SYLVAIN ET SYLVETTE t.1-66 (Pesch / Bélom / Bérik)

La critique par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Les Grands Albums de Sylvain et Sylvette T.62 (simple - Dargaud) par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

sylvain-et-sylvette-tome-63-lecon-de-chant-la

SYLVAIN ET SYLVETTE TOME 63

Le célèbre chanteur Rémi Fassol, ami d’Isidor Tartalo, est venu au Moulin Noir afin d’y préparer au calme son nouveau récital. « Chanter est son gagne-pain » dit-il à Sylvain et Sylvette. Renard, toujours aux aguets, entend cela et une nouvelle idée lui vient à l’esprit : Prendre, grâce à lui, des leçons de chant avec ses compères… ainsi le quatuor pourra aller chanter sur les marchés des villages voisins. Les recettes obtenues leur permettront de s’offrir des tonnes de nourriture… mais les choses tournent très mal et un drame inattendu va s’ensuivre .

PAGINATION. 48 PAGES

FORMAT. 225x298

SORTIE LE 05/10/2018

Soixante-trois albums !
Dingue !
J’ai quelques-uns des tomes signés par le créateur…

Jim

Euh, ça, c’est seulement pour l’édition actuelle, chez Dargaud…

Tori.

Le vertige me saisit…

Jim

Sylvain et Sylvette - tome 65 - Il faut sauver Castel-Bobêche

9782205085327-couv

Le comte de Castel Bobèche refuse de vendre son château à une paire de promoteurs qui veulent le transformer en zone commerciale et en parking. Mais l’entretien d’une grand bâtisse comme celle-ci coûte cher, et le comte n’est pas en mesure d’y faire face. Sylvain et Sylvette ont alors l’idée d’organiser une grande fête médiévale pour gagner l’argent nécessaire. Mais évidemment, les Compères ont bien l’intention d’aider les vilains promoteurs à arriver à leurs fins.

  • Broché : 48 pages
  • Editeur : Dargaud (25 septembre 2020)
  • Collection : Sylvain et Sylvette
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2205085328
  • ISBN-13 : 978-2205085327

Jean-Loïc Belhomme dit Bélom est né le 6 mars 1950 à Chanteloup. Après un BTS publicité en 1973, Il commence comme directeur artistique dans diverses agences de publicité. Puis, dès 1980, il devient dessinateur indépendant, réalise des dessins d’humour et des bandes dessinées. Il collabore avec de nombreux magazines, journaux et médias tels que Le Pèlerin, La Vie, Formule 1, Ouest-France, Triolo, Circus, Lui, Play-Boy, Penthouse, Frilouz, Fluide Glacial, Détective, Télérama junior, Spirou, P’tit Loup, Le Journal de Mickey, France3 et Canal+. Jean-Loïc Belhomme est également scénariste et a co-signé plusieurs scénarios pour de nombreuses séries Disney, ainsi que pour des ouvrages chez Bamboo (Les Toubibs), Vents d’Ouest (L’Encyclopédie des prénoms) et Casterman (Les Bretons). Il reprend également les scénarios des albums gags de Sylvain et Sylvette aux éditions Dargaud.

Albaire naît le 1er août 1956, année où Jean-Louis Pesch reprend Sylvain et Sylvette. Des personnages dont le petit Albaire collectionne précieusement les albums qu’il entasse sous son lit. Une enfance heureuse à jouer dans les bois, où il revit les aventures de ses héros de papier. Études sans histoires, il veut devenir dessinateur de bd. En ces années 1970 ça ne fait pas très sérieux, surtout qu’il est complètement autodidacte. Un jour il commence à vendre des petits dessins de son village, ce qui l’amène à travailler dans la publicité sur véhicule, puis dans la publicité tout court, pour finalement trouver un petit éditeur qui lui confiera une série de livres pour enfants. Avec l’argent gagné, il part d’abord en vacances, puis amoureux, s’installe en Espagne. S’enchaînent alors les illustrations pour carte postale, des collaborations à diverses revues de bd espagnoles, une belle histoire pour enfants sur la corrida, une bd pour une association anti-sida, et quelques albums comme dessinateur. Jusqu’à ce beau jour de 2018 où un ami l’informe que Jean-Louis Pesch cherche un repreneur pour la série « Sylvain et Sylvette »…

En étant méchant, on pourrait dire que, pour eux, « fête » et « fête médiévale », c’est pareil… ~___^

Tori.

Oooooh, ce n’est plus Pesch !

Pesch était déjà absent du tome 61 (et il n’est plus tout jeune) :

Tori.

Oui, oui, je sais … je l’ai vu en festoche en 2018. Un gars épatant.

Sylvain et Sylvette - Tome 66 - Renard est malchanceux

image

Renard ne comprend pas pourquoi il échoue toujours à s’emparer des animaux de Sylvain et Sylvette. La lecture éclairée d’un périodique dans la salle d’attente d’un vétérinaire lui donne l’explication : c’est la malchance qui s’acharne contre lui ! Illustrant par l’exemple que c’est surtout d’être superstitieux qui porte malheur, Jean-Louis Pesch revient au dessin, sur un scénario de Belhomme dans ce 66e tome qui sort l’année des 80 ans des personnages créés par Maurice Cuvillier en 1941.

  • Publisher ‏ : ‎ DARGAUD (September 10, 2021)
  • Language ‏ : ‎ French
  • Paperback ‏ : ‎ 48 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2205089072
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2205089073

Jean-Louis Pesch, de son véritable nom Jean-Louis Poisson, naît à Paris le 29 juin 1928. Il est élevé à Juvardeil, petit village d’Anjou où une ruelle porte aujourd’hui son nom. C’est là qu’il apprend à aimer la nature et les animaux. De parents dessinateurs, il a la chance de découvrir, dès 4 ans, les dessins d’Alain Saint-Ogan, de Benjamin Rabier, de Samivel, de Calvo et même de Cuvillier. De plus, on lui achète, dès 1934, ‹ Le Journal de Mickey › et les albums, puis ensuite chaque semaine « Junior », « Aventures », « Robinson » et « Hop-là ! ». Son rêve est de devenir dessinateur de bandes dessinées. À 14 ans, il réussit le concours d’entrée à l’école des Arts Appliqués à Paris. C’est la guerre et il revient à Juverdeil où il travaille dans des fermes. En 1945, il s’engage 3 ans dans la Marine. Au retour, il travaille dans un studio de dessin animé. En 1950, il entre dans la BD côté jardin. Ayant appris que Popeye avait fait doubler la vente des épinards en conserve, il fonde un studio de publicité où il crée bon nombre de personnages qu’il anime en BD sur buvard, calendriers, house-organes, stands, etc. Il entre dans la presse enfantine en 1954 au journal ‹ Capucine › et travaille dans plusieurs journaux (‹ Mireille ›, ‹ L’Intrépide ›, ‹ Bernadette ›, ‹ Coeurs Vaillants ›, ‹ Âmes Vaillante ›, ‹ Fripounet et Marisette ›, ‹ Le Pélérin ›, ‹ Le Journal de Tintin ›). Ses principaux héros sont, entre autres, Nouni, Pinpin, Yoyo, Couinou, Couic, Pik-Pik le hérisson, Perlipopette et Sacripan, d’après une émission d’A2, et beaucoup d’histoires d’animaux en collaboration avec Henriette Robitaillie, avec qui il crée en 1964 une première version de « Bec-en-fer » dans ‹ Le Pèlerin ›. Comme il dessine « Pinpinville », une histoire inspirée du « Roman de Renart », on pense à lui, en 1956 au décès de M. Cuvillier, qui avait crée « Sylvain et Sylvette » en 1941, pour terminer deux albums. Chacun pense que la série va disparaître avec son créateur, mais Jean-Louis Pesch a l’idée de faire voyager Sylvain et Sylvette à travers le monde en ballon sphérique. En 1980, Jean-Louis Pesch a repris seul la série « Bec-en-Fer » dans laquelle il place tout ce qu’il estime ne pas pouvoir dire à son public de « Sylvain et Sylvette ». En 1981, il reprend « Les Pieds Nickelés » à la suite de Pellos, et en 2005, il réalise un album sur la Bête du Gévaudan aux Éditions de Borée. Depuis 1956, il a dessiné plus de 4800 pages avec Sylvain et Sylvette et plus de 20 millions d’albums ont été vendus. En 2003, il choisit Bérik comme successeur pour cette série et lui passera complètement la main à partir de 2012. Ce qui ne l’empêche pas, de temps à autre, de reprendre les crayons, le temps de quelques tomes. Il a choisi Bélom comme scénariste pour des albums de gags en une page. Scénariste et dessinateur prolifique, il est reconnu comme l’un des meilleurs dessinateurs animaliers de l’époque et a remporté de nombreux prix. Il a été nommé, en juillet 2000, chevalier de l’ordre des Arts et Lettres et, en 2010, promu au grade d’officier. Il vit à la campagne, entouré d’animaux, et milite dans diverses associations pour la protection de la nature et des animaux.

Jean-Loïc Belhomme dit Bélom est né le 6 mars 1950 à Chanteloup. Après un BTS publicité en 1973, Il commence comme directeur artistique dans diverses agences de publicité. Puis, dès 1980, il devient dessinateur indépendant, réalise des dessins d’humour et des bandes dessinées. Il collabore avec de nombreux magazines, journaux et médias tels que ‹ Le Pèlerin ›, ‹ La Vie ›, ‹ Formule 1 ›, ‹ Ouest-France ›, ‹ Triolo ›, ‹ Circus ›, ‹ Lui ›, ‹ Play-Boy ›, ‹ Penthouse ›, ‹ Frilouz ›, ‹ Fluide Glacial ›, ‹ Détective ›, ‹ Télérama junior ›, ‹ Spirou ›, ‹ P’tit Loup ›, ‹ Le Journal de Mickey ›, France3 et Canal+. Jean-Loïc Belhomme est également scénariste et a co-signé plusieurs scénarios pour de nombreuses séries Disney, ainsi que pour des ouvrages chez Bamboo (« Les Toubibs »), Vents d’Ouest (« L’Encyclopédie des prénoms ») et Casterman (« Les Bretons »). Il reprend également les scénarios des albums gags de « Sylvain et Sylvette » (Dargaud).

Punaise il a plus de 90 ans.
Quand je l’ai vu il y a environ 5 ans je ne l’aurais pas cru qu’il était au-delà du 4×20.
Et il a été d’une gentillesse et d’une disponibilité incroyable en dédicace .

C’est là que tu avais fait dédicacer du Bec-en-fer, c’est ça ?

Tori.

C’est ça. Dans le patelin cité dans sa présentation et qui est à quelques km de mon chez moi d’origine.