THE GIFTED (Saisons 1-2)


(Oncle Hermes) #61

Étonné de lire ça, j’avais lu que la série se conclurait sur un double-épisode à la mi-janvier.

Au-delà de cette question mais pour ce qui est de la série en général, c’est peut-être pas le chef-d’œuvre du siècle mais dans son genre ça me semble globalement plutôt compter parmi les réussites. La surprise fut d’autant plus bonne que je redoutais malgré tout l’effet Mutant X, donc forcément le premier épisode réalisé par Bryan Singer lui-même fut une petite claque. Mais l’intérêt de la série ne se limite pas à son pilote selon moi.

Ce qui m’intéresse le plus, je dirais, est cette impression que j’ai d’avoir affaire à l’équivalent pour les films X-Men de ce qu’est Rogue One à la franchise StarWars : d’une part une exploration de ce à quoi ressemble ce monde “au niveau de la rue”, au quotidien, et pas seulement pour les super Héros Brillants marqués par la Destinée ; d’autre part une approche où toutes les actions des héros ne sont pas automatiquement excusées du fait qu’ils sont “les gentils” (je pense notamment aux actions de Dreamer, d’abord avec Blink, et ensuite, a fortiori, avec le flic qui les traque, laissé à moitié lobotomisé psychiquement et condamné à “revivre” la mort de sa fille de six ans).

Certains des acteurs sont je trouve fort bons – mention spéciale à Emma Dumont (Polaris), Amy Acker et Stephen Moyer font évidemment aussi le job --, d’autres un peu moins mais rien de déshonorant. Y a-t-il des défauts, des ficelles, des points problématiques ? Oui, oui, et oui, mais pour moi ça reste assez mineur par rapport aux points positifs, et si on compare aux désormais nombreuses séries dérivées de comics actuellement sur le marché, on est clairement pour moi dans la moyenne haute de la production mainstream en la matière.

Puis bon, reprocher le côté “soap”… ça reste la franchise X-Men… c’est dans l’ADN !

PS :
Accessoirement, les petites fausses pubs de propagande post-générique de fin sont assez savoureuses… et d’autant plus si on considère la façon dont elles s’inscrivent dans le paysage de ce que diffuse ordinairement la Fox (la première fois que je suis tombé dessus, j’ai pas compris tout de suite que ce n’était pas une “vraie” ^^ ).


(Photonik) #62

Mea culpa pour la durée de la saison, je ne sais pas ce qui m’a mis en tête que c’était 9 épisodes pour cette année. Il y en aura bien douze, dont un final en deux parties effectivement diffusé à la mi-janvier.
Je ne reproche pas à la série son côté soap, hein ; je suis très client, et je l’étais déjà du temps de Claremont pour la version papier. Je déplore simplement le manque d’originalité des ficelles usitées ici. Mais encore une fois, ça n’a pas suffit à gâter mon plaisir, et je tire un bilan positif de ce que j’ai vu à ce stade.
Pour rebondi sur les pubs post-générique (que je n’avais pas repérées, perso !!!), je trouve que globalement toute la série a un ton gentiment mais assurément subversif, là aussi c’est l’ADN de la franchise d’ailleurs. C’est pas du Paul Verhoeven, mais c’est déjà bien pour un show télévisé “mainstream”.
J’ai oublié de dire, par contre, que le jeu des acteurs est pour le moins… variable, qualitativement. Quelques bons interprètes dans le tas, mais d’autres nettement moins convaincants (celui qui joue John Proudstar/Thunderbird, c’est pas exactement Robert De Niro ou Christopher Walken…).


(Oncle Hermes) #63

Oui, ce serait plutôt “Marc Dacascos années 90, le retour” ^^ … mais si on le compare à la moitié du casting d’Arrow, ça reste relativement honnête :sweat_smile:


(Le Doc) #64

Série renouvelée pour une seconde saison.

(cool, j’ai regardé les deux premiers épisodes sur Canal et ça m’a beaucoup plu)…


(Oncle Hermes) #65

Bonne nouvelle, même si je ne doutais guère. :slight_smile:

Question pour ceux qui suivent la série (dernier épisode en date y compris) et qui sont plus calés que moi en X-Menneries version papier : l’idée que les mutants peuvent obtenir des pouvoirs exponentiellement supérieurs en combinant leur usage “en famille” (Lauren et Andy, les triplettes Esme / Phoebe / Sophie, Polaris et son bébé, sans parler de l’usage dérivé qu’en fait Campbell), c’est une idée originale de la série télé, ou c’est inspiré par des éléments “canoniques” ? Je n’ai jamais croisé ça, et typiquement je n’ai pas souvenir de quoi que ce soit à ce propos dans le run de Morrison avec les Stepford Cuckoos, mais bon les comics X-Men c’est un continent bien touffu et loin d’être celui que j’ai le plus exploré…


(soyouz) #66

Pour les Cuckoos avec Emma, si (ça été refait après Morrison)
Tu as aussi Vega et Aurora, Andrea et Andreas Von Strucker (Fenris).


(Oncle Hermes) #67

Ok, merci !


(KabFC) #68

et les frères Summers. Notamment dans X-Tinction Agenda.


(soyouz) #69

En se tirant dessus ?
Hum, je ne suis pas sûr qu’il y ait un véritable renforcement de pouvoir !


(KabFC) #70

quand ils se tiennent par la main. C’est un truc qui a été revu plusieurs fois durant les 90’s genre DA et autres, mais pas par la suite.


(Photonik) #71

Je résumerais la question en disant que ça vient bien des BD (exemplairement : les jumeaux Fenris) mais que la série a l’excellente idée de creuser la question, et prouve qu’il y avait de quoi faire. J’ai hâte de voir le diptyque conclusif de cette saison, car j’ai trouvé que les épisode 9 et 10 retrouvaient l’originalité et le souffle du tout début de la saison.
Une réussite, c’est clair !!


(Photonik) #72

Bilan plus que très largement positif au final pour cette première saison, même si je crois que j’attendais un chouïa plus du diptyque conclusif.
Je chipote, hein : celui-ci est tout de même méritoire. Il conclue tous les arcs narratifs patiemment posés depuis le début de la saison (redistribution des cartes vis-à-vis de la nouvelle force émergente, destin des protagonistes du programme “Hound”, etc…), et parvient à être authentiquement poignant par moments. Je l’ai simplement trouvé un poil moins fort que la montée en puissance qui l’a précédé.
La saison n’a pas été sans défauts (des astuces récurrentes, et surtout un gros ventre mou de l’épisode 5 à l’épisode 8), mais elle a tout de même révélé que l’approche choisie par Matt Nix est payante : le bougre a trouvé le bon équilibre entre indépendance vis-à-vis du canon (au cinéma comme en BD) et utilisation pertinente des acquis de la franchise. On y trouve par exemple une superbe version alternative des Stepford Cuckoos, en la (les) personne(s) des soeurs Frost, qui apportent beaucoup à la dernière ligne droite de la saison. Le fond “politique” de la franchise mutante, avec ce vieux débat sur la fin et les moyens, structure le tout, de manière intelligente et absolument pas manichéenne pour deux sous.
Il y a des choses bien installées pour la suite, et même sans indices particuliers, on voit bien où Nix veut aller (le crash d’avion va sûrement amener un perso impliqué à évoluer vers la forme que l’on lui connaît…), et c’est fichtrement excitant.
Une franche et belle réussite, dont les qualités éclipsent à l’aise les quelques défauts. Décidément, après la claque “Legion”, l’univers mutant s’est découvert semble-t-il un écrin de choix à la téloche.


(Le Doc) #73

La première image de la saison 2 :


(Le Doc) #74

La bande-annonce de la saison 2 :


(Le Doc) #75

(Le Doc) #76


(Le Doc) #77

(Le Doc) #78