THE HOUR (Saisons 1-2)

En 1956, à Londres, dans les coulisses de The Hour, un nouveau programme télévisé sur l’actualité politique, économique et sociale, véritable pionnier de l’information télévisée.

[quote]CREATRICE

Abi Morgan

DISTRIBUTION

Dominic West, Romola Garai, Ben Wishaw, Lisa Greenwood, Anna Chancellor…

INFOS

Série britannique
Série en production - 2 saisons
Genre : Drame
Format : 52 mn[/quote]

Une vidéo promo de la BBC 2 (avec, entre autres, les premières images de la saison 2 de The Hour) :

La saison 1 fut une bonne surprise, même si l’aspect thriller se terminait en queue de poisson (parce qu’il s’agit surtout d’un thriller, aucune comparaison à tenir avec Mad Men). Toujours un plaisir de retrouver Dominic West, même s’il m’est apparu un peu vieux pour le rôle, ainsi que Ben Whishaw, toujours très bien, et dont la carrière cinématographique commence à prendre de l’importance.

diffusion de la saison 1 début 2013 sur Arte

La série The Hour ne sera pas reconduite pour une 3ème saison :

deadline.com/2013/02/bbc-axes-the-hour/

Ouais, j’ai commencé à regarder, et c’est pas mal du tout : rythme un peu mou parfois, mais c’est au service de l’histoire (tout le monde attend : attend que l’émission se monte, attend que les infos tombent, attend de trouver une réponse…). Les acteurs sont excellents, les dialogues tapent bien, les images sont pas mal. Qualité, quoi !

Jim

Arte diffusera la 2ème et dernière saison de The Hour les jeudis 21 et 28 novembre (3 épisodes par soirée).

Très très bonne seconde saison, avec beaucoup d’émotion, moins de complot “politique”, plus de complot “médiatique”, des personnages formidables, et notamment une prestation formidable de Peter Capaldi, qui m’a complètement conquis et convaincu par avance de sa future prestation en Docteur (bon, Matt Smith m’avait déjà convaincu grâce à son interprétation dans Sally Lockhart).

Jim

Je viens de finir la première saison de The Hour et, grande surprise, il y a une suite. Vive moi !

Ce qui ma le plus surpris avec cette production c’est que j’oublie à chaque épisode que c’est une série d’époque et, ce, malgré les décors, les costumes, les détails historiques et, même, la télé en noir et blanc. Ça fonctionne pourtant plein pot, comme si le sujet de cette série d’hier était tout aussi pertinent aujourd’hui. Une série atemporelle en définitif.