THE BATMAN'S GRAVE (Warren Ellis / Bryan Hitch)

Je ne suis pas libraire mais je déteste ces gens qui vont dans des magasins pour lire toutes les pages de BD… Le plus souvent, ce sont vers les mangas que les gens font ça et gênent les autres qui cherchent leur manga… C’est trop facile, faut aller à la bibliothèque/médiathèque pour ça ! C’est bon… Dans des endroits où l’on vend des livres c’est inadmissible ! Et puis pendant qu’il est, on peut aller dans des super marchés se servir des chips, de la bière et des p’tites saucissons du Berger ! Venez ! Venez ! C’est gratuit, servez-vous et quand vous aurez fini, sortez tout content ! Ah la belle vie…

Tout a fait. Faut les voler !

Et les ramener à la librairie pour lire tranquillou sa bd. Le pied.

Il n’y a pas que dans les rayons des mangas… d’ailleurs, ça existait avant que les librairies françaises n’aient un rayon mangas…

Tori.

1 J'aime

Oui effectivement mais ça n’avait pas une telle proportion qu’on a de nos jours… Enfin, je n’ai pas fait tout le tour du monde des librairies, on en avait de un à trois qui le faisai(en)t… Avec les mangas, ça a pris une proportion énorme… Je dis ça d’après ce que j’ai remarqué dans des Virgin, Fnac et libraires que j’ai fréquenté (je parle bien des librairies spacieuses avec étages).

De plus, après, tu trouves des BD abîmés : couvertures écornées, page(s) pliée(s) ou déchirée(s) au minimum, etc. Aucun respect pour les vendeurs et pour ces livres… Les consommateurs qui en achètent ne prendront jamais les abîmés…

J’avais adoré cette pub à l’époque

(puis après je suis allé à la FNAC des Halles pour lire une bd)

Ouais, moi, je m’arrête à l’avant-dernière : si ça ne me plaît pas, je repose, mais si ça me plaît, je ne veux pas gâcher ma surprise quand je rentre à la maison !

Jim

Hehe

C’est moins pire, Je me souviens d’une époque à la FNAC quand il y avait de la moquette, tu pouvais pas faire un pas dans les rayons BD (moi-même j’y lisais). Du côté de chez moi la FNAC a toujours été dans un centre commercial et les parents y laissait les gamins pendant qu’ils font des courses.

Moi aussi et même encore maintenant je la trouve génial car tellement vrai.

Ahahahahah

Marrant, j’étais plutôt du genre à feuilleter les pages pour regarder la qualité du dessin après avoir lu la 4e de couverture s’il y avait un résumé… Sinon je lisais les 3 premières pages puis 3 pages au milieu du livre pour avoir une idée de l’histoire… Ou demander aux vendeurs leur avis… Je ne voulais absolument pas connaître l’avant fin (ou l’avant dernière page, comme tu l’as écrit) !

Je demande l’activation de la ponctuation de l’ironie.

Ah oui en effet j’ai lu trop vite et suis trop sérieux… Quand j’ai lu ton commentaire, j’ai relu celui de Jim… J’avais lu qu’il lisait juste l’avant dernière page… Bon… Veuillez m’excuser, j’vais m’acheter des lunettes !

C’est pas impossible.
:wink:

Jim

C’est interdit de faire tout ça ?

Je viens de me rendre compte que j’ai oublié le mien avant le confinement :scream:

On m’avait oublié dans un magasin au rayon BD, une fois, quand j’étais gamin… Je ne m’en suis pas rendu compte : tant qu’il y avait des BD à lire, je passais à la suivante…

Tori.

:grin: tout ce qu’on a écrit était pour prouver que The Batman’s Grave ne doit pas être terrible… (Oui j’ai participé avec vous donc je suis aussi coupable) :grin::wink: En même temps, on est grave…

C’est ce que je me disais, le hs a l’air plus passionnant que le livre :joy:

Enfant, je me rappelle avoir passé beaucoup de temps, à lire ainsi en rayon. Le rayon BD des supermarchés était « une halte garderie autonome »; pas besoin d’animateurs pour divertir les gamins et l’époque n’était pas à la parano, on laissait le gamin seul entouré d’adultes.
Je me suis toujours dit que cela faisait partie des « forces d’acculturation de la BD », leur permettait une diffusion populaire (gratuit, disponible) , comme les bibliothèques, les magazines de prépublication.
De manière générale, je vois forcément avec bienveillance, tout facilité d’accès à la culture, à l’art. Le restreindre, c’est privilégié l’aspect marchand de ce domaine (la BD).
Et je pensais donc que pour un libraire, un éditeur, permettre un tel accès était un investissement pour de futures ventes et non un perte. Ma part romantique en reste convaincu.

Mais je ne suis ni libraire ni éditeur. Et je ne suis donc pas confronté à la réalité concrète et chiffrée de ce postulat.

Et la réalité, c’est qu’en vieillissant, j’ai de moins en moins pratiqué. Feuilleter pour voir quoi acheter adolescent/jeune adulte. Commander sans avoir ouvert avant, après m’être forgé un avis sur Forum Sanctuary (ainsi, appréciant Batman et les Stormwatch/Authority, je suppose que cette BD est pour moi. :thinking:…) aujourd’hui. Par manque de temps essentiellement.

Il y a une différence entre feuilleter/lire le premier volume et lire tous les tomes…
C’est d’ailleurs pour ça que beaucoup d’éditeurs de mangas proposent régulièrement le début du premier tome gratuitement (bizarrement, ça se fait assez peu pour les BD et encore moins pour les comics).

Ben oui, mais une librairie n’est pas une bibliothèque (malgré le faux ami anglophone).
Si tu veux passer ton après-midi à lire des BD gratis, va à la bibliothèque.

Parce qu’il ne faut pas se leurrer : les gens qui lisent dans les rayons ne sont pas, pour la plupart, les mêmes que ceux qui achètent (et même, ils peuvent gêner les clients, ou abîmer les bouquins).

Ben oui, mais si l’accès à l’art et à la culture est gratuit, comment se nourrissent leurs acteurs ?

Tori.