish Dicks, et s’occuper des affaires les plus bizarres des bas-fonds de LA…

swedish-dicks_press_shooting_mgm0112_filter-warm_text_web

CREATEURS

Peter Stormare, Glenn Lund, Peter Settman et Andrew Lowery

DISTRIBUTION

Peter Stormare, Johan Glans, Traci Lords, Felishia Cooper, Keanu Reeves…

INFOS

Série suédoise/américaine
Genre : comédie
Format : 10 x 25 mn

youtube.com/watch?v=5bfTPLP8J0c

J’ai bien entamé cette série, lors de deux soirs de désœuvrement volontaire et en cherchant une série sans prise de tête. Le format est idéal pour moi avec ces épisodes de 20-25 minutes. Les sujets d’enquête sont un peu rigolo, la trombine des mecs est assez improbables, le duo fonctionne bien, les perso secondaires apportent aussi ce qu’il faut, et le fil rouge qui concerne le perso joué par le jedi immortel Quinou Riv’s intrigue petit à petit.
Sympathique et distrayant.

(Doc, je crois qu’il y a deux saisons)

Son prénom se prononce plutôt « Qui ? Ah, nous ! »…
C’est d’origine hawaïenne.

Tori

Je l’ai écrit comme je le prononce. J’ai déjà du mal avec l’anglais (j’ai appris hier comment on devrait dire Byrne), alors l’hawaïen. …

Mais je prends note et j’essaie de retenir

Je l’ai longtemps prononcé « Birne » au lieu de « Beurne »…^^

On m’a dit hier Bailleurne (sans Munich)

C’est « Beurne »…

Punaise. … j’avais raison

s1 : c’est pas mal. Le format de 20-25 minutes se prêtent bien à la drôleries de leurs enquêtes. La seconde partie de la saison développe plus le fil rouge. Evidemment, il y a des situations cocasses, et des perso un peu exagérés, mais c’est le style de la série qui le veut. Pas hilarant, mais rigolo et pas ennuyant.

J’ai découvert comment on le disait dans un article de Scarce où il y avait le jeu de mot « Byrne in Hell ».
Bon, faut lire un peu d’anglais pour comprendre, mais je pense que même toi, tu devrais saisir la subtilité !

(Purée, Byrne, il a des trésors dans ses planches originales : les deux doubles du Superman / Spider-Man, wahou !!!)

Jim

Euuuuuuuh …
Laisse-moi quelques jours, parce que là, de prime abord, ça ne me dit rien.

Tss…

Jim

Et tu sais quoi : je pense que je ne trouverai pas.

Ah … je suis déception.
Je cherchais un truc autrement plus subtil et compliqué.

Je ne recule jamais devant la facilité.

Jim

Genre : « beurre ni ail » … mais bon, même avec mon accent pourri, ça ne marchait pas. Et puis il manquait un N.

Je comprends que ton métier soit de poser des questions, dans un certain sens…

Jim

A un point que je m’en pose même à moi-même, surtout quand c’est trop facile. La facilité, je trouve ça louche (pourtant, c’est tellement sympa par moment)