THE FLASH #768-783 (Jeremy Adams / collectif)

Qui encre alors ? il n’y a pas d’encreur ?

Oui enfin Mark Buckingham était encreur puis est devenu dessinateur, Sienkiewitch est dessinateur, mais aussi encreur.

Mais pas eux.

Jim

Mais Peterson, si.

Tori.

Ah ?

Jim

D’après DC ( https://www.dccomics.com/talent/brandon-peterson ), il s’est encré sur The absolute death.

Tori.

Ah oui, comme les deux autres cocos, qui s’encrent eux-mêmes.
Mais ils n’encrent pas les autres, je pense.

Enfin bref, on verra quand l’épisode sortira.

Jim

Peut-être que les trois se sont encrés eux-mêmes, ici.

Tori.

On dirait du Malraux : « Encre ici, Peterson » …

1 « J'aime »

Hahahahahahahahahahaha

Clap clap clap.

Jim

Ce que je crois : quand les mecs mettent « artists », c’est que les illustrateurs concernés s’occupent du dessin ET de l’encrage. Sinon, ils séparent. Il arrive parfois que des tandems tellement en symbiose soient listés ensemble, mais en général, on les connaît.

Jim

Deux autres pages de l’épisode par Santucci et Lafuente :

flash7681

flash7684

Cela suggérerait-il qu’ils confient les planches à différents illustrateurs en fonction des personnages ?
(Lafuente sur Bart, c’est une bonne idée.)

Jim

En fait, c’est a priori Wally dans le costume Impulse dans le futur de Bart.

On va dire que c’est Bart. Ça nous évitera quelques problèmes.

Des problèmes de continuité?

Bien. Bien pensé, mais un peu lent… ce qui est un comble, pour Flash !
L’idée est clairement de remettre Wally en Flash, et sûrement d’achever le chemin de croix entamé après Heroes in Crisis, pour le racheter. On le voit là qui veut raccrocher les crampons, en finir avec la vie de super-héros et les super-pouvoirs, qu’il veut faire disparaître avec Barry. Ca se passe bien sûr mal, et Wally n’est non pas perdu dans la Speed Force mais dans le Temps, avec la Speed Force qui l’amène dans plusieurs corps pour « réparer » des "plaies. La Speed Force a en effet un rapport particulier avec lui, et l’utilise pour se « soigner ».
Bon, pourquoi pas. Le passage dans le passé est un peu long, le cliffhanger final est assez cool avec Wally dans le corps de Bart dans le futur dont il est originaire et l’ensemble tient bien. Mais c’est un peu lent, on comprend rapidement l’idée de « racheter » Wally comme ça. Pourquoi pas, d’autant que Jeremy Adams fait « plaisir » en confirmant que Wally a de nouveau Linda, Jay et Iris avec lui. Ca donne le sourire, tout comme les interactions Barry/Green Arrow/Mr Terrific après l’événement. Et s’il y a trois dessinateurs, ils ont du sens : Brandon Peterson gère le présent, dans un style un peu artificiel et figé qui ne me plaît pas mais fonctionne ; Marco Santucci a une approche efficace bien qu’un peu sèche du passé ; et le style rond et joyeux de David Lafuente est bien pour le futur.

Ca commence bien, ça fait plaisir de revoir Wally ainsi… mais c’est convenu, et un peu lent.

The-Flash-769-1

After an accident pushes Wally West into the time stream, the former Kid Flash lands in the body of his onetime partner, Impulse. Now sprinting through the 30th century side by side with the mysterious (and, yeah, ridiculous) Gold Beetle, Wally must uncover what’s causing the destructive explosions that keep propelling him through time and the bodies of other speedsters.

The Flash (2016-) #769

Written by Jeremy Adams
Pencils Jack Herbert, Darko Lafuente, Brandon Peterson
Inks Jack Herbert, Darko Lafuente, Brandon Peterson
Colored by Michael Atiyeh, Luis Guerrero
Cover by Michael Atiyeh, Brandon Peterson
Release Date: April 20, 2021

The-Flash-769-3

The-Flash-769-4

C’est bordélique, mais c’est rigolo.
Jeremy Adams se pose dans le futur, avec Wally dans le corps d’Impulse qui essaye de gérer la menace d’un Dominator boosté par la Speed Force. Tandis que Barry, Mr Terrific et Green Arrow tentent d’aider Wally à distance, dans le présent, ledit Wally collabore avec Gold Beetle.
C’est fun, je l’avoue.
Ca part dans tous les sens, Jeremy Adams s’amuse beaucoup avec Gold Beetle, vue et créée dans Future State : Suicide Squad, en tout cas le segment Black Adam. Wally est assez drôle aussi, comme le trio au présent. L’auteur glisse quelques idées, comme Wally « fantôme », en tout cas conscience désincarnée depuis sa perte dans la Speed Force, ce qui n’est pas la pire des suggestions et confirme les jumeaux en les évoquant souvent. Il finit avec Wally qui arrive dans les années 40, avec la JSA contre Hitler. Miam.
En tout cas, c’est certes bordélique mais fun, et réjouissant. L’épisode donne un peu le sourire, et ça fait du bien pour Wally West. David Lafuente a une approche trop cartoon pour moi ici, notamment avec les couleurs et l’encrage, mais ça se laisse lire. Et Brandon Peterson a de nouveau un graphisme très informatisé, mais c’est lisible.

Une relance curieuse mais intéressante, qui donne le sourire.

En effet, ça a l’air sympa! Surtout ce passage dans le passé. Trois lettres qui attirent ma curiosité. :wink: