THE HOUSE OF WHISPERS #1 (Nalo Hopkinson / Dominike Stanton)


(Jack!) #1

La romancière Nalo Hopkinson, spécialisée dans la littérature jeunesse, a été choisie par Neil Gaiman pour s’occuper de The House of Whispers, l’un des quatre titres de la nouvelle collection labellisée Sandman Universe.

Le nom du dessinateur n’a pas encore été révélé pour le moment.

The House of Whispers #1 devrait sortir en août 2018.

Lien
Le site de l’éditeur : www.dccomics.com


(KabFC) #2

Tiens une nouvelle maison, pas sur que ce soit une bonne idée, mais voyons.


(Regulator) #3

Y’aura-t’il aussi la maison des soupirs?
Et celle des ténèbres?
Et celle des larmes?


(Oncle Hermes) #4

Ça pourrait être une perspective prometteuse. :slight_smile:


(Le Doc) #5

La partie graphique de The House of Whispers a été confiée à Dominike “Domo” Stanton (The Big Con Job).

Sandman7-600x910

Sandman8-600x910


(Le Doc) #6

House of Whispers #1

W) Nalo Hopkinson (A) Dominike “Domo” Stanton, John rauch (CA) Sean Andrew Murray
An all-new corner has been added to Neil Gaiman’s Sandman Universe!
Welcome to the House of Dahomey, the houseboat of Erzulie Fréda, where the souls of Voodoo followers go when they sleep to beseech the flirtatious and tragic goddess to grant them their hearts’ desires and counsel them on their futures and fortunes. When you arrive, you’ll find a party is in full swing, filled with all kinds of fabulous and fierce folk, while fish fry and music blasts.
From her bayou, Erzulie scries upon the mortal realm and sees four human girls open a mysterious and magical journal filled with whispers and rumors that, if they spread, could cause a pandemic unlike any the Earth has seen, with the power to release Sopona, the loa lord of infectious disease and cousin to Erzulie, who is currently banned from the human plane.
But even the fearsome Erzulie cannot be of assistance when her dream river turns tumultuous, tossing her house from her realm and into another…
In Shops: Sep 12, 2018
SRP: $3.99

Source : www.nerdist.com


(Oncle Hermes) #7

Il y a un mois, la lecture de Sandman Universe avec sa collection de prologues avait éveillé en moins des sentiments mitigés : ce qui annonçait The Dreaming par Spurrier et Evely semblait plutôt prometteur, mais les parties concernant les autres titres, beaucoup moins.

The House of Whispers #1 transforme pourtant l’essai, contre toute attente, avec un certain brio (là où The Dreaming #1 m’a, finalement, laissé plutôt circonspect).

Pas encombrée, comme la série de Spurrier, par un casting pré-existant pas facile à s’approprier (ici seuls Caïn et Abel font une brève apparition), et explorant par ailleurs un panthéon auquel Gaiman ne s’était pas intéressé, celui du vaudou, c’est avec les coudées ainsi franches qu’Hopkinson et Stanton réussissent, paradoxalement, dans ce premier numéro, à retrouver quelque chose de l’esprit du Sandman original, dans la coexistence et les relations entre notre humanité et des “entités supérieures” suivant selon d’autres normes, d’autres rites, d’autres lois.

Alors que dans le “prologue” les représentants des deux mondes m’avaient laissé également froid, et leur juxtaposition dubitatif tant elle paraissait forcée, ici la réussite s’opère à tous les niveaux. La bacchanale d’Erzulie véhicule fascination et étrangeté (irrk la “recette” de la crevette…!), avec un sens du bizarre où merveilleux mystérieux et humour décalé entrent par moments en savoureuses collisions, tandis que, de leur côté, les trois sœurs et la petite amie sont présentées sous un jour nettement plus sympathique que précédemment, dans une scène de famille intime qui fonctionne très bien. Les interactions grandissantes entre les deux plans sont très bien gérées, avec une montée progressive de l’inquiétude jusqu’au final explosif.

Si The House of Whispers continue sur cette voie, elle pourrait bien se révéler la meilleure surprise de cette relance.